Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Finances de l’Etat : La preuve de l’immobilisme d'un gouvernement qui n'utilise pas l'argent de son budget


Economie
Vendredi 7 Septembre 2012 - 15:48

Au 4 septembre 2012, à moins de quatre mois de la fin de l’exercice budgétaire, l’ensemble des institutions a utilisé à peine 51% des sommes qui leur sont allouées. Certaines instructions en particulier sont plus figées que d’autres.


Malgré une crise alimentaire aigüe à l'intérieur du pays, et l'urgence liée à la sécheresse, le commissariat à la sécurité alimentaire a utilisé à peine 24% de son budget. Crédit : Noorinfo/MLK
Malgré une crise alimentaire aigüe à l'intérieur du pays, et l'urgence liée à la sécheresse, le commissariat à la sécurité alimentaire a utilisé à peine 24% de son budget. Crédit : Noorinfo/MLK
Sur les 297 milliards UM du budget mauritanien pour 2012 alloués aux institutions étatiques, au 4 septembre, 51% à peine de ce montant a été utilisé par les autorités, à trois mois du terme d’exercice de la loi de finances. C'est ce que révèle site du trésor public.

Des structures en particulier étonnent de par le peu, voire l’inexistence de leurs activités par rapport à la gravité de l’actualité qui les concernait. C’est le cas du commissariat à la sécurité alimentaire, qui a obtenu un budget de près de 900 millions d’ouguiyas, et qui en a utilisé 38% seulement, dans un contexte d’urgence alimentaire qui a mobilisé les ONG internationales. Et en soustrayant les frais de fonctionnement, faramineux sous l’administration Aziz, on constatera que l’utilisation prévue pour ce budget, n’a pas été effectuée, ou très peu.

Encore plus étonnant, le ministère des affaires sociales, de l’enfance et de la famille a utilisé à peine le quart de son budget, dans un pays où le phénomène des talibés croit de manière inquiétante, et où l’explosion de la cellule familiale est de plus en plus courante ! En dehors des voitures de fonctionnaires, des salaires, où sont passés les près de 2 milliards d’UM de ce ministère ?

«Comme d’autres structures de l’état, le principe du budget ne veut plus rien dire en Mauritanie, depuis trois ans. On a vu la communauté urbaine de Nouakchott, se voir prise près de 300 millions l’an passé par les autorités, illégalement pour financer d’autres structures qui ont dépassé les 100% de leurs budgets. Les lignes comptables ne sont pas claires.» révèle un cadre du ministère de la fonction publique.

Mais la palme de l’inefficience revient au secrétariat général qui a un budget d’un milliard et demi d’UM. Il fait l’usage de 12%, difficilement, de celui-ci, et qui doit représenter quasi-exclusivement les charges salariales et les avantages liés. «Ce genre de secrétariat reste des niches potentielles où l’état pourra grappiller des sous en cas de difficultés, mais on savait pertinemment en faisant le budget, que c’était excessif».

Des ministères «craintifs»

Hyperprésident, Mohamed Ould Abdel Aziz centralise les décisions majeures de ses ministères, qui n'osent pas prendre d'initiatives
Hyperprésident, Mohamed Ould Abdel Aziz centralise les décisions majeures de ses ministères, qui n'osent pas prendre d'initiatives
Ce ne serait pas qu’une question d’inefficience ; les structures publiques craindraient d’user des ressources allouées, à cause de la concentration des pouvoirs dans les mains du Président.

C’est dans ce cadre qu’entrerait le ministère du commerce, de l’industrie, de l’artisanat et du tourisme, qui a utilisé au 4 septembre, 19% de son budget de 1,6 milliard UM.
«Certes le tourisme est dans un marasme lié à des problèmes de sécurité dans la région du Sahel, mais c’est là justement que ce ministère devrait se faire entendre pour revaloriser la destination Mauritanie. Mais non, c’est le silence. Que dire de l’appui à l’artisanat ou à l’entreprenariat de la jeunesse mauritanienne ? Nada. On dirait qu’ils ont peur de travailler, ou de faire quelque chose qui ne plairait pas au Raïs» s’énerve

Le ministère des affaires étrangères et de la coopération a quant à lui bientôt épuisé son budget de 3,5 milliards UM, avec 95% de son budget utilisé à moins de quatre mois du terme de l’exercice budgétaire.

"Ca montre le déficit de projets durables de ce gouvernement, qui presse les entreprises et le contribuable comme des citrons, et ne dépense rien d'un autre côté, pour présenter à des institutions internationales, comme le FMI, des chiffres ronds en macro. Mais on voit comment cela est obtenu" conclut Saleck Ould Sidi Mahmoud, député Tawassoul à l'assemblée nationale, et rapporteur du budget.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires