Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Gaza : les discussions se poursuivent en vue d'une trêve


Actualité
Dimanche 18 Novembre 2012 - 11:20

Après une pause dans les tirs depuis 21 heures samedi, les hostilités ont repris tôt dimanche 18 novembre dans la matinée, faisant plusieurs blessés et des morts côté palestinien. Deux nouvelles roquettes ont été interceptées par le dispositif "Dôme de fer" au-dessus de Tel Aviv. Mais après cinq jours de bombardements et de tirs de roquettes, les premiers signes d'optimisme concernant une éventuelle trêve ont commencé à apparaître.


Deux petites filles palestiniennes dans les décombres d'une maison bombardée par Israël à Gaza, dimanche 18 novembre. | REUTERS/MOHAMMED SALEM
Deux petites filles palestiniennes dans les décombres d'une maison bombardée par Israël à Gaza, dimanche 18 novembre. | REUTERS/MOHAMMED SALEM
Un haut responsable palestinien à Gaza a évoqué dimanche une "possible trève aujourd'hui ou demain". "Il y a des discussions sérieuses en vue de parvenir à une trêve, et des arrangements pourraient être trouvés aujourd'hui ou demain", a déclaré ce responsable, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

Ces déclarations ont été confirmées par une source égyptienne qui a déclaré que "depuis l'aube, l'Egypte a continué les réunions et les contacts intensifs avec toutes les parties pour parvenir à une trêve aussi vite que possible".

La veille, le président égyptien Mohamed Morsi, qui multiplie ses efforts diplomatiques au Caire, avait évoqué des contacts avec les deux camps et "quelques indications sur la possibilité d'un cessez-le-feu bientôt", lors d'une conférence de presse avec le premier ministre turc.

Israël prêt à intensifier l'opération

A Jérusalem, on se refuse à tout commentaire sur ces négociations et L'état-major israélien se dit prêt à poursuivre son offensive pour faire cesser les tirs de roquettes en provenance de Gaza. Sur son compte Twitter, le vice-premier ministre israélien Moshe Yaalon a ainsi conditionné tout éventuel cessez-le-feu à l'arrêt des tirs en provenance de Gaza. "Jusqu'ici, nous avons frappé plus d'un millier de cibles et le Hamas doit faire le calcul pour décider si, oui ou non, cela vaut la peine d'observer une trêve", écrit-il. "Si le calme prévaut dans le Sud, si le peuple israélien n'est la cible d'aucun tir de missile ou de roquette, ni d'attentat terroriste préparé dans la bande de Gaza, nous n'attaquerons pas".

Avec ces chars stationnés le long de la frontière, l'Etat hébreu montre qu'il n'exclut pas une offensive terrestre. Peu après le tir de deux nouvelles roquettes sur Tel Aviv, le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, s'est même dit prêt à "intensifier significativement l'opération" à Gaza. "Les soldats sont parés à toute éventualité", a-t-il affirmé.

Laurent Fabius en Israël

Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a quitté dimanche Paris pour Israël "pour appeler l'ensemble des parties à arrêter l'escalade et proposer l'aide de la France pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat", a annoncé son ministère. Pour voir les autorités israéliennes, Laurent Fabius se rendra à Jérusalem et Tel Aviv, et se rendra à Ramallah pour voir Mahmoud Abbas, a-t-on indiqué de sources française et palestinienne.

Lors de ce déplacement d'une journée, le ministre rencontrera les autorités israéliennes et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a précisé son ministère dans un communiqué. "Ce déplacement, préparé en concertation avec nos principaux partenaires régionaux et internationaux, sera l'occasion d'entretiens avec le président Shimon Peres, le premier ministre Benyamin Netanyahou, le ministre de la défense Ehud Barak ainsi que le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman", a-t-on détaillé de même source.

Les hostilités ont repris dès l'aube

Une explosion après une frappe aérienne israélienne à Gaza, dimanche 18 novembre. | REUTERS/AHMED ZAKOT
Une explosion après une frappe aérienne israélienne à Gaza, dimanche 18 novembre. | REUTERS/AHMED ZAKOT
Des frappes aériennes israéliennes ont touché deux centres de médias dans le centre de la ville de Gaza dans la matinée, blessant au moins huit journalistes, ont indiqué des sources médicales palestiniennes. Trois enfants palestiniens, âgés de un à trois ans, ont été tués dans des raids sur Gaza, selon les services médicaux d'urgence du Hamas. Par ailleurs, deux Palestiniens ont été tués lors d'un autre raid dans le nord de la bande de Gaza et huit autres blessés dans un raid contre un poste de police dans l'est de la ville de Gaza, selon les mêmes sources.

Deux nouvelles roquettes ont été interceptées dans la matinée au-dessus de Tel Aviv par le dispositif "Dôme de fer" sans faire de dégats ni de blessés.

Depuis mercredi, les raids israéliens ont fait 48 morts côté palestinien, dont une moitié de civils et 13 enfants, selon un bilan fourni par les autorités palestiniennes. Un demi-millier de roquettes en provenance de Gaza se sont abattues dans le même temps en Israël, où elles ont fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés. Samedi, des bombardements avaient détruit le siège du gouvernement du Hamas.

Les raids de l'aviation israélienne, qui ont débuté mercredi, ont coûté la vie ce jour-là au chef de la branche armée du Hamas. Le but affiché est de faire cesser les tirs de roquettes en provenance de l'enclave côtière qui s'abattent sur l'Etat juif depuis la fin des années 2000.

Source : lemonde.fr
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires