Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Il fallait partir à point


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 4 Juin 2013 - 10:30


Le Premier ministre, Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf en audience dans son bureau à Nouakchott, avec le Général David Rodriguez, Commandant des Forces Armées US pour l'Afrique (AFRICOM)
Le Premier ministre, Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf en audience dans son bureau à Nouakchott, avec le Général David Rodriguez, Commandant des Forces Armées US pour l'Afrique (AFRICOM)
Certes la visite du nouveau commandant des Forces armées américaines pour l’Afrique (AFRICOM) est un signe qui en dit long sur la place qu’occupe désormais la Mauritanie sur l’échiquier régional comme pôle de stabilité. Le général David Rodriguez qui avait invité le chef d’Etat Major général des Armées de Mauritanie à assister à sa prise de service, a estimé que cette visite «sera bénéfique» en terme de coopération. Au sortir de sa rencontre avec le Premier ministre, maître des lieux en l’absence du Président se trouvant actuellement en France, le commandant en chef de AFRICOM a déclaré :

«Ce fut un plaisir de rencontrer le Premier ministre, Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf au cours de mon premier voyage en Mauritanie, en tant que nouveau commandant du commandement des Etas Unis en Afrique.
J'espère que cette visite sera bénéfique pour les relations entre les Etats unis et la Mauritanie et marquera une période de plus grande coopération entre nos deux pays en appuyant nos intérêts communs pour un avenir meilleur et plus prospère pour nos deux peuples».


L’intérêt affiché pour la Mauritanie résulte des résultats probants de l’approche entamée il y a quelques trois ans pour faire face au terrorisme qui menaçait à partir du Mali. Cette approche a débuté par la réhabilitation des moyens de défense et de renseignements.
Des unités spéciales ont été mises sur pieds. Les particularités de ces unités, c’est qu’elles sont une réplique de celles combattantes terroristes : la légèreté, la souplesse, l’autonomie et la force de frappe. Ces unités sont soutenues par des  bases solides et toujours prêtes à intervenir.

Le Nord malien fut, à partir de juillet 2010, un terrain où la nouvelle force de frappe mauritanienne a pu s’exercer avec succès. Premières conséquences : la peur a changé de camp depuis que les Mauritaniens ont fait la preuve de leur capacité de frapper là où il faut et quand ils le veulent ; de sérieux coups ont été assénés aux groupes terroristes, les affaiblissants d’avantage ; ces groupes ont été chassés de la zone frontalière d’où ils constituaient une sérieuse menace (Wagadu où ils voulaient établir une base, Taoudenni d’où ils frappaient déjà…)…

Si bien que quand arrivent les événements du Mali, ces groupes s’étaient retranchés le plus loin de nos frontières, un peu s’ils voulaient éviter d’être à la portée des forces mauritaniennes. On a vu que pendant la guerre lancée par les Français, ces groupes ont évité, dans leur fuite, de se diriger vers la frontière mauritanienne. Aujourd’hui, ils sont de l’autre côté.

Parallèlement et pour stopper le flux des recrutements, le gouvernement mauritanien avait supervisé un dialogue fructueux entre de grandes figures de l’Exégèse musulmane et les jeunes perdus pour permettre leur repentance. Ce qui fut obtenu pour nombre d’entre eux. Parmi ceux qui ont été libérés à la suite de cette action, un seul serait revenu sur le terrain des combats.

Si l’effondrement de l’Etat malien n’a pas eu les conséquences qu’il aurait dû avoir pour notre pays, et si aujourd’hui la Mauritanie est courtisée par les puissances engagées dans la lutte contre le terrorisme, c’est bien parce que tous lui reconnaissent la justesse de son approche.

Mais ce n’est pour cela qu’il faille oublier la fragilité du pays et son incapacité à s’engager dans un conflit militaire quelconque. La Mauritanie a été construite sur une vocation de paix et de mesure dans les approches. Nous n’avons pas vocation à faire la guerre.
Il est vrai cependant que la Mauritanie ne peut se permettre de continuer à jouer le rôle du spectateur passif de la scène nord-malienne. Il s’agit non seulement d’un espace vital pour elle, mais d’une partie du territoire d’un pays avec lequel nous partageons beaucoup. Ce serait une défection morale que nous devrons payer un jour.

Il s’agit donc pour les autorités de trouver le point d’équilibre entre cette contrainte et cette nécessité : éviter de mettre à l’épreuve un système de défense encore jeune tout en refusant la mise à l’écart dans la reconstruction d’une zone dont le devenir est nécessairement le nôtre.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter