Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

H’ratines et stérilité médiatique : Le seul site d’information dirigé par un h’artani c’est l’AMI.mr…


A.O.S.A
Jeudi 10 Octobre 2013 - 17:59


H’ratines et stérilité médiatique : Le seul site d’information dirigé par un h’artani c’est l’AMI.mr…
Tout est dit ! Regardez autour de vous  les sites « d’information » qui « comptent », vous trouverez des arabos, des négro-mauritaniens, un métis français arabo-allemand mais pas un h’artani. Bilan, la cause h’artanienne pour se faire entendre doit nécessairement passer par des sites qui n’ont pas vocation à défendre les leurs mais qui de fait n’appartiennent pas à la communauté h‘artanienne sans webmaster qui compte. Le seul site dirigé à cette heure par un H, c’est le site d’état l’AMI.mr  (Agence Mauritanienne d’Information) comme si finalement pour traiter l’actualité des activistes h’ratines, on leur envoyait les forces de l’ordre majoritairement h’ratines aussi.
 
Le traitement de l’affaire de Boutilimit est révélateur de cette faiblesse en matière de communication car tant qu’il s’agit d’intérêt général tout le monde est neutre mais quand il s’agit d’affaire ethno-tribale nul ne peut dire qu’on ne trouve pas selon les camps des sites orientés à dessein, ne serait-ce qu’en réaction au traitement ou l’absence de traitement de l’info en face. Ainsi une affaire touchant la communauté négro-mauritanienne sera traitée avec plus de bruit sur les sites francophones majoritairement gérés par des négro-mauritaniens ou « des étrangers » ou des métis du plus neutre au plus complexé or il faut à l'occasion un engagement qui vienne des tripes à défaut d'une empathie de citoyen du monde délivré du conditionnement culturel auquel n'échapperait que l'improbable exception qui confirmerait la règle.
 
Aussi, quand il s’agit de la « cause » h’artanienne, ça ne va plus, surtout depuis que le divorce semble consommé entre les ailes droites des mouvements  négro-mauritaniens et h’artaniens. Prenons le cas de l’IRA de Birame, on peut en penser tout ce qu’on veut, reste qu’on ne peut pas dire que son mouvement n’ait pas réveillé une cause qui était dans le coma comme si l’esclavage en Mauritanie était réduit aux séquelles et qu’il n’y avait plus de nombreux esclaves.
 
Avant que Birame ne tire sur tous les ténors des différentes « causes » comme pour se faire de la place, Birame était choyé par les sites autres qu’arabophones et même par les sites d’opposants arabophones persuadés que Birame peut déranger sérieusement le pouvoir mais depuis que Birame a attaqué non seulement les Flam et surtout Messoud le h’artani qui se revendique arabe, Birame s’est mis à dos pas mal de monde sans compter tous les autres hors des cercles ethno-tribaux qui voient en lui un dangereux extrémiste qui ne veut qu’une sorte de « vengeance » des h’ratines comme si tous les maures étaient coupables du passif de leurs ancêtres ou des orientations politiques du pouvoir.
 
Après l’aile droite des négro-mauritaniens et des nationalistes arabes, les h’ratines ont la leur avec l’IRA. Un mouvement qui ne veut plus faire le jeu des uns contre les autres mais veut jouer pour soi comme les deux autres même si les racines féodales des deux autres communautés seront éternellement un lien d'urgence entre les frères ennemis noirs et blancs efficace face à tout progrès de l'improbable lien  militant entre descendants d’esclaves et face même au politique lien fraternel entre descendants d’esclavages et anciens maîtres car sous la majorité de ses formes, il s'agit d'une domestication par le leurre de la vanité enfumée ou l'appât du gain satisfait comme faire-valoir d'une fraternité de façade avec sans autre ascenseur social que le néo-statu quo féodal tant que la menace d'un soulèvement sanglant reste possible matériellement malgré tous les dispositifs d'anesthésie de l'accolade religieuse à la ratonnade régulière pour l'exemple.
 
Voilà par exemple pourquoi l’état nomme que des maîtres soninkés ministres et jamais un casté et voilà aussi pourquoi il a fallu batailler ferme des années avant d’avoir un  symbolique général h’artani pendant que les négro-mauritaniens et les arabos en avaient déjà plusieurs. Mais même là les séquelles de la fourberie féodale vont très loin car d'une part, le pouvoir nomma d'abord un h'artani blanc général d'opérette pour avoir le quota en cas de polémique mais un quota à la bonne figure, un quota des h'ratines sans les traits négroïdes, de ceux dont la h'artanité est filtrée au moins par l'apparence comme un bénéfice du doute qui peut toujours servir ; d'autre part des séquelles de la fourberie féodale, le premier et depuis le plus puissant général négro-mauritanien nommé par la hiérarchie arabo fut un fils de tailleur plus proche de ses frères d’armes arabos auquel il doit tout, richesse et pouvoir que de la communauté féodale négro-mauritanienne pour qui il était presque rien. Est-ce un hasard ?

lire la suite...
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires