Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Finale Mauriapp Challenge : Une soirée de tous les gagnants


High-Tech
Mardi 17 Février 2015 - 20:38

Après un report de trois semaines, la finale attendue du Mauriapp challenge a eu lieu lundi soir, à la chambre de commerce de Nouakchott. Plébiscité par le public, l’application Diabapp remporte le prix du jury également. Une consécration qui ne masque pas le plus grand succès de cet évènement : Avoir su être une alléchante et encourageante vitrine des forces vives des NTIC mauritaniennes.


Présentation d'une des applications de la finale. Crédit : MLK
Présentation d'une des applications de la finale. Crédit : MLK

Pour une fois en Mauritanie, en parlant d'initiative de jeunes, on parle réellement de jeunes, même pas la trentaine pour la majorité d'entre eux, et non pas de cinquantenaires, ou de grabataires atteints du syndrome de Peter Pan. En ce sens, on a toutes les raisons de se réjouir du succès dans l'organisation du Mauriapp Challenge, et des potentialités, en termes de compétences et de ressources humaines, qu'elle montre à ce pays. Ce qui était dès le départ un des objectifs de la structure organisatrice HADINA RIM TIC, créee par Mariam Kane.

"On tenait vraiment à montrer qu'avec de la volonté et du talent, et un soupçon d'aide, de chance donnée, on pouvait mettre en branle les ressources humaines en technologie de ce pays, et générer éventuellement à l'avenir de potentielles start-up et de nouvelles technologies." argue enthousiaste la jeune femme, initiatrice de ce projet.
 


Mariam Kane, présidente d'HADINA RIM TIC. Crédit : MLK
Mariam Kane, présidente d'HADINA RIM TIC. Crédit : MLK

"Nous voulons pousser et accompagner l'existence d'un écosystème viable pour pérenniser l'éclosion des talents : les partenariats tissés avec l'état, mais aussi les partenaires privés comme la Banque Mondiale ou Chinguittel par exemple, vont dans le sens de stimuler l'entrepreneuriat des jeunes, et lancer un incubateur de talents pour les jeunes sortant de fac" continue-t-elle.

Un enthousiasme partagé par la totalité des acteurs, et des invités présents lors de cette finale. «Cette initiative, il faut le rappeler, partie de rien du tout, si ce n’est de la passion et de la volonté d’un groupe de jeunes, et de la vision de son initiatrice, Mariam Kane, est à encourager. Si l’état accompagnait dès l’embryon ce genre de projets, on lutterait bien plus efficacement contre le chômage des jeunes, que l’on voit ici motivés, plein d’idées et de ressources, mais sans une main bienveillante pour les faire croître. Il est temps de sortir de la politique politicienne à cet égard» affirme Djindah Bal, DG de Butterfly Communications, et membre du jury pour cette finale.
 


Khadjetou Abed, gagnante de la finale pour son application Diabapp. Crédit : MLK
Khadjetou Abed, gagnante de la finale pour son application Diabapp. Crédit : MLK

Une gagnante, dix consacrés

L'espace d'un début de soirée, et d'un lieu de rencontre où une Mauritanie souriante, intelligente, et sans complexes, s'est retrouvée avec elle-même, on a vu ce que le destin donnerait à ce pays, si seulement la volonté politique affalée et bedonnante, laissait les compétences de ce pays s'accomplir.

Un sourire, une intelligence, une conscience de soi, que l'on retrouve chez Khadijetou Abed, gagnante de cette finale, avec son application Diabapp, plébiscité d'abord par le public il y a trois semaines, avant que le jury ne lui emboîte le pas hier soir : «Diabapp assure la connexion en temps réel entre le patient et son médecin. En cas d’urgence, le médecin peut envoyer un diagnostic et une éventuelle ordonnance au travers de l’application. La connexion 3G dont bénéficie le pays permet son usage en temps réel» assure la gagnante de la finale, Khadjetou Abed.
 


Niammé Maghat Niang (d) et Diouly Oumar Diallo présentant leur application. Crédit : MLK
Niammé Maghat Niang (d) et Diouly Oumar Diallo présentant leur application. Crédit : MLK

De mêmes yeux pétillants que l'on retrouve dans le duo formé par Niammé Maghat Niang et Diouly Oumar Diallo, créateurs de l'application arrivée 3ème, Taxisecure. Après le viol et le meurtre barbare de Penda Soghé, ils ont travaillé sur un moyen de permettre à n’importe quel citoyen, notamment les plus vulnérables, de s’assurer de sa sécurité en prenant un taxi. L’émulation commune, et le désir de changer les choses donne naissance à Taxisecure.

"Développée sous Androïd, cette application permet de savoir déjà si le taxi est en règle ou pas, en photographiant sa plaque d'immatriculation. Un système de "tracking car" permet à un proche de la personne prenant le taxi, de vérifier en temps réel la progression du trajet du taxi pris. En cas d'alerte, en un clic la personne dans le taxi peut déclencher une alarme sur le portable de son proche, indiquant également toujours, son emplacement" explique Niammé Niang.

Lire la suite
Mozaikrim

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires