Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ghanagate: La commission de l’opposition en quête toujours…


Actu Mauritanie
Samedi 22 Juin 2013 - 19:00


Ghanagate: La commission de l’opposition en quête toujours…
L’éclatement de ce que d’aucuns appellent l’affaire “Ghanagate” a été une occasion, une énième, certes, pour la coordination de l’opposition démocratique (C.O.D). Le discours de celle-ci, se résumant en deux mots “dégage Aziz”, tendait à s’étioler. Elle allait saisir l’occasion pour se donner de la voix, une nouvelle, se nourrissant, étrangement, sur une autre beaucoup plus ancienne, supposée être celle de l’ancien patron du bataillon de la sécurité présidentielle (Basep), actuel président de la République, négociant dans une sale affaire, en 2007, avec un trafiquant iraquien établi à Accra.

On se souvient de son meeting, tenu pour l’occasion, au cours duquel, les voix des opposants gagnaient en enthousiasme grâce à cette ‘’voix off’’ présumée du premier citoyen du pays, diffusée et retransmise en boucle par les jeunes radios libres. Depuis, la C.O.D ne lâchait prise. Elle allait mettre sur pied une commission d’enquête, constituée essentiellement de parlementaires. Bedredine, député Union Des Forces du Progrès, président la commission est épaulé par d’autres parlementaires, Saleck Ould Sidi Mahmoud, Mariem Mint Bilal, Ba Aliou Ibra, Kadiata Malick Diallo et Yacoub Ould Moine.

La commission devait voler de ses propres ailes. Et tenter alors de nouer contact avec des personnalités qu’elle jugerait nécessaires pour mener son enquête. Elle ira également établir des alliances objectives avec d’autres milieux ‘’ pas très favorables’’ à Mohamed Ould Abdel Aziz. A ce titre, elle établira une relation avec le député français Noël Mamère, attaqué, devant les tribunaux français, par le président de la République, pour diffamation.

“Nous avançons sérieusement, révèle Moustapha Ould Bedredine à Biladi. La phase d’authentification de la voix, la première étape, dit-on, est terminée ou presque.” Le cabinet d’expertise de son va livrer son verdict sous peu. Des missions seraient déjà parties, ou en passe de partir en Afrique et en Europe, pour entreprendre des investigations et, au passage, s’allier à des nouveaux soutiens.

Dans ce cadre, on se réjouit des efforts entrepris dans l’entourage de Noël Mamère. Dont l’avocat , président de la fondation Sherpa, est sur le point d’attaquer en justice Mohamed Ould Abdel Aziz, pour biens mal acquis, déclare un membre de la commission. Noël Mamère se démène, lui aussi, sur le terrain américain, où il saurait compter sur quelques réseaux de la première puissance du monde, note un autre membre de la commission d’enquête.

Voix perdue ?
Sur cette affaire d’enregistrement, il n’y a jamais eu de réaction officielle. Le président, qui se délectait, dans une vie récente, de réagir publiquement à toutes les attaques de ses adversaires, semble avoir privilégié la voie de la retenue.

Or, on se démène, toutefois, dans les capitales africaines, à travers des personnalités de terrain, dit-on, dont au moins un influent homme de médias, un député et d’autres gabarits, sur la voie du citoyen malien par lequel l’affaire allait éclater. Même Coumba Ba, actrice attitrée dans cette affaire, a été mise sur sellette pour reprendre ses vieux sentiers africains.

Aujourd’hui, tout le monde court derrière des probables à improbables enregistrements vidéo. Deux, au moins. Et, l’opposition et le pouvoir se livrent, chacun de son côté, à une véritable quête du Grall, dans l’espoir – ou le désespoir, c’est selon- de mettre la main sur ces supposées vidéos.

On ne sait vraiment pas si tous ces efforts allaient effectivement aboutir à quelque chose. Ou tout simplement des manœuvres tactiques politiques. Au sein de la commission, on aime bien croire, en tout cas, à la détermination. Seulement, Mohamed Ould Abdel Aziz est président en exercice. On n’en a jamais vu ou presque d’inquiétude affectant un souverain en exercice.

Surtout, dans le cadre d’une bataille juridique dont le terrain de jeu ne saurait dépasser les frontières des pays puissants. L’Europe, la France en tête, qui voit Mohamed Ould Abdel Aziz d’un tout autre œil. Et même les américains ne seraient pas très loin de cette position. Envers cet ancien général, qu’on considère, à tort ou à raison, un véritable rempart contre l’avancée terroriste et bien d’autres fléaux, qui menacent la quiétude du monde libre.

A.V.T
pour Biladi



Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires