Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Financement d’Errahma encore un coup de Cridem qui mérite les tribunaux…


A.O.S.A
Mercredi 2 Septembre 2015 - 19:51


De quoi je me mêle ? Je me le demande et je devrais envoyer à Errahma la note salée de cette défense mais c'est un don Chezvlane d'utilité publique. De quoi se mêle Cridem qui écrit un article signé « rédaction Cridem » avec pour titre «  Errahma : une fondation qui ne respecterait pas la loi ». Un titre au conditionnel on se demande pourquoi puisque le contenu, fruit de la misérable ignorance du journaliste, est à charge et le résultat au bénéfice de la mauvaise foi du site qui fait le jeu de certains partenaires ennemis d'Aziz.

 

«  Errahma, une fondation qui a fait beaucoup d’encre ces dernières heures, ne respecterait pas la loi. Du moins c’est ce qui ressort d’un communiqué d’Errahma publié ce premier septembre 2015 par certains sites électroniques.

En effet pour éclairer l’opinion sur la provenance de ses biens,Errahma écrit : «Les biens acquis par la Fondation Errahma sont le fruit d’efforts soutenus de son président qui a su créer, tout au long de son séjour, à l'étranger, durant ses études supérieures, un vaste réseau de relations avec des Fondations et Institutions Internationales (telles que Iman Fondation, par exemple)».

La loi en Mauritanie interdit aux associations et autres fondations de recevoir des subsides de l’étranger. L’article 4 de la loi relative aux associations prévoit même le retrait d’autorisation à toute association qui reçoit des subsides de l’étranger.

SC

Copyright © 2015 Cridem »

 

 

--------------------------------------------

 

 

 

Cridem ferait bien se renseigner avant de colporter des âneries. Dejà l’article 27 de la Loi n°64.098 du 9 juin 1964 relative aux associations stipule « Art.27.- Les associations reconnues d’utilité publique peuvent recevoir des dons et des legs…»

http://www.droit-afrique.com/images/textes/Mauritanie/Mauritanie%20-%20Associations.pdf

 

 

 


D’ailleurs il suffit d’aller sur le site de la fondation Bouamatou que Cridem connaît bien, fondation d’utilité publique aussi où l’on peut lire la liste des donateurs. On y trouve un homme d’affaire français blanchi après le scandale de la Belgolaise pour blanchiment d’argent Marc Blanpain, une société d’agro-alimentaire étrangère et d’autres

 

http://www.fondationbouamatou.com/les-donateurs/

 

D’ailleurs inutile d’aller jusque-là, il suffit de lire la « Loi relative au régime juridique particulier des associations de développement LOI n°2000 - 043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de développement » pour obliger Cridem à publier des excuses et éviter à l'avenir de prendre parti surtout quand on ne maîtrise pas son sujet et qu'on bénéficie de l'aide d'état à la presse.

 

« Article ler : La présente loi a pour objet de définir le régime juridique particulier applicable aux associations de développement. Au sens des dispositions de la présente loi et des règlements pris pour son application, on entend par "association de développement", les associations, nationales ou de droit étranger, telles que définies aux termes de la loi n° 64.098 du 9 juin 1964 relative aux associations, ayant pour objet la réduction des inégalités et la lutte contre ! a pauvreté, à travers la poursuite de I'un ou plusieurs des objectifs suivants : − la sécurité alimentaire − L’intégration des couches vulnérables de la population dans le processus de développement économique et social, notamment par la promotion de l’emploi ; − l'accès des populations aux services sociaux de base et, en particulier, à l'éducation, à la bsanté et à l'habitat, − la protection de la femme et de l’enfant ; − la protection de l'environnement ; − les secours d’urgence − et, en général, les objectifs visant à améliorer les conditions de vie des population »

 

 

 "Article 6 : Ne peuvent être agréées que les associations de développement qui justifient de la réalisation, dans des conditions jugées satisfaisantes, d'un programme significatif de lutte contre la pauvreté et de développement à la base. Sont agréées de plein droit, les associations de développement, nationales ou de droit étranger, reconnues d'utilité publique sur le fondement des dispositions de la loi n° 64.098 du 9 juin 1964"

 

et surtout : « Article 7 : Les associations de développement agréées en application de la présente loi, peuvent recevoir subventions, dons ou legs de personnes physiques ou morales, nationales ou étrangères, lorsque ces subventions, dons ou legs sont compatibles avec leur objet

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires