Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Hier, vernissage " Rêve d'Orient" par Birgitte Daddah à l'I.F.M (Photos) et intervention de Jany Bourdais


Culture
Mercredi 6 Février 2013 - 11:10


Hier, vernissage " Rêve d'Orient" par Birgitte Daddah à l'I.F.M (Photos) et intervention de Jany Bourdais
« Rêve d’Orient », c’est une exposition en deux espaces.
L’IFM et la Galerie Zeinart s’associent pour une exposition simultanée des tapisseries de Birgitte Daddah. La féérie de Birgitte est encore au rendez-vous avec des collages et des assemblages d’une grande minutie, avec des tissus de Mauritanie ou des pays voisins, voire d’Amérique. Des tapisseries harmonieuses qui invitent au voyage et à la rêverie..."

Jusqu’au 28 février à l'IFM
Jusqu’au 25 février à la galerie Zeinart
 
en savoir plus...

Merci à monsieur Jany Bourdais de l'I.F.M de nous permettre de reproduire intégralement son intervention qui comme d'habitude est un moment attendu   :

" Le mois dernier, lors de sa conférence sur « Le sahara dans l’imaginaire français », Michel PIERRE évoquait les peintres orientalistes du XIXème siècle et début XXème.
 
Les œuvres dite « orientalistes » étaient souvent guidées par un goût prononcé pour l’ailleurs, l’autre et le différent, c’est-à-dire par un désir d’ailleurs, un désir d’Orient. Il existe toujours aujourd’hui une passion pour les horizons lointains, pour un Orient souvent plus rêvé que réel. Ce courant orientaliste s’étire jusqu’à nos jours, Et l’on peut dire que Birgitte DADDAH, forte de cette vision orientaliste, revisite les villes orientales ou arabes, leurs ambiances, et nous offre des impressions intimes. C’est une donc invitation au voyage ce soir…
 
Le Caire,  une grande merveille de ce monde de diversité, bruyant et poussiéreux. Mais où le passé côtoie le présent sans honte. Avec ses souks, ses mausolées de sultans, ses architectures ottomanes sans oublier le Nil et plus loin les majestueuses pyramides.
 
Damas, avec la célèbre Mosquée des Omeyyades, l’un des lieux les plus mythiques du monde islamique. J’ai eu la chance d’y vivre 3 années. Je me souviens de ses brocards (tissés de fils de soie et d’or), de ses mosaïques essentiellement constituées de paysages dans lesquels des images de villes baignent dans des motifs ornementaux et végétaux, bleus et verts sur un fond d’or... Mais Damas a aussi donné son nom à une rose : la rose de Damas tintée de pourpre, de sang et de passion.
 
Izmir dont l’ancien nom Smyrne nous fait encore rêver avec son théâtre d’Ephèse.
 
Jérusalem, avec le Dôme du Rocher. Jérusalem garde, pour nous tous, une place particulière comme place centrale des 3 religions monothéistes.
 
Ispahan, sorte de paradis avec ses jardins, ses palais, ses mosquées qui évoquent l’apogée de la Perse. Mais c’est aussi le nom donné à une autre rose : la rose Ispahan. C’est encore une pâtisserie aux pétales de roses, aux litchis et aux framboises fraîches ;
 
Bagdad, dont le nom signifie « Don de Dieu » en persan. Cette ville de l’Orient discret nous évoque la route de la soie par l’Asie centrale, mais elle occupa, on ne doit pas l’oublier, une place très importante pour la production littéraire, artistique et intellectuelle arabo-musulmane sous les hauts dignitaires de la cour abbasside qui nous ont laissé de magnifiques Palais.
 
Istanbul, avec sa Mosquée bleue qui est l'une des mosquées les plus connues appelée bleue pour les mosaïques bleues qui ornent les murs intérieurs. Les couleurs Bosphore nous invitent à relire Kéraban le têtu, roman peu connu de Jules Verne. Et puis Birgitte aurait pu nous confier ce soir, en paraphrasant Esther Heboyan l’auteur d’un sensible recueil de nouvelles au parfum de l’exil « Les Passagers d’Istanbul », Birgitte aurait donc pu dire :  « j’y ai laissée une partie de moi-même là-bas, même si je ne sais plus d’où je viens. »
 
L’exposition que nous offre Birgitte nous dévoile un peu de ce voyage réel ou rêvé.
Mille ... et un Rêve d'Orient.
Avec ses tapisseries, Birgitte DADDAH, à la fois déconstruit un passé et invente un avenir, dans un temps présent. L’image de ses tapisseries, c’est une certaine façon de paraître à la conscience, ou, si l’on préfère, une certaine façon qu’a la conscience de se donner une image. Il n’existe pas d’objet sans conscience, c’est-à-dire, pas d’image qui ne serait investie d’une charge particulière, nous explique Jean-Paul Sartre dans L’imagination.
 
Cités d'ombre et de lumière, à la fois spirituelles et charnelles, les villes d’Orient au parfum enivrant de jasmin, bousculent notre imaginaire. La ville d'Orient est le lieu idéal pour prendre conscience du temps à vivre.
Le temps de vivre…
 
Enfin, je voudrais terminer ne vous offrant quelques vers, que Birgitte aurait pu écrire à l’occasion de cette exposition, quelques vers d’une chanson de Pascal Obispo , chanson dont vous devinerez très vite le titre :
 
De splendeurs en misère
De torpeur en lumière
De clameurs en prières
De moiteur en poussière
 
Rêves d’Orient
 
Parfums et puanteur
Jasmin perlés de sueur
Jardins, ivres de fleurs
Muezzin, en ut mineur
 
Rêves d’Orient
 
Insomnies d’Occident
Toutes les nuits
De proche en Extrême
Je pars de moi-même
 
Rêves d’Orient
 
L’oubli du présent
Des soieries, des parias
Des coolies, des radjas
 
Rêves d’orient
 
De rumeurs en bazars
De guetteurs en remparts
 
Rêves d’orient "
 
 
 
 

Noorinfo


              


1.Posté par Sarrah Ben Aïssa le 15/02/2013 11:45
Facebook
Artiste peintre Tunisienne et Amie à l'Artiste Mauritanienne Amy Sow Habib !! je viens de découvrir ces belles photos de la belle exposition que vous venez d'organiser !!! je vous souhaite une bonne chance ...du courage dans tout ce que vous fêtes de BEAU !
Sarrah

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires