Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

IRA : Un conseil national de transition annoncé


Actualité
Samedi 28 Janvier 2012 - 17:54

L'initiative pour la résurgence abolitionniste a annoncé ce samedi 28 janvier, à Nouakchott, devant la prison pour mineurs au Ksar, la création d'un conseil national de transition. Une provocation évidente, pour «dénoncer une fois de plus l'impunité totale face aux pratiques esclavagistes».


IRA : Un conseil national de transition annoncé
Le leader de l’IRA a annoncé la création d’un conseil national de transition en Mauritanie (CNT) avec toutes les forces de droits de l’homme, «pour défier pacifiquement le pouvoir dictatorial de Mohamed Ould Abdel Aziz afin de libérer le pays». L’objectif de ce mouvement à qui les différentes synergies doivent prêter main-forte, est de manifester contre «la répression des manifestants, l’instrumentalisation de la justice, le pillage des richesses du pays par Aziz et ses proches» affirme avec véhémence Biram Ould Abeid.

Biram qui se dit porte-parole de cette initiative, donne trois mois de délai au chef de l’état pour la reconnaissance des organisations interdites comme l’IRA, la fin de l’instrumentalisation des médias publics, et celle de la justice entre autres. Selon lui, l’ouverture de négociations permettra de sortir de «l’impasse»; une option considérée comme «la seule voie possible pour éviter au pays le désordre et le chaos».

Une invitation donc à observer les principes de la lutte pacifique, avec comme finalité «la fin du pouvoir dictatorial et militaire». On en saura un plus prochainement sur la composition de ce CNT version mauritanienne lors d’une déclaration publique à la presse nationale.

IRA : Un conseil national de transition annoncé
Un sit-in pour dénoncer les cas d’esclavages

L'IRA a aussi présenté ce matin à la presse le cas esclavagiste de Moctar Ould Bilal Ould Boukheir;14 ans, esclave par ascendance ayant pu «s’échapper des griffes de ses maitres vers Boutilimit» affirme Birame Ould Dah Ould Abeid, président de l'IRA. Une occasion de dire «non à la détention des anti-esclavagistes» lit-on sur les banderoles tenues par les manifestants. Il a été découvert il y a quatre mois par des éléments d’IRA qui ont, selon le témoignage de la victime, fait une enquête pour retrouver les traces de ses maitres avec qui il vivait depuis 1998.

Il était esclave vivant aux environs de Boutilimit, ses maitres et leurs enfants le maltraitaient en le frappant, «en lui jetant des chaussures à la figure» soutient Biram. Malgré ce mauvais traitement il s’occupait du bétail du matin au soir, des travaux domestiques, cuisinant même, travaillant sans repos, sans salaire, sans respect, tout comme les autres membres de sa famille, dont sa mère et ses trois frères, eux toujours en compagnie de leurs bourreaux.
Moctar qui vit désormais chez Biram en attendant la délivrance de ses proches par une voie judiciaire souhaite apprendre comme tous les enfants de son âge en homme libre.

Awa Seydou Traoré
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires