Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Hydrocarbure: Et de cinq !


Actu Mauritanie
Lundi 4 Juin 2012 - 21:14


Hydrocarbure: Et de cinq !

Une énième augmentation au cours de cette année 2012 ! La cinquième qui porte le prix du litre de gas-oil à la pompe à 352 ouguiyas, soit 4,9 UM en plus de la dernière hausse.

Le prix de l’essence a enregistré, lui, une augmentation de 3,9 UM portant le prix du litre à 411 ouguiyas. On peut dire donc que 2012 est partie, sur les chapeaux de roue pour " rattraper " 2011, qui avait enregistré 12 augmentations, au rythme régulier d’une hausse par mois !

Et l’on se remet à se poser des questions sur la signification réelle de ces augmentations qui inquiètent plus d’un consommateur. Parce que, c’est connu, elles vont produire une hausse en série de tous les autres produits de consommation courante, et notamment au niveau des wilayas où le prix du transport est répercuté plus durement sur ceux des marchandises. Autrement dit, l’Etat financerait-il son déficit sur le dos des pauvres citoyens ? Non rétorque le pouvoir qui croit savoir que l’augmentation ne touche que les propriétaires de véhicules oubliant, tout de même, que les pauvres aussi se déplacent. Et même si, comme on tente de le faire à chaque fois, en comparant les prix avec ceux de nos voisins, l’essence coûte moins chère qu’au Sénégal, par exemple, il n’est pas sûr que cette tendance va durer encore longtemps.

C’est, en effet, le président Ould Abdel Aziz, reprenant les dires des " pseudos experts " du secteur énergétique, qui lui ont soufflé que l’essence est beaucoup moins chère que chez nos voisins du nord et du sud, a parlé de 56 UM de différence entre les prix pratiqués en Mauritanie et les prix réels ! Une explication qui est loin de tenir la route, selon un expert qui indique que, dans la structure des prix, un tiers revient, en fait, à la taxation que l’Etat impose à ce secteur très stratégique !

Mais sans aller dans ces détails, inextricables pour n’importe quel profane, il faut dire que la propension de l’Etat à décider d’augmentations quasi mensuelles témoigne d’un manque d’imagination évident. C’est une solution de facilité que de vouloir financer n’importe quelle action par une sorte de dîme qu’on fait payer aux citoyens, qu’ils soient riches ou pauvres. Car l’augmentation intempestive des prix des hydrocarbures a un impact négatif à effets immédiats sur les conditions de vie des populations.

Si à Nouakchott les chauffeurs de taxi n’ont pas le loisir d’exiger plus que les 100 UM pour le déplacement entre les différents moughataa de Nouakchott, à cause de la forte " résistance " qu’ils rencontrent auprès de citoyens plus près de leurs sous que par le passé, il n’en va pas de même pour les populations de l’intérieur qui ne comprennent pas ce qui leur tombe sur la tête. Le moindre petit colis va être payé plus cher, alors que, logiquement, c’est vers eux que doit être tourné tout effort d’améliorations des conditions de vie.

Et si le gouvernement cherche, par tous les moyens, à mobiliser les ressources nécessaires pour l’exécution de son plan d’urgence, il va s’en dire que les conséquences de son manque d’imagination sont subies, lourdement, par ceux supposées être l’objet de son action !

A la longue, celle-ci risque de provoquer un effet tout à fait contraire : pousser les citoyens dans la rue pour protester contre ces hausses qui les poussent, de plus en plus, dans la précarité en grignotant inlassablement sur leur pouvoir d’achat.

Sneiba.
www.lauthentic.info

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires