Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Fabius annoncé


Vu de Mauritanie par MFO
Mercredi 25 Juillet 2012 - 23:27


Autres articles
Fabius annoncé
Laurent Fabius, le ministre français des affaires étrangères sera dans quelques jours à Nouakchott. Une étape dans une tournée qui le conduira dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest. Laquelle tournée aura pour objet la situation au Mali.
L’étape de Nouakchott est particulière dans la mesure où la Mauritanie est le seul pays de la zone sahélienne à avoir engagé une guerre réelle contre Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI), l’acteur principal de la déstabilisation du Nord malien.
 
Subissant les attaques de la nébuleuse terroriste, la Mauritanie a décidé, à partir de 2009, de réorganiser ses forces armées pour faire face à la menace. Des unités spécialisées dans la lutte contre les groupes armés venant du Nord malien, ont été créées. Légères, bien équipées et bien préparées, ces unités sont appelées «GSI», groupe spécial d’intervention. Bénéficiant d’une autonomie complète, elles ont acquis une grande expérience sur le terrain qu’elles parcourent depuis bientôt trois ans (le premier GSI a été opérationnel en 2010). Une nouvelle unité de ce corps d’élite est en train d’être montée avec, cette fois-ci, le concours des Américains qui ont longtemps hésité à appuyer les Mauritaniens dans leur effort.
 
En effet, les Américains, les Occidentaux en général, avaient plus confiance à l’Armée malienne et à ses capacités à faire face pour «nettoyer» son territoire. L’essentiel de l’aide allait aux Maliens.
 
Les événements de cette année devaient amener les partenaires à changer d’approche. Il est clair aujourd’hui que l’option mauritanienne était la meilleure. Qu’en tout cas, si la communauté internationale, y compris les pays du champ (Mali, Niger et Algérie) avaient suivi, la menace aurait été éradiquée sans grand prix à payer et à temps. Cela se serait fait avant toutes ces complications qui ont pour premier résultat une organisation qui a un territoire et qui a multiplié par cent ses capacités de nuisance.
Tout comme les Américains, les Français avaient aussi hésité même s’ils avaient été la première cible de l’activité terroriste. Il leur a fallu du temps, beaucoup de temps, pour comprendre que le Mali perdait inexorablement le Nord par la faute du laxisme et de la corruption de l’Appareil d’Etat.
 
Seuls les Mauritaniens peuvent aujourd’hui garder un semblant de calme malgré les menaces. En effet, les combattants de AQMI savent pertinemment que toute attaque contre la Mauritanie signifiera nécessairement une contre-attaque. Ils ont subi la furie mauritanienne qui leur a coûté très cher. Ils savent qu’ils ne peuvent être nulle part à l’abri face aux Mauritaniens qui ont une excellente intelligence du terrain et de ses habitants. Si les Occidentaux, particulièrement les Français et les Américains peuvent opérer la surveillance satellitaire de l’activité criminelle dans la zone, le renseignement humain reste plus précis et plus utile. Il profite largement aux Mauritaniens qui perçoivent les populations locales (Arabes, Touaregs, Peulhs…) comme l’un de leurs prolongements sociologiques.
 
Le ministre français arrive dans un pays qui est certes «ami à la France», mais que rien n’oblige à s’aligner sur les lectures hexagonales de la situation dans notre aire sahélo-saharienne. Les deux pays sont certainement d’accord pour s’opposer à toute partition du Mali. Comme ils doivent être d’accord sur la nécessité d’éradiquer l’activité criminelle de cet espace. Mais sur la manière et les moyens à utiliser, il y a beaucoup à discuter.
«On va verra»… comme disait un ancien auxiliaire de l’administration mauritanienne.

Mohamed Fall Oumere
oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter