Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

IRA : Birame Ould Abeid libéré provisoirement


Actualité
Lundi 3 Septembre 2012 - 16:20

Le président d'IRA, Birame Ould Abeid, en prison depuis le mois d'avril suite à l'affaire de l'incinération des livres de rite malékite, a été libéré ce lundi après-midi à Nouakchott. Ainsi que les 11 autres militants d'IRA.


IRA : Birame Ould Abeid libéré provisoirement
"Birame est en pleine procédure pour sa libération provisoire, mais nous nous dirigeons en masse vers la prison pour l'accueillir" informe d'emblée Balla Touré, secrétaire général de l'initiative pour la résurgence abolitionniste. La nouvelle est tombée en milieu d'après-midi ce lundi 3 septembre. Le juge chargé de l"instruction a répondu favorablement, deux mois après, à la demande des avocats de Birame.

Le parquet qui a un droit de réplique a suivi le jugement de l'instruction. "Tous les accusés inclus dans ce dossier ont obtenu une liberté provisoire. D'ici le début de soirée, ils devraient être libérés, sauf si le régisseur de la prison veut faire du zèle et attendre le lendemain, pour le faire durant les horaires de travail" affirme une source proche du dossier.

"Le parquet n'est pas contre ces libérations, à condition que les personnes libérées soient disponibles à tout moment, selon les besoins du juge d'instruction" continue la source.

En avril, le président sulfureux de l'IRA, faisait parler de lui en suscitant (dans un premier) temps une houleuse controverse, suite à l'incinération en public des livres de rite malékite à Nouakchott, pour protester contre l'interprétation raciste et esclavagiste que les auteurs de ces livres avaient de l'Islam. Dans la foulée, Birame, ainsi que dix de ses militants, étaient inculpés pour "atteinte à la sûreté de l’Etat". Les onze avaient été transférés à la Direction de la sûreté de l’Etat (DSE) à Nouakchott, pour "approfondir l'enquête sur les sources financières de l'IRA et sur ses relations à l’extérieur".

En juin, l'instruction avait estimé le dossier vide, et la qualification des faits erronée. Birame était tout de même retourné en prison, étalant et confirmant la main-mise de l'éxécutif sur le judiciaire, notamment par un président de la République qui avait promis de "châtier" le président d'IRA. Une politisation évidente qui n'avait leurré personne, et qui a finalement contribué, selon plusieurs érudits des quartiers périphériques, à lever le voile sur une discrimination même au sein de la religion en Mauritanie.

Depuis la polémique est devenue débat, et des imams sont montés au créneau pour expliquer le droit donné à tout musulman de "brûler ou enfouir" des interprétations clairement allant contre le sens universaliste de l'enseignement divin contenu dans le saint Coran. "Un musulman ne saurait être esclavagiste et raciste" soulignait dans un entretien accordé à Noorinfo, l'érudit Cheikh El Mehdi.

MLK
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires