Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Humeur : Un aéroport pour le Président Moctar !


Tribunes
Mardi 8 Décembre 2015 - 08:37

Pour avoir demandé que le Nouvel Aéroport International de Nouakchott portât le nom illustre de Moctar Ould Daddah, la Fondation qui porte le nom de l’ancien président et dirigée par sa veuve a vu sa reconnaissance d’utilité publique retirée.


Humeur : Un aéroport pour le Président Moctar !
Pour le pouvoir qui a pris cette décision, c’est à cause d’un « manquement manifeste de la dite fondation à s’acquitter de ses obligations conformément à la réglementation en vigueur ».  Pour moi, cette décision est inique, abusive, imméritée et injuste.
 
Elle est aussi irresponsable, intempestive et illégale dès lors que la justification est spécieuse et ne repose sur aucun argument. Au risque de fâcher un peu plus le président Mohamed Ould Abdel Aziz et son gouvernement, je dis haut et fort que la proposition de la Fondation Moctar est sensée, légitime et relève de l’évidence.
 
Car la Patrie mauritanienne se doit d’être reconnaissante et d’honorer les hommes et femmes qui se sont distingués en la servant. Et qui plus que Moctar Ould Daddah mérite cet honneur ?
 
Mais, puisque le président Mohamed Ould Abdel Aziz et son gouvernement ne veulent plus entendre parler de Moctar, tant pis ! Le nouvel aéroport de Nouakchott peut toujours porter le nom d’autres personnalités.
 
Parmi ces personnalités, je peux citer le député de la Mauritanie à l’Assemblée nationale française Sidel Moctar N’Diaye et quelques uns des présidents de l’assemblée nationale dont les noms me reviennent au hasard : Hamoud Ould Ahmedou, Be Ould Né, Youssef Koïta, Dah Ould Teïss et Sall Abdel Aziz.
 
Ces personnalités ne sont pas en odeur de sainteté auprès du pouvoir ? Très bien ! Je propose d’honorer un grand homme politique mauritanien, fondateur du Rassemblement Démocratique Africain (RDA) avec Houphouët Boigny. Ministre du transport au début des années soixante, il fit construire l’actuel aéroport de Nouakchott et créa la première compagnie nationale « Air Mauritanie » qui resta plusieurs années la seule compagnie africaine de la sous-région !
 
Pas de Bouyagui Ould Abidine dites-vous ? Grande gueule et forte personnalité ? Passons ! Et Celui-là : colonel, ancien chef d’état major de l’armée nationale, chef de l’état et décédé dernièrement ? Aziz, vous trouvez qui c’est ? Ah ! Trop chargé pour vous et surtout cousin et beau frère de l’Autre ! Oui, oui, je sais : « l’Autre » c’est ce colonel Oumar Beibacar qui, une fois ayant retrouvé sa liberté de parole n’a plus l’intention de la boucler. Pas de Moustapha donc.
 
Et Ahmed Ould Bousseif ? Premier Ministre avec les pleins pouvoirs ! Non ! Deux petits mois et très peu de traces dans les arènes du pouvoir ? Vous êtes exigeant vous ! Bon ! Que dites-vous de faire porter à cet aéroport le nom d’un résistant ? Nous avons l’embarras du choix : Ould Moulaye Zein, Maleinine, Bakar Ould Soueid Ahmed, El Haj Oumar Tall ou l’un des éléments du mejbour qui se sont illustrés à la bataille d’Oum Tounsi.
 
Vous n’aimez pas là aussi ? Bon ! J’ai une dernière proposition à vous faire : et si nous l’appelions Aéroport Léopold Sédar Senghor ? Ben quoi ! C’est le premier député qui a représenté la Mauritanie quand nous faisions corps avec le Sénégal.
 
C’est le premier président d’un pays voisin et ami. Et il y a un précédent où un pays a donné à l’un de ses aéroports le nom d’un président d’un pays étranger et même pas voisin ! Le Congo Brazzaville l’a fait pour Agostinho-Neto, l’ancien président de l’Angola. L’aéroport de Pointe-Noire porte son nom.
 
Aziz vivant, jamais un étranger ne sera honoré à Oum Tounsi ? Ok ! Ok ! Ça va ! Je n’ai pas fait ces propositions pour t’embêter. Ou juste un petit peu quand même ! Relax ! Et quel nom donnera Monsieur le Président à l’aéroport d’Oum Tounsi ? Ahan !
 
Mon petit doigt me dit que le président le retient pour plus tard, quand lui-même aura quitté le pouvoir. Une petite suggestion au remplaçant qu’il aura choisi et cet obligé se fera plaisir de présider lui-même la grande cérémonie de baptême.
 
Aziz, je te vois silencieux et souriant : j’ai touché à une corde sensible ? Tu ne réponds pas ? Si ? En 2019 ?...
 
Ahmed Jiddou Aly  
lauthentic.info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter