Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

HD 106906 b, l'exoplanète géante qui ne devrait pas exister


Sciences
Mardi 10 Décembre 2013 - 13:11

Une équipe internationale d’astronomes a annoncé la découverte d’une exoplanète onze fois plus massive que Jupiter. Nommé HD 106906 b, l'objet gravite autour de son étoile mère à une distance record qui intrigue les scientifiques.


Crédit photo : NASA/JPL-Caltech
Crédit photo : NASA/JPL-Caltech
C'est une planète de taille que vient de découvrir une équipe internationale d'astronomes : une exoplanète, onze fois plus massive que Jupiter, qui est déjà la plus grosse du Système solaire ! Baptisée HD 106906 b, la planète géante extrasolaire âgée de seulement 13 millions d’années brille encore de la chaleur résiduelle de sa formation. Elle gravite autour d’une étoile située dans la constellation de la croix du Sud à environ 300 années-lumière de la Terre.

La distance située entre l'astre et son étoile est 650 fois plus grande que celle qui nous sépare du Soleil. Un élément qui intrigue les chercheurs. "Ce système est particulièrement fascinant parce qu'aucun modèle de formation de planète ou d'étoile explique pleinement ce que nous voyons" indique Vanessa Bailey, doctorante au département d'astronomie de l'université d'Arizona et auteur principale de l’étude.

En effet, les théories actuelles admettent communément qu’à l’instar de la Terre, les planètes orbitant près de leur étoile mère, se forment à partir de petits corps d’astéroïde venant s’agglutiner au sein d'un disque de gaz et de poussières autour de l'étoile en plein essor. Toutefois, ce processus agit trop lentement pour expliquer l’existence d’une planète géante si loin de son étoile.

Comme un système à deux étoiles ?

Les chercheurs ont d’ores et déjà avancé plusieurs hypothèses pour expliquer un tel phénomène. L’une de ces théories évoque un mécanisme similaire à la formation d’un mini système d’étoile binaire. "Un système d'étoile binaire peut être formé lorsque deux nuages de gaz voisins explosent plus ou moins indépendamment pour former des étoiles, et lorsque ces étoiles sont suffisamment proches les unes des autres pour exercer une attraction mutuelle et les réunir au sein d'une même orbite", explique Vanessa Bailey.

Ce scénario pourrait donc permettre d'expliquer certaines des observations mais il montre des limites. Dans le cas du système HD 106906, les matériaux agglomérés sont jugés insuffisants pour grandir suffisamment et former une nouvelle étoile. De plus, dans les systèmes à étoile binaire, la différence de taille entre les deux étoiles est généralement d'un rapport de 10 à 1. Or, "dans notre cas, le rapport de masse [entre l'étoile et la planète] est de plus de 100 à 1", commente Bailey reprise par Space.com. "Ce rapport extrême n'est pas prévu par les théories sur la formation d'étoile binaire - comme la théorie sur la formation des planètes prédit que nous ne pouvons pas former des planètes à des distances aussi grandes de leur étoile hôte", ajoute t-elle.

Une analyse à poursuivre

Davantage d’études sont donc encore nécessaires pour mieux comprendre ce système et notamment mettre en évidence les restes de matières rejetés lors de la formation de l’exoplanète. "Des systèmes comme celui-ci, pour lesquels nous disposons de plus d'informations sur l'environnement dans lequel la planète réside, ont le potentiel pour nous aider à démêler les divers modèles de formation" précise l’astronome.

"Les futures observations du mouvement orbital de la planète et des débris du disque de l'étoile primaire peuvent nous aider". La planète a été découverte grâce au télescope Magellan installé dans le désert d'Atacama au Chili. Son existence a ensuite été confirmée avec des données collectées par Hubble, explique l'étude à paraitre dans la revue The Astrophysical Journal Letters.

"Toute nouvelle planète détectée directement améliore notre compréhension de où et comment les planètes peuvent se former", relève Tiffany Meshkat de l'Observatoire de Leiden aux Pays-Bas, co-auteur de l'étude. Et "les découvertes comme HD 106906 b nous fournissent une compréhension plus approfondie de la diversité des autres systèmes planétaires", conclut-elle.
 
Source : Maxisciences
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter