Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Guerre au Mali : Les pressions auront-elles raison de la Mauritanie ?


Lu sur le web
Jeudi 21 Février 2013 - 15:20

Sans la Mauritanie, et dans une certaine mesure l’Algérie plus difficile à plier, la guerre contre les Jihadistes du Nord Mali ne sera qu’un vain mot. C’est la conviction de la presque totalité des acteurs clés du conflit qui ne cessent de pousser Mohamed Ould Abdel Aziz à s’engager militairement sur le terrain. Cela a été dit à mots voilés durant la rencontre sur la situation au Mali organisé au Tchad à l’occasion du Sommet CEN-SAD et les Maliens comptent l’y pousser dans le cadre d’une nouvelle stratégie de coopération militaire dont Nouakchott compte abriter les assises incessamment. Mais l’option de la participation militaire au Mali ne- elle pas politiquement suicidaire pour le pouvoir de Nouakchott, eu égard à l’opposition catégorique de son opinion publique ?


Guerre au Mali : Les pressions auront-elles raison de la Mauritanie ?
Une forte délégation malienne serait attendue incessamment à Nouakchott pour débattre de la situation dans le Nord et solliciter éventuellement l’appui de la Mauritanie pour les aider à sortir de l’impasse terroriste. A défaut d’une participation militaire de la Mauritanie à leur effort de guerre contre les Jihadistes en déconfiture, les autorités maliennes voudraient au moins avoir la permission de mener des enquêtes dans le camp de MBera situé en territoire mauritanien pour débusquer d’éventuels combattants cachés parmi les réfugiés. La requête de la délégation pourrait aussi porter sur l’engagement de la Mauritanie à lui remettre les éventuels suspects recherchés par Bamako dans le cadre de sa lutte contre les terroristes. Il faut rappeler à ce titre, les mandats de recherche internationaux lancés par la justice malienne à l’encontre de plusieurs chefs touarègues du MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) d’Ançar Dine, dont son chef, Iyad Ag Ghali et d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi).

Sur ce dernier point, Bamako chercherait sans doute à réactiver le dossier de la coopération dans le domaine judiciaire qui le lie à Nouakchott, d’autant qu’il avait dans ce cadre livré dans le passé des personnes qui étaient recherchées par la Mauritanie. D’autre part, la Mauritanie qui ne cesse depuis le début du conflit malien à subir de fortes pressions pour sa participation militaire au Mali, se sent de plus en plus isolé dans son environnement régional, où elle reste l’un des rares pays subsaharien à afficher cette position. A NDjaména où il avait assisté au premier Sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) depuis la mort de son mentor, le Guide libyen Mouammar Ghaddafi, Mohamed Ould Abdel Aziz a renouvelé son appel pour un règlement pacifique qui passe par un dialogue inter-malien. Selon lui, c’est le passage obligé pour le retour à la paix et à la réunification au Mali. Il a toutefois reconnu les bienfaits de l’intervention militaire qui a permis de porter un rude coup aux groupes terroristes, tout en ramenant l’espoir au sein d’une population qui avait

souffert pendant plus de six mois. Seulement, son discours a sonné comme faux dans une assemblée de chefs d’Etat pour qui l’intégrité territoriale du Mali requiert un plan concerté contre l’expansion du terrorisme au Sahel. D’où la création au terme de la rencontre de NDjaména, d’un Conseil permanent de sécurité dont l’objectif est de bouter les terroristes hors du Sahel et du Mali, à côté d’un autre Conseil permanent pour le développement durable et la lutte contre la pauvreté, les participants estimant que la pauvreté est le principal vecteur du terrorisme. Une enveloppe de 500 Millions de francs Cfa a été annoncée pour soutenir la force internationale d’intervention au Mali (MISMA). Ainsi, même si le dialogue reste une constante dans le règlement du conflit malien, le plus urgent selon les chefs d’Etat de la région sahélo-saharienne, c’est cette guerre contre les Jihadistes qu’ils déclarent unanimement appuyer.

il faut dire que l’impératif d’un engagement militaire de la Mauritanie dans le Nord Mali revient de plus en plus dans les analyses et les débats autour de la question. Il en fut ainsi lors de la table-ronde sur le terrorisme qui s’est achevée le 14 février dernier à Nouakchott, sous les auspices du Centre mauritanien d’études stratégiques que préside l’ancien ministre et ancien candidat à la présidentielle de 2007, Dahane Ould Mohamed Mahmoud. L’occasion avait été saisie par l’ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Cheikh Tidjane Gadio pour souligner que la Mauritanie est l’un des premiers pays concernés par ce qui se passe au Mali, même s’il a loué au passage l’action pionnière de la Mauritanie dans sa lutte solitaire il y a quelques années contre Aqmi. A ce titre, devait-il ajouter, le problème malien devra dépasser le cadre des frontières artificielles héritées du colonisateur pour devenir une question africaine, l’instabilité du Mali pouvant compromettre celle de ses voisins immédiats d’abord, puis de l’ensemble du continent africain dans son ensemble. D’où dira-t-il, l’erreur commise dès le départ dans la résolution de ce problème, en faisant du syndrome malien une affaire strictement interne à la CEDEAO.

Le nom de la Mauritanie revient également souvent dans toutes les discussions, les experts évoquant sa proximité avec le foyer de tension jihadiste au Mali, mais aussi sa grande connaissance de l’ennemi. Mais Mohamed Ould Abdel Aziz semble indéracinable dans son option de non engagement pour plusieurs considérations. La première, les liens qui l’unissent au MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) entre autres raisons géostratégique et la deuxième, la forte pression de son opinion publique, toutes tendances confondues, contre toute intervention dans le conflit. Ce qui met aujourd’hui les autorités de Nouakchott dans un réel embarras, tiraillé entre leurs devoirs internationaux et leurs impératifs de survie politique.

Cheikh Aïdara
Lu sur l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires