Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

FIFA : vers un scandale de corruption avec le Qatar pour le Mondial 2022


Sport
Mardi 29 Janvier 2013 - 16:20

Le Qatar a t-il acheté la Coupe du monde 2022 qu’il va organiser sur son sol ? D’après France Football, qui publie une enquête à charge dans son édition de ce mardi, la désignation en 2010 du Qatar pour organiser le Mondial 2022 est "suspectée d’avoir été entachée d’actes de collusion et de corruption". Un dossier complet qui met le doigt sur les pratiques de "tout un système de type mafieux qui fut validé", fait savoir le magazine. La FIFA serait donc touchée, mais aussi des instances comme l’UEFA et son président, Michel Platini.


La délégation qatarie recevant de Sepp Blatter (d) l'organisation de la coupe du monde de football en 2022.
La délégation qatarie recevant de Sepp Blatter (d) l'organisation de la coupe du monde de football en 2022.
Autres articles
C’est une véritable bombe que vient de sortir France Football dans son édition de mardi, du moins si les accusations s’avèrent réelles au final. Pour le magazine français, l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar pourrait être entachée d’un énorme réseau de corruption qui toucherait de nombreuses fédérations nationales, dont le vote aurait tout simplement été acheté. Mais pour comprendre les soupçons de corruption, il faut revenir en 2010, au moment du vote pour l’attribution du Mondial 2022. Le pays du Golfe est à la lutte avec les Etats-Unis pour organiser l’évènement le plus attendus par les amoureux du ballon rond et parvient à obtenir la faveur des suffrages avec 14 voix contre 8 pour les Américains. Ce sera donc la première fois que la Coupe du monde ira dans cette zone, après avoir découvert le continent africain lors de sa dernière édition.

Mohammed Bin Hamman au coeur de l’enquête, Hayatou mouillé

Sauf que, pour le bi-hebdomadaire, ce vote assez massif en faveur du Qatar est plus que douteux car en coulisses, cette désignation est entachée de corruption et d’entente illicites. Dans son enquête, France Football évoque le rôle qu’a tenu Mohammed Bin Hamman, l’ancien président de la Confédération asiatique de football et membre du Comité exécutif de la FIFA, qui avait du démissionner de ses fonctions après une affaire de corruption le touchant... Et ce juste après qu’il se soit déclaré candidat à la présidence de la FIFA face à Joseph Blatter. Depuis, Bin Hamman, d’origine qatarie, a également été suspendu de ses fonctions au sein de l’instance mondiale, mais n’en reste pas moins suspect dans l’affaire de l’attribution du Mondial 2022 au Qatar.

Dans un rapport du Tribunal arbitral du sport, il est indiqué que "plusieurs enveloppes non marquées avec à l’intérieur de chacune 40 000 dollars (soit environ 30 000 euros) et ont été distribués à des délégués de l’Union caribéenne de football. Des "donations" qui ont eu lieu à l’occasion d’une réunion qui s’est tenue en mai 2011 à Trinité-et-Tobago les 10 et 11 mai 2011. Un évènement auquel avait pris part le sulfureux Bin Hamman. Le Qatar aurait également recruté à coups de millions des ambassadeurs pour faire la meilleure publicité possible à sa candidature. C’est ainsi que des personnalités comme Zinedine Zidane ou encore Diego Maradona se sont retrouvés à promouvoir les bienfaits d’un Mondial qatari. Toutes les instances continentales auraient aussi été approchées par de telles pratiques, notamment par le financement des congrès des instances. Le président de la CAF, Issa Hayatou aurait perçu plus d’un millions d’euros... Une façon de s’attirer ses faveurs.

Réattribuer le Mondial 2022

Même le président de l’UEFA, Michel Platini serait mouillé dans cette affaire déjà rebaptisée le "Qatargate". L’ancien joueur de la Juventus aurait ainsi participé à une entrevue très secrète diligentée par l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, le 23 novembre 2010, en présence de Tamin bin Hamad al-Thani, prince du Qatar, et de représentants du Paris Saint-Germain. Le magazine indique que c’est à ce moment-là que Platini aurait accepté de donner sa voix au Qatar avec comme contre-partie des investissements de l’état du Qatar en France, avec en ligne de mire le club de la capitale, mais aussi la création d’une nouvelle chaîne dédiée aux sports.

De lourdes accusations qui mettent en péril la désignation du Qatar comme hôte de la Coupe du monde 2022, mais viennent une nouvelle fois ternir l’image de la FIFA, qui n’est plus à un scandale près. Des réactions sont attendues très prochainement dans ce "Qatargate", qui pourrait, si les accusations sont prouvées, amener à la réattribution du Mondial 2022, et pourquoi pas amener une vaste enquête pour déterminer à quel hauteur est impliqué chacun des dirigeants de l’instance mondiale du ballon rond, qui au passage vient de perdre un peu plus de crédibilité.

Mansour Loum
Pour afrik.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire