Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Expo collection Eric Linard : l’institut français et la phrase qui tue !


A.O.S.A
Jeudi 9 Février 2012 - 18:19


Expo collection Eric Linard : l’institut français et la phrase qui tue !

En une phrase, l’institut français aura certainement refroidi la majorité des amis de l’art en Mauritanie. De là sans doute que seule une trentaine de personnes ait fait le déplacement pour cette expo originale, la première du genre sur les lieux car il n’y avait rien à vendre ! Un collecteur ayant fait le déplacement jusqu’en Mauritanie avec un précieux lot de sa collection personnelle pour présenter 10 ans d’art contemporain français, un directeur de l’institut tout fier de présenter l’exposition, tant d’efforts pour si peu de visiteurs ; c’est triste !

 

 C’est triste car à ce rythme comment l’institut français pourra-t-il se battre pour continuer à exister à l’heure des coupes budgétaires de plus en plus sanguinaires ? C’est le début de la fin ! Bientôt fini  l’ex C.C.F proposant des expositions en tous genres gratuitement, sans parler du reste… D’ailleurs pourquoi les espagnols ne viennent-ils pas soutenir les expos de l’institut français alors que ce dernier permet chaque mois depuis des années aux mauritaniens de découvrir le cinéma espagnol ?

 

 Cette fois, le coupable n’est peut-être pas seulement le public boudeur qui peut toujours aller voir cette exceptionnelle expo d’œuvres privées jusqu’au 29 février ; en effet, l’institut français a certainement froissé l’égo de la majorité des amis de l’art mauritaniens et étrangers qui ont reçu chacun l’invitation en courriel annonçant :

 

 « Oui ! Enfin une exposition pour comprendre l’art d’aujourd’hui ! »

 

 Bourde par excès d’enthousiasme ! Les amis de l’art en Mauritanie sont des savants, il faut les traiter autrement…

 

 Pour le reste : que dire et que penser de cette expo ? C’est 100 % art contemporain autant dire en hassanya « 100 % Veyavi ! » à ne pas confondre avec « 100 % blavaïde ». Ce n’est pas du blavaïde mais du veyavi : pour comprendre la nuance, mettre la main sur un deïmani car les Oulad Deïmane sont les experts du hassanya.

 

 Si vous êtes férus d’art contemporain vous serez ravis car vous pourrez là parler avec un vrai collecteur, un spécimen rare de nos jours : le collecteur missionnaire ! À ne pas confondre avec le collecteur marchand et spéculateur. Eric Linard, à vue d’œil, est un artiste collecteur habité par une sorte de quête mystique des incompris comme s’il avait la chance de vivre à une époque où tout se perd et qu’il faille d’urgence protéger toutes ses marques d’une trajectoire artistique fondamentale unique au monde.

 

 En France, en occident, chez les japonais ou en Russie, cet art-là est d’époque ; mais pour nous autres qui ne sommes pas même contemporains de notre époque, cet art nous échappe ! Pour nous l’art doit être quelque de chose de beau ou de sensé, quelque chose d’intrigant, quelque chose de composé mais certainement pas quelque chose de ridicule qui nous fait perdre notre temps ou nous prend pour des consommateurs lobotomisés qu’il faille faire réagir d’une manière ou d’une autre de sorte que même si vous trouviez cela ridicule alors l’objectif de l’artiste serait atteint !
 

 Nous appelons ça, en dignes néophytes, veyavi ! car nous avons d’autres priorités… Certains diront que nous sommes trop pauvres, pas assez cultivés pour saisir la chose ; nous manquerions de références ; certainement ! A chacun les siennes ! Et Dieu merci on trouve encore dans tout l’univers des gens sains de corps, d’esprit et de portefeuille pour appeler un chat un chat et une croûte une croûte !

voir les photos et lire la suite...

chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires