Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Grèce : Merkel et Hollande à la manœuvre


International
Mercredi 8 Juillet 2015 - 05:05

Après la vctoire du non au référendum en Grèce, les appels à la fermeté se sont multipliés en Europe vis-à-vis d'Athènes . François Hollande et Angela Merkel ont plaidé pour la «solidarité et la responsabilité


Grèce : Merkel et Hollande à la manœuvre
 Réunion de l'Eurogroupe, puis sommet européen, on va négocier tous azimuts aujourd'hui à Bruxelles sur le dossier grec. Des divers pays européens sont montés hier des déclarations de fermeté vis-à-vis d'Athènes après la victoire du non au référendum alors que Tsipras annonçait qu'il ferait de nouvelles propositions.

En tout cas, il a accompli un premier geste en direction des créanciers avec la démission du tonitruant ministre des Finances Yanis Varoufakis (voir ci-dessous).
 
Athènes a décidé de prolonger jusqu'à demain les mesures draconiennes de contrôle des capitaux en vigueur depuis une semaine. L'urgence financière pourrait être le dernier aiguillon permettant de débloquer les négociations.
 
Après avoir célébré la victoire du non, Alexis Tsipras a voulu se poser en rassembleur, convoquant les dirigeants des partis d'opposition ensemble pour la première fois. Un texte commun est sorti des 6 heures de réunion plaidant pour un accord couvrant les besoins de financement du pays, accompagné de réformes et d'efforts budgétaires «justement répartis».
 
Le contact n'a pas été rompu entre Athènes et Berlin : Alexis Tsipras et Angela Merkel se sont parlé lundi matin.

Le chef du gouvernement grec s'est aussi entretenu avec François Hollande dès dimanche soir et avec le chef de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi qui a annoncé hier soir le maintien au niveau actuel des prêts d'urgence aux banques grecques, tout en durcissant les conditions d'octroi à l'avenir. Enfin, Berlin considère que c'est à Athènes de tout faire pour rester membre du bloc monétaire
 
Hier, tous les regards étaient tournés vers l'Élysée où François Hollande avait invité Angela Merkel. Le couple franco-allemand était à la manœuvre pour tenter d'accorder ses violons et de donner le ton des négociations européennes d'aujourd'hui.

Au terme d'une heure d'entretien, le président français et la chancelière sont tombés d'accord pour tenter de faire prévaloir deux principes : «la solidarité et la responsabilité».

«La porte est ouverte aux discussions» avec la Grèce, a déclaré François Hollande qui a ajouté : L'équilibre entre la solidarité et la responsabilité doit être notre ligne de conduite» dans les prochains jours. «Il y a urgence pour la Grèce, urgence pour l'Europe», a-t-il conclu.
 
Angela Merkel s'est montrée plus nette : «Les conditions préalables pour un retour aux négociations ne sont pas réunies. C'est pourquoi nous attendons des propositions précises du Premier ministre grec.» Elle a également souligné que «nous allons voir également quelle sera la réaction des dix-huit autres pays (de la zone euro). Ça aussi, c'est la démocratie».
 
Le couple franco-allemand se veut le moteur de l'Europe mais n'entend pas brusquer ses partenaires. L'avenir de la dette grecque n'a pas été évoqué par Hollande et Merkel alors que Tsipras veut obtenir des avancées dans ce domaine. Les négociations s'annoncent âpres aujourd'hui.

ladepeche.fr
 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire