Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Il était une fois Aziz-Bouamatou-Ely


Tribunes
Mardi 12 Février 2013 - 11:10

En 2005, les colonels Mohamed Ould Abdel Aziz et Ely Ould Mohamed Vall descendent le président Ould Taya. Très vite, ils avaient été soutenus et épaulés par le magnat de l’économie nationale, Mohamed Ould Bouamatou. Les trois hommes, - trois cousins - entament une cohabitation non dénuée de suspicion. La richesse et le pouvoir politique qui avaient fondé l’union sacrée, ont mis à rude épreuve la sainte alliance, semant la division au sein de leur propre ensemble tribal, tout en mettant en péril l’avenir de toute une Nation. En s’emparant du pouvoir un certain mois d’août 2005, les colonels Ely Ould Mohamed Vall et Mohamed Ould Abdel Aziz, faisaient d’une pierre deux coups. Répondre à l’aspiration des Mauritaniens en mettant fin à vingt et une années de règne de plomb et réaliser leur propre dessein national. Au fur et à mesure que s’écoulait la transition qui s’étalera de 2005 à 2007, les deux cousins finiront par se regarder en chiens de faïence, Mohamed Ould Abdel Aziz surveillant de près son aîné, de peur de se faire court-circuiter. Il lui reprochera d’ailleurs d’avoir tenté de rempiler par le biais du fameux « vote blanc », et d’avoir « mangé » tout seul une partie du budget du pays qui faiat à l’époque ses premiers pas dans l’ère du pétrole


Il était une fois Aziz-Bouamatou-Ely
Le divorce entre les deux hommes éclatera au grand jour, en août 2008, lorsque Mohamed Ould Abdel Aziz, qui n’a jamais accepté de s’éloigner du palais présidentiel, décida de renverser le régime civil de Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Cela, Ely Ould Mohamed Vall ne le lui pardonnera jamais, d’autant plus que les militaires s’étaient engagés solennellement durant la transition à quitter définitivement le pouvoir. Le divorce entre lui et Ely atteindra le summum de l’animosité pendant les éléctions présidentielles qui suivront, une année plus tard. Les fréquents bras de fer seront ponctués d’incessantes réunions tribales pour recoller les morceaux.

Entre les deux hommes, la déchirure était béante et définitive. Pendant qu'Ould Abdel Aziz accusait sur toutes les tribunes son cousin de détournement de biens publics, Ely était descendu carrément sur le champ de la contestation à côté de l’opposition, pour réclamer son départ du pouvoir. Entre temps, Mohamed Ould Bouamatou, qui avait remué ciel et terre, utilisé ses fonds et ses relations pour la reconnaissance aussi bien du coup d’Etat de 2005 que celui de 2008 pour desserrer l’étau des sanctions internationales, s’était rangé du côté de Mohamed Ould Abdel Aziz. Il assurera sa victoire aux élections présidentielles de 2009, en injectant des milliards d’ouguiyas dans sa campagne électorale. Naturellement, en tout bon homme d’affaires, il s’attendait au renvoi de l’ascenseur, une fois Aziz élu. Mais ce dernier entreprendra de le détruire à petit feu.

D’abord, Mohamed Ould Abdel Aziz commencera par enlever à Ould Bouamatou les énormes subsides générés par l’assurance de la SNIM. Il déviera ses fonds vers sa propre boîte d’assurance qu’il avait ouverte, via de proches prêtes-non. Deuxième coup porté à Mohamed Ould Bouamatou, le projet de construction du nouvel aéroport international de Nouakchott. Alors que Bouamatou qui avait entre temps mis en place une société de construction, espérait avoir ce projet, il se vit refuser cet honneur. Le projet fut confié à Ould Saleck, le patron de Ciment de Mauritanie. Plus tard, une autre savate était portée par Mohamed Ould Abdel Aziz à Mohamed Ould Bouamatou. C’était l’affaire de Mauritania Airways, une compagnie qui avait eu la chance de bénéficier d’un contexte régional favorable pour son ascension. En effet, la création de cette compagnie mauritano-tunisienne, détenue à plus de 35% par l’homme d’affaires Bouamatou, coïncidait avec la mort d’Air Sénégal, d’Air Ivoire et d’Air Burkina.

Il était une fois Aziz-Bouamatou-Ely

De Nouakchott jusqu’au Congo Kinshasa, il n’y avait plus dans le ciel ouest africain que Mauritania Airways. Seulement, la mauvaise gestion de la compagnie lui sera fatale et elle ne connaîtra jamais l’apogée attendue. Maintes fois, Mohamed Bouamattou devait signaler à l’Etat mauritanie, les défaillances dans la gestion de ses partenaires, mais le pouvoir de Nouakchott n’arrêtait pas de fermer les yeux. Lorsque Mohamed Ould Abdel Aziz décida de créer la compagnie Mauritania Airlines, Mohamed Ould Bouamatou l’aurait contacté pour lui demander d’investir plutôt dans Mauritania Airways, qui est déjà bien implantée.

Mais Ould Abdel Aziz refusera cette proposition. Il créa Mauritania Airlines, signant du coup la faillite de Mauritania Airways, car il est de notoriété qu’aucune compagnie ne peut se développer dans un pays sans le concours de l’Etat concerné. Déçu par tous ses coups que lui a portés Mohamed Ould Abdel Aziz, Mohamed Ould Bouamatou, décida alors de s’exiler au Maroc où il vit maintenant depuis des années et où il compterait rester encore. C’est à partir de sa résidence de Marrakech qu’il dirigeait son empire financier en Mauritanie. Une attitude qui a fini par irriter Mohamed Ould Abdel Aziz qui a décidé de lui faire la guerre, en lançant le fisc contre lui.

Les résultats sont connus, un redressement fiscal dressé à la tête du « client Bouamattou » de plusieurs milliards d’ouguiyas, la menace de fermeture de plusieurs de ses sociétés, le décaissement de tous les avoirs de l’Etat et des entreprises publiques de la Général banque de Mauritanie (GBM). Dernier acte, l’arrestation puis emprisonnement de son bras droit, Mohamed Ould Dabagh pour dit-on « mauvaise gestion », alors que cet homme, qui n’était que président de conseil d’administrtaion, n’avait absolument rien à voir avec la gestion de la Mauritanie Airways. Comme entre ely et Ould µabdel Aziz, la rupture semble établie entre Ould Bouamattou et son cousin Ould Abdel Aziz.

Aujourd’hui, l’ampleur du divorce ayant atteint son paroxysme entre Mohamed Ould Abdel Aziz, Ely Ould Mohamed Vall et Mohamed Ould Bouamatou, le feu de la dissension couve ainsi depuis des jours au sein de la tribu des Oulad Bousbaa. Les partisans de Bouamatou multiplient les marches, pour demander la libération de Ould Dabagh, tout en fustigeant la persécution infondée lancée contre l’homme d’affaires. Aux dernières nouvelles, Mohamed Ould Abel Aziz aurait entamé une procédure domaniale de dépossession à l’encontre du colonel Ely Ould Mohamed Vall, dont une partie des avoirs fonciers à Toujounine aurait été saisie par les pouvoirs publics. Ce bras de fer entre cousins, en plus d’attiser la tension sociale déjà exacerbée, met à rude épreuve la stabilité du pays, à l’heure où la contestation populaire fuse de toute part, avec la marche des Négro-africains pour l’annulation de la loi d’amnistie de 1993 qui avait absous les crimes commis entre 1989 et 1991, ainsi que la protestation des Haratines contre la persistance de l’esclavage.

JOB
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter