Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Guerre de civilisation" : Manuel Valls contredit-il Manuel Valls ?


Société
Lundi 29 Juin 2015 - 09:49

EXÉGÈSE - Manuel Valls a-t-il fait un virage à 180° sur l’emploi de l’expression "guerre de civilisation" ? Car son discours et sa position, dans la forme, ont semble-t-il évolué entre janvier 2015 après les trois jours d’attentats qui ont frappé la France, et juin 2015 après le nouvel attentat qui a touché l’Isère.


Guerre de civilisation" : Manuel Valls contredit-il Manuel Valls ?
Ce qu’il disait le 9 janvier : "pas une guerre de civilisations"
Le 9 janvier, après la fin des prises d’otage des frères Kouachi et de l’Hyper Cacher, et deux jours avant la grande marche républicaine du 11 janvier, Manuel Valls était l’invité de Ruth Elkrief. Après ces trois jours traumatisants pour la France, le Premier ministre déclarait :
 
Il faut faire la guerre, mais en même temps, c’est une guerre contre le terrorisme. Ce n’est pas une guerre contre une religion, ce n’est pas une guerre de civilisations même si nous devons défendre la civilisation qui est la nôtre, c’est-à-dire celle des valeurs démocratiques, de la révolution de 1789 qui sont des valeurs universelles.
 
  
Ce qu’il a dit le 28 juin : "C’est au fond une guerre de civilisation"
Six mois plus tard, paf. Manuel Valls semble dire l’inverse et parle, pour la première fois, de "guerre de civilisation". Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1/iTélé/Le Monde, dimanche 28 juin, le Premier ministre a déclaré :
 
Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c’est au fond une guerre de civilisation. C’est notre société, notre civilisation, nos valeurs que nous défendons. (…) Ce n’est pas une guerre entre l’Occident et l’Islam, mais une guerre au nom même des valeurs qui sont les nôtres et que nous partageons au-delà même de l’Europe.

Puis Manuel Valls précise que cette guerre se situe également "au sein de l’Islam, entre d’un côté un islam aux valeurs humanistes, universelles, et de l’autre un islamisme obscurantiste et totalitaire qui veut imposer sa visions à la société".
 
Valls contredit-il Valls ?

Ce petit "s" qui change tout. En apparence, Manuel Valls semble avoir fait évoluer son discours. Et use, pour la première fois, de l’expression connotée de "guerre de civilisations" qui rappelle le "choc des civilisations" de Samuel Huntington qui a inspiré notamment les néoconservateurs américains. Cette sortie, diversement appréciée à gauche comme à l’extrême droite pour ce qui leur semble être une référence à George W. Bush, a en revanche été applaudie par la droite qui se félicite de voir Manuel Valls employer "enfin" le terme utilisé par Nicolas Sarkozy.
 
Dans le fond, Manuel Valls ne dit pourtant pas autre chose que Nicolas Sarkozy. Et le singulier du mot "civilisation", comme l’ont retranscrit de nombreux médias après la sortie du Premier ministre, l’illustre.

Pour lui, il s’agit bien aussi d’une guerre de la civilisation contre la barbarie puisque, comme l’explique Libération, Manuel Valls déconstruit lui-même la représentation du monde que l’utilisation d’une variation du "choc des civilisations" implique en précisant que ce n’est pas une guerre, dans son esprit, entre "l’Ouest et l’Est", entre l’orient et l’occident.
 
La VOST du gouvernement

Sentant l’incompréhension poindre, le gouvernement, et ses membres présents sur les ondes ce lundi 29 juin, ont été obligé de faire le SAV de la sortie du Premier ministre et d’en livrer les sous-titres. Ainsi Ségolène Royal sur iTélé :
 
C'est une guerre contre les barbaries, c'est une guerre de riposte contre les attaques faites à la démocratie. Ce n'est pas une guerre de l'Orient contre l'Occident, d'ailleurs Manuel Valls a parfaitement expliqué ce qu'il voulait dire par ce mot qui a suscité à tort un certain nombre de polémiques.
Idem du côté du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur Europe 1, qui insiste sur le non-pluriel du mot "civilisation" dans la bouche de Manuel Valls. Un détail qui n’en est pas un :
 
Il y a un conflit entre la civilisation humaine, dans la pluralité de ses composantes, et ces barbares abjectes, et cela doit être dit et qualifié, il n’y a pas de polémique sur ce sujet, c’est une réalité. Et ce n’est pas une guerre de civilisation au pluriel, c’est une guerre entre la civilisation humaine et la barbarie.
Une maladresse volontaire ?

Une incompréhension, ou une maladresse de Manuel Valls, cernée par l’éditorialiste de France Inter Thomas Legrand, qui en tente l’exégèse :
 
En utilisant ce terme Manuel Valls a bien précisé (et c’est très important) que les terroristes menaient une guerre, je cite : "non pas contre les valeurs de l’occident mais contre les valeurs universelles". Mais ça n’a pas été compris comme ça. Il aurait dû s’en douter.

Lorsqu’on manie ce concept de "guerre de civilisation", on est tout près du "choc de civilisations" (orient/occident) théorisé il y a 20 ans par l’américain Samuel Huntington, qui a inspiré George Bush.
Il ajoute :
 
Manuel Valls, tout à son obsession de ne pas laisser le terrain des valeurs et de l’autorité à la droite, a utilisé, avec "guerre de civilisation", une expression plus forte que lui. En politique les mots sont lestés d’une charge symbolique souvent bien trop lourde. On ne fait pas toujours ce que l’on veut avec les mots. Sauf, évidemment à vouloir, par tactique, être équivoque.
 
http://lelab.europe1.fr
Noor Info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter