Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Faculté des Technologies, des Sciences et de Médecine : L’incurie "Scientifique"


Société
Mardi 25 Septembre 2012 - 10:26

Le gouvernement a décidé, jeudi dernier, la création d’une Faculté des Technologies, des Sciences et de Médecine qui pourrait constituer un gage pour l’avenir scientifique et technologique du pays.


Faculté des Technologies, des Sciences et de Médecine : L’incurie "Scientifique"
En effet, dans le monde d’aujourd’hui, l’accès aux sciences et l’instrumentalisation de la technologie aux fins de développement sont une impérieuse nécessité. Pour y arriver il est impératif de mettre en place les structures idoines à même de permettre, objectivement, d’atteindre cet objectif, dans délais raisonnables et selon les normes académiques spécifiques.

Avons-nous, réellement, à l’état actuel de l’organisation de notre Etat et du niveau et de la mentalité de nos décideurs et "hommes de science", les moyens et la volonté "cartésienne" de le faire ? Avons-nous, surtout, la capacité de bien mettre en place des "choses" qui répondent strictement aux critères scientifiques objectifs ? Et avons-nous aussi les ressources humaines, moralement à la hauteur et scientifiquement qualifiées, qui pourraient faire fonctionner judicieusement ces structures ?

En plus, selon quels critères et quelles exigences avons-nous planifié la mise en place d’une structure assez exigeante en termes de sérieux comme une faculté de ce genre ?

Incontestablement, la Mauritanie doit pouvoir rivaliser avec certaines nations émergentes qui ont fait leurs preuves dans le domaine des recherches scientifiques. A défaut d’égaler la Tunisie ou le Maroc ou encore le Sénégal et le Ghana, nous avons grand intérêt à revigorer la recherche scientifique en mettant les moyens nécessaires pour cela. Les Etats ne se développent pas seulement par la "Boletig", l’achat collectif des consciences par une propagande nombriliste qui nous fait regarder éternellement en arrière, laissant le train de l’avenir passer, sans nous. Elles ne se développent non plus pas par le versement de budgets colossaux dans la défense afin d’amadouer des "étoiles" putativement rétives ou dans les comptes déguisés de "brebis" qui ne cherchent qu’à brouter sous la reposante ombre du chapitre toujours nauséabond de la "préservation de l’intégrité territoriale et de la paix interne" !

Si les mauritaniens devraient donner une place à la science moderne, au lieu de dépenser des fortunes faramineuses dans la "réhabilitation" d’un patrimoine religieux qui fait certes notre fierté, elle devrait aussi revoir tout le système. Avec objectivité et sans politisation. L’équation Education-Identité ne doit point être le point central autour duquel tourne la réflexion. Celle-ci devrait plutôt s’articuler autour de la question : que voulons-nous faire de notre pays demain ? Et quelle place pour nous dans le monde d’aujourd’hui ? Malheureusement, avec le système éducatif en vigueur, une faculté nouvelle comme celle créée par le dernier conseil des ministres risque d’être une farce de plus. Où sont les étudiants que nous allons envoyer dans cette faculté, si nous savons que les fondamentaux de l’éducation sont défaillants à l’image de ce que les cuvées des années 2009-2012 du Bac ont mis en évidence ? Faudra-t-il alors se résoudre à former des scientifiques, des technologues et des médecins au rabais et selon les méthodes "boutique", seules que nous maîtrisons à la perfection ? Dans ce cas, nous serons partis pour créer une génération de "scientifiques de Papa" à l’instar des officiers, des administrateurs et des "commis" de ce qui ressemble aujourd’hui encore à un Etat ?

Si nous suivons le même chemin habituel que celui-ci, il n’y a aucun doute que cette nouvelle structure, énième création farfelue "sur humeur", ne pourra être qu’un tremplin pour un obscur "professeur" ou un "agrégé" en opportunisme ou un inculte "émérite" qui ne tardera pas à en faire une vache à lait ; comme nous le voyons aujourd’hui dans certaines "structures académiques" dont certaines se sont, tout simplement, transformées en un instrument enfantin entre les mains de "personnalités" dont les pratiques n’ont rien à avoir avec la science, ni la morale.

Dans ce cas, la Faculté de Médecine est loin d’être le seul exemple. A des degrés divers, toutes les facultés de Mauritanie sont malades et pourries par des méthodes et un système sclérosés dont les tenants sont une bande de copains idéologiques, tribaux et "groupusculaires" qui ont suicidé l’enseignement en Mauritanie. Tant que ce sont des ignares qui insultent la bonne conscience du mauritanien du genre de ceux qui osent arguer, publiquement, que notre université n’avait rien à envier à celles d’Oxford et de Tunis, nous n’aurons que la sous-science qui fait émerger les médiocres et propulse l’incurie !

JOB
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter