Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Génération Aziz : la liberté d'aboyer est acquise, celle d’agir est soumise…


A.O.S.A
Mardi 1 Septembre 2015 - 17:15


Terrible proverbe  arabe qui n’a jamais été autant d’actualité depuis 10 ans qu’Aziz et ses amis ont pris le pouvoir.  Le chien est un noble animal, le plus fidèle à l’homme qui ne le mérite pas toujours. Chaque fois que quelques chiens aboient en courant à côté de la voiture, je les regarde et je repense à cette expression « les chiens aboient et la caravane passe » qu’on retrouve partout sous diverses formes jusqu’en Argentine où ils disent «  s’ils aboient c’est qu’on trotte », ça vient des espagnols qui disent « s’ils aboient c’est que nous chevauchons ».
 

 
Quand on passe à côté d’un chien prêt à l’action, il se met à courir après la voiture en aboyant mais il finit par s’essouffler et se taire et la voiture continue son chemin. Le chien reste derrière et attend la prochaine voiture et votre prochain passage. Cela fait rire l’impunité à l’abri dans sa voiture qui peut symboliser toute force de défense pourtant le chien n’est pas si ridicule, il fait ce qu’il peut et un chien qui aboie vaut mieux qu’un chien qui comme les vaches regarde les trains passer. Un chien qui aboie vaut mieux qu’un chien qui l’écrase et un chien écrasé vaut mieux qu’un chien à l’abri.

 
Pourquoi les chiens n’arrivent-ils pas à arrêter la caravane ?  Car ils sont trop peu nombreux et  s’ils l’étaient la caravane ne pourrait pas les écraser tous sans  finir elle-même par se casser.

 
En Mauritanie tout est question de chiens qui aboient et de caravane qui passe. Les chiens qui aboient sont de moins en moins nombreux et ceux qui courent après la caravane sont quasiment inexistants. C’est le comble ! Chez nous les chiens aboient sur internet pendant que la caravane passe dans la rue.

 
Combien de temps va durer l’affaire de la fondation Rahma ? Autant que les autres aboiements car en Mauritanie tout se dit mais rien ne s’inscrit dans l’action. La moindre action sur le terrain est accueillie par des lacrymogènes pour disperser les chiens qui aboient sans mordre ou on les jette en prison comme s’ils avaient mordu.

 
La liberté d’expression en Mauritanie c’est la liberté d’aboyer. Ce qui est interdit c’est la liberté d’action, ne serait-ce qu’occuper le terrain or c’est là que tout se joue. Sans action tout n’est qu’aboiement.

 
Pourquoi si peu d’action ? car l’action se paie cash en chair et en os quand l’aboiement est permis, il ne coûte rien ou si peu à savoir être remarqué par le pouvoir et être marginalisé c’est tout.

 
Quand on dirige le pays de l’aboiement doit-on s’en soucier surtout que la plus scandaleuse affaire ne dure en général que 2 ou 3 jours d’aboiement, quelquefois un peu plus. Comment en sommes-nous arrivés là ? Avant Aziz, tout le monde craignait l’aboiement car on croyait qu’il s’agissait de rugissement avant l’attaque. Hélas, petit à petit à force de laisser les gens s’exprimer, tout le monde a découvert qu’en fait qu’il y a de rugissement nulle part, juste des aboiements alors pour se faire peur et continuer à espérer, on se raconte désormais qu’il faut se méfier de l’eau qui dort !
Hagala ? La Mauritanie serait une sorte de volcan de révolutionnaires qui peut éclater à tout moment.  Tu parles !  On est tout bon pour des feux de paille pour des questions raciales sans jamais inquiéter le pouvoir qui peut tout disperser. J’en parlais hier à un ami qui croit encore à une sorte de réveil de cette force endormie qui un jour ira prendre son destin en main.

 
Autant demander à des marabouts qui n’ont que leur langue d’aller renverser des guerriers qui n’ont que des armes. J’ai expliqué à mon ami que s’il est vrai comme dit l’autre que « la culture est ce qui reste quand on a tout oublié », la soumission à la loi du plus fort est toute la culture du plus grand nombre qui n’a jamais connu que ce genre de régime depuis la nuit des temps.

 
Tout ce que le colon français a fait c’est de désarmer les guerriers pour prendre leur place directement derrière l’esprit marabout mis en avant. De l’indépendance à 1978 on a connu une sorte de régime maraboutique mais en 1978, les armes ont repris le dessus et depuis c’est le vieux règne ancestral des armes qui tiennent le pouvoir, pendant que les politiques (les marabouts) sont des tributaires et que le reste du peuple sont des hartines c’est-à-dire libres mais pauvres travaillant pour faire tourner cet équilibre ancestral des forces sereinement accepté malgré quelques aboiements anecdotiques.

 
La seule mutation d’ordre démocratique c’est de voir que les marabouts ( politiques ) ont le droit de hausser le ton et dire ce qu’ils veulent contre le pouvoir armé et encore seule une minorité court derrière la caravane qui passe toujours avec un royal mépris. Cette liberté d’expression impuissante est une autre humiliation infligée aux nouveaux marabouts par les nouveaux guerriers.

 
Est guerrier quiconque appartient aux corps armés et marabout quiconque désarmé a la religion de la démocratie avec laquelle il a quelques accommodements en fonction de la capacité de corruption des guerriers amusés par cet exercice qui leur permet en plus de passer pour des démocrates dans certaines mesures, le reste étant mis sur le compte du processus démocratique.

 
J’ai dit à mon ami qui espère une révolution animée par les nouveaux marabouts que cela n’arrivera pas de sitôt car la seule fois qu’un président marabout a été démocratiquement élu se fut grâce à la machinerie des nouveaux guerriers qui ont fini d’ailleurs par se maraboutiser eux-mêmes pour faire élire l’un des leurs.
 
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires