Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Guinée : L'Etat vend des mines au rabais à un milliardaire sud-africain


Economie
Mercredi 6 Juin 2012 - 11:02

Le président guinéen, Alpha Condé, aurait vendu pour une bouchée de pain les mines de son pays à Walter Hennig, un milliardaire sud africain.


Guinée : L'Etat vend des mines au rabais à un milliardaire sud-africain
L'hebdomadaire britannique The Sunday Times dans son édition du 3 juin révèle que le président guinéen Alpha Condé aurait passé un accord secret avec l'homme d’affaires Hennig.

Pour la modique somme de 25 millions de dollars, le milliardaire, spécialisé dans le juteux commerce des diamants en Angola et en République Démocratique du Congo, peut obtenir une bonne partie des actifs miniers que le gouvernement guinéen possède. Il peut tout simplement acheter les mines du pays.

Le deal, obscur, explicité par Allafrica, représenterait bien sûr une perte pour la Guinée, dont le revenu provient à 70% de la production minière, mais également pour toutes les sociétés minières implantées dans le pays notamment les géantes Rio Tinto et BHP Billiton.

Ce contrat n'a pas été révélé aux Guinéens. Autre élément de l'opacité du contrat, il n’y a pas de traces dans le budget national des 25 millions de dollars selon The Sunday Times. A quoi ont-ils servi? Qui les détient? L'hebdomadaire britannique ne révèle pas à qui profite le crime.

L'affaire est pour le moins embarrassante pour le fils du président, Alpha Mohamed Condé. Il aurait fait pression sur le ministre des Mines pour signer l’accord. Or le Président ou même un membre de sa famille ne peut «acheter ou prendre en bail un bien qui appartient au domaine de l'État, sans l'autorisation de la Cour constitutionnelle» selon l’article 39 de la Constitution guinéenne du 7 mai 2010.

L'image de Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique (1997-2007), pourrait également être écornée comme l'énonce à demi-mot The Sunday Times. Conseiller du président guinéen par le biais de son ONG: «Africa Governance Initiative», il aurait eu un rôle dans la signature de l'accord.

Quel est le mécanisme qui permet un tel transfert de richesse?

En avril 2011, le ministre des Mines et de la Géologie Mohamed Lamine Fofana et celui de l’Economie et des Finances Kerfalla Yansané ont, selon les documents secrets, contracté un prêt de 25 millions de dollars (plus de 20 millions d’euros) auprès de Palladino Capital. Cette société enregistrée dans le paradis fiscal des Iles Vierges britanniques appartient à Hennig. Elle doit servir d'intermédiaire dans «l'exploitation minière, l'énergie et d'autres actifs en Afrique».

L'accord est intervenu cinq mois avant que le pays n’ait adopté le nouveau Code minier qui stipule que l’Etat possède de droit 15% de toutes les mines gratuitement et qu’il peut obtenir 20% de plus à un taux du marché.Ainsi, l'Etat guinéen possède désormais une solide assise sur les actions minières.

Les actifs miniers étatiques sont gérés par la Soguimapi (Société guinéenne du patrimoine minier). Les projets et les actions qu'elle génére représentent des milliards de dollars et concernent d'immenses groupes du secteur minier comme Rio Tinto, Chinalcon ou encore BHP Billiton.

Mais si l'Etat ne rembourse pas sa dette à la société Palladino, une clause stipule que cette dernière «convertira la créance en une participation de 30% des actions de la société minière nationale». En bref, elle aura "racheté" à l'Etat Guinéen 30% de ses parts dans les mines du pays pour seulement 25 millions de dollars.

Lu sur The Sunday Times, Allafrica, Guinée News
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires