Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Haut Conseil de la Fatwa et des Recours Gracieux : Une arme d’auto- défense ou de dissuasion ?


Actu Mauritanie
Dimanche 27 Mai 2012 - 10:34


Haut Conseil de la Fatwa et des Recours Gracieux : Une arme d’auto- défense ou de dissuasion ?
Le conseil des ministres du jeudi dernier a adopté un projet de décret instituant un Haut Conseil de la Fatwa et des Recours Gracieux.Selon ses orientations générales , cette instance vise à doter les institutions de l’Etat « d’un organe scientifique chargé d'émettre des fatwas et recevoir tout recours gracieux, afin de participer aux règlements de tous les contentieux qui surviendraient entre toute entité de droit public ou privé dans leurs rapports directs ainsi que dans leurs rapports avec les citoyens .

Cette procédure intervient conformément au préambule de la Constitution et en vertu des dispositions de ses deux articles 5 et 23 ». Si dans un pays musulman, la création de cadres inspirés par la doctrine religieuse ne fait pas beaucoup jaser les écoles islamiques généralement d’accord sur le principe, il y a lieu de s’interroger sur les motivations d’une telle création. Tout porte à croire que l’acte de Biram a fait naitre cette idée sans doute émanant du cercle des conseillers religieux qui veulent désormais parer à de tels dérapages. Mais quand de telles initiatives prennent une dimension politique qui sert les intérêts conjoncturels, il y a lieu de séparer les deux ordres immanent et transcendantal.

L’incinération des livres malékites a –t-il dans le feu de l’auto-défense et de la préservation de l’image de l’Etat au regard du culte semblé avoir déterminé cette option qui en même temps viserait à couper l’herbe sous les pieds de ceux qui veulent se servir de la religion pour prêcher la bonne parole politique. En guerre contre les islamistes de Tawassoul, visé par les fondamentalistes radicaux, le pouvoir de Mohamed Ould Abdoul tente de faire « politique de tous bois » pour éloigner les « tarzans » encombrants qui veulent faire crouler son régime.

Dans la formulation du projet de décret les imbrications sont quelque peu concentrées du point de vie du droit, des rapports entre les citoyens et la justice dans le règlement des contentieux qu’il va falloir niveler les interférences pour que cette instance ne soit pas assimilée à un tribunal pour délit d’opinion qui peuvent être requalifiés selon les opportunités. Quand le texte instituant cette instance passe devant les deux chambres de loi , les débats ne manqueront pas d’entrain !
CTD
le-renovateur


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires