Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Festival blues, du Fleuve : Quand la culture surclasse la politique


Culture
Mardi 11 Décembre 2012 - 12:40

A l’occasion de la deuxième édition du " Festival du Fleuve ", parrainé par le ministère mauritanien de la Culture, de la jeunesse et des sports, combiné, cette année avec la 8ème Edition du Festival Blues du Fleuves du célèbre musicien Baba Maal, le Fleuve Sénégal n’était plus la frontière naturelle entre la Mauritanie et le Sénégal mais est redevenu un facteur d’union entre les populations des deux rives.


Défilé de pirogues lors du lancement du festival, sur le fleuve Sénégal. Crédit : Noorinfo/Mohamed Lemine Diallo
Défilé de pirogues lors du lancement du festival, sur le fleuve Sénégal. Crédit : Noorinfo/Mohamed Lemine Diallo
Le Festival du Fleuve, que le ministère de la culture a voulu inscrire dans le cadre d’un agenda national - et surtout politique - a été surclassé par la manifestation, essentiellement culturelle et musicale des Blues réaffirmant, à l’occasion, que Baba Maal est à n’en pas douter un monument de la culture pulaar et bénéficie d’une très grande audience en Mauritanie. En témoigne l’immense foule venue assister à cette manifestation culturelle qui magnifie leur culture et leur histoire. Boghé, côté mauritanien du Fleuve, et Démet (côté sénégalais) n'ont fait qu'un le temps d'un week-end culturel.

Les populations massées des deux côtés du Fleuve n’avaient rien de différent : même langue, même vêtements, même vécu, même histoire. Mais surtout même attachement à ce qui était l’attraction du moment, le grand compositeur et chanteur de la musique pulaar, Baba Maal. C’était, en fait et pour dire vrai, la raison du déplacement de milliers de natifs de la ville de Boghé venus des quatre coins de la Mauritanie. Les autres activités " insérées " à celles essentielles avaient un caractère protocolaire qui n’échappait nullement à l’œil d’un observateur averti.

Pour sa deuxième édition du Festival du Fleuve, le ministère de la Culture avait besoin d’un " jumelage " avec les Blues de Baba Maal, qui ont une bonne longueur d’avance (8ème édition) et une réputation qui se justifie par les succès rencontrés dans ses précédentes éditions à Podor, ville natale du chanteur et à Winding. Pour le reste, les organisateurs de ces deux festivals en un avaient peaufiné un programme qui tient compte, tant bien que mal, des " spécificités " du Festival du Fleuve et des Blues de Baba Maal. Sur trois jours donc (du 7 au 9 décembre), les populations de Boghé (Mauritanie) et de Démet (Sénégal) vivent au rythme d’activités culturelles (régate, paroliers, défilé), de grands concerts avec des musiciens venant du Sénégal, du Mali, de Mauritanie, de Guinée et du Burkina, d’exposition-vente de produits artisanaux locaux, de conférences-débats sur des thématiques intéressant les jeunes et les habitants locaux et d’activités de reboisement.

Ouvert à Boghé, en présence de personnalités officielles, avec à leur tête la ministre de la Culture, de la jeunesse et des Sports, Cissé Mint Cheikh Ould Boydé, le festival a été clôturé à Démet, sur la rive gauche du Fleuve. Ce qui constitue un bel exemple d’intégration entre deux pays qui ont bien des choses en commun, malgré les heurts de la politique et les contraintes liées à leur existence en tant qu'états jouissant de la plénitude de leur souveraineté nationale.

Sneiba
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires