Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Faits divers de l'Authentique


Actu Mauritanie
Lundi 2 Novembre 2015 - 09:49

L’histoire de Aïssata a été relatée dans une précédente édition. Pour rappel, Aîssata a été chassée de son foyer par sa belle-famille (...) Maarouf Ould Mohamed Wassy est un caïd multirécidiviste bien connu dans les allées de la justice. Ses parents et proches ont fini, lassé, par l’abandonner à son sort


Faits divers de l'Authentique
Le dur combat d’une mère pour ses enfants

L’histoire de Aïssata a été relatée dans une précédente édition. Pour rappel, Aîssata a été chassée de son foyer par sa belle-famille qui avait profité de la maladie psychique de son mari, un employé de l’aéroport.

C’est toute sa vie qui basculait ainsi après des années de bonheur où son mari l’avait défendue avec bec et ongles contre l’inimitié de sa propre mère et de ses frères. Malade, il ne pouvait plus rien faire pour elle. Sa famille en profita pour chasser Aïssata de la maison qu’elle quitta sans pouvoir rien emporter, ni ses trois garçons, ni ses propres affaires.
 
Elle alla s’installer chez ses parents mais décida de mener un combat pour récupérer ses enfants. Elle porta plainte à la Brigade des mineurs puis le dossier parvint au parquet. Le procureur de la République qui hérita du dossier l’orienta vers le juge pour mineurs qui convoqua le mari en exigeant la présence des enfants. Là, il remit les trois garçons sous la garde de leur mère qui s’empressa à les envoyer à Fouta passer leurs vacances.
 
Avec l’ouverture des classes, elle a voulu les transférer mais se heurta à l’intransigeance du directeur de l’établissement qui déclara que seul leur père, qui les avait inscrit est habilité à les transférer. De nouveau, Aïssat a dû avoir recours à la justice. Elle a rendez-vous aujourd’hui, lundi 26 octobre avec le Procureur de la République.
 
Le « Poignardeur » poignardé

Maarouf Ould Mohamed Wassy est un caïd multirécidiviste bien connu dans les allées de la justice. Ses parents et proches ont fini, lassé, par l’abandonner à son sort. Ils ne viennent plus dans les différents commissariats quand il commet des délits, ne se rendent ni à ses jugements ni ne le visitent pendant ses séjours carcéraux. Il a fini par se retrouve en rupture de banc et change continuellement de domicile.

La dernière affaire dans laquelle il est actuellement mêlée s’est passée au Carrefour Bouddah aux environs de 22 heures. Il avait agressé un certain Mohamed Lemine, lui demandant sous la menace de son arme blanche à vider ses poches et à lui remettre son portable.
 
Devant le refus de ce dernier, il lui asséna un coup de couteau qui ne fit heureusement qu’effleurer sa victime. Il réussit quand même à lui asséner un second coup sur les côtes, avant que Mohamed Lemine ne parvienne à se saisir de l’arme et à en assumer des coups sur le dos et dans le ventre de son agresseur.

Maarouf tomba à terre en criant de douleur. Mohamed Lemine alerta sa tante qui habitait loin du lieu du drame, pendant qu’une foule se formait. Maarouf fut transporté vers le commissariat d’El Mina 1. Les limiers s’empressèrent de le conduire à l’hôpital lui et Mohamed Lemine car tous les deux saignaient.

Alors que Mohamed Lemine sortait de l’hôpital, ses blessures étant moins graves, le caïd lui était retenu d’urgence. Le Procureur de la République du tribunal de Nouakchott-Sud et la Police Scientifique alertés se rendirent sur les lieux. Mohamed Lemine fut gardé au commissariat en attendant de voir l’état de santé de son agresseur.
 
Au bout de trois jours, Maarouf fut libéré par l’hôpital, sa vie n’étant plus en danger. Sa version de l’incident fut recueillie après celle de Mohamed Lemine. Il était accompagné par son oncle. Entendus tous les deux par le Procureur de la République, le Procureur a libéré Mohamed Lemine et placé Maarouf sous contrôle judiciaire.
 
Sur ces entrefaites, Maarouf s’est vu imputer une autre attaque à Basra. Il avait réussi à s’enfuir mais son complice qui passa à table l’avait dénoncé. Ce vol, il l’avait commis tout juste cinq jours avant son agression contre Mohamed Lemine.

Comme ils étaient sur cette affaire, les limiers du commissariat de Sebkha 3 ayant entendu qu’il est entre les mains de leurs collègues d’El Mina 1 étaient venus pour l’écouter sur cette affaire. Ayant eu connaissance de sa condition de santé particulière, ils décidèrent de le laisser d’abord entre leurs mains, avant de l’entendre à leur tour sur ce deuxième délit.
 
Deux multirécidivistes raflés en état d’ébriété

Moussa Bâ « Fosse septique » et Alioune Mesjid ont été raflés par une patrouille de police alors qu’ils étaient dans un état d’ébriété total. Il s’agit de deux multirécidivistes bien connus de la police et de la justice. Moussa Bâ est ce voleur qui chaque fois qu’il se sent poursuivi se jette dans la première fosse septique rencontrée. Comme il ressort le corps complètement enduit de matières fécales, les gens rebutent à s’approcher de lui et il en profite pour s’enfuir.
 
Cette fois, il retombe dans les filets du commissariat d’El Mina 1. Déferré au parquet de la République du tribunal de Nouakchott-Sud, il avait été entendu par le juge d’instruction qui le libéra sous contrôle judiciaire lui e son ami, Alioune Mesjid. Ils devront se présenter deux fois par semaine au commissariat jusqu’à ce que la justice les réclame. Mais certains policiers que d’ici là, les deux malfaiteurs commettront sûrement un autre délit.
 
Abou Cissé
Lauthentic.info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires