Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Impasse politique : Que faut-il pour solder la crise ?


Actu Mauritanie
Dimanche 27 Mai 2012 - 10:28


Impasse politique : Que faut-il pour solder la crise ?
La Mauritanie est loin de sortir de la quadrature du cercle.Elle est écartelée entre les différentes fractions politiques qui accélèrent son naufrage.D’une part ce sont des pôles de soutiens inconditionnels au pouvoir qui usent de ce qu’il prétendent avoir comme force pour maintenir le président à son poste jusqu’à l’expiration de son mandat.De l’autre , des adversaires acharnés contre l’ordre actuel qui multiplient les appels pour demander le retrait par tous les moyens de l’homme encore fort du pays.

L’arme inoffensive de la négociation n’a pas permis aux belligérants d’aplanir au minimum leurs divergences. Les démarches entamées par certains pour sauver la démocratie mauritanienne du péril du printemps arabe n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu. Il n’y a pas encore de troisième voie pour venir à la rescousse d’une crise qui consume les institutions de la République.

Le danger est réel, l’urgence est là ! Les dernières sorties des acteurs politiques de la COD, tout comme les déclarations cavalières des leaders de la Cap ne permettent de rassurer sur une possible relance du dialogue entre le camp de la majorité qui refuse de céder aux conditions posées par l’opposition dite radicale.

Les passions se déchainent à la moindre agitation. Le pire est à craindre si le pouvoir sent que les choses se précipitent à sa défaveur. Jusque-là, encore les forces de l’ordre maîtrisent leurs nerfs malgré de temps en temps des scènes de brutalités inouïes qui se produisent dans les rangs des manifestants. La répression pourrait encore se corser si les pressions exercées par les forces de contestation se poursuivent.

Il est même à craindre des arrestations plus importantes de personnalités de marque du camp de l’opposition non dialoguiste dans les jours à venir si les appels au départ de Aziz continuent. Déjà on enregistre des arrestations des jeunes du parti Tawassoul qui sont gardés à vue dans différents commissariats de Nouakchott lors des manifestations organisées par le mouvement des jeunes révolutionnaires qui occupent de temps en temps les « places de liberté » par inspiration au printemps arabe.

La création d’un pôle dit de convention pour une alternance pacifique en Mauritanie la Cap , dirigé par Boidiel sonne comme un bouclier contre les assauts de la COD. Dans ces conditions comment pouvoir sortir du cercle infernal des contestations autrement que par le dialogue. Or, les attitudes des leaders politiques n’augurent pas d’un avenir proche pour la recherche de solutions d’apaisement.

La classe politique mauritanienne dans son ensemble est comptable de la situation qui prévaut dans le pays tant qu’elle continue à se regarder en chiens de faïences sans accepter de faire des concessions pour décrisper l’atmosphère. Le président de la république doit lui aussi être au dessus de la mêlée et lâcher du lest plutôt que de se contenter de « louer les services de politiciens à la recherche de dividendes » !

Amadou Diaara
le-rénovateur


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires