Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

État islamique : comment tout a commencé


International
Lundi 5 Septembre 2016 - 00:00

Grâce au témoignage inédit d’un djihadiste de la première heure, Foreign Policy a pu retracer très précisément la manière dont Abou Bakr Al-Baghdadi a fondé le groupe qui allait devenir l’organisation terroriste la plus redoutée du monde.


Depuis sa création, tout ce que nous savons de l’État islamique (EI) nous vient de témoignages de ses ennemis. Son histoire nous a été racontée par ses adversaires qui le combattent en Irak et en Syrie, des civils traumatisés qui ont échappé à sa loi barbare, et quelques rares transfuges. Voilà qui est sur le point de changer, grâce au récit du Syrien Abou Ahmad [nom d’emprunt], membre de l’EI, qui était aux premières loges pour assister à l’ascension fulgurante de l’organisation terroriste et a côtoyé pendant plusieurs mois ses combattants étrangers les plus notoires. Son témoignage apporte un éclairage exceptionnel sur les manœuvres politiques d’Abou Bakr Al-Baghdadi qui ont permis à l’EI d’étendre son influence en Syrie, sur les efforts d’Al-Qaida pour enrayer la montée en puissance de l’organisation, et sur les armes terrifiantes sur lesquelles le “califat” autoproclamé a mis la main. Certains noms et détails ont été omis afin de protéger notre informateur.

Abou Ahmad n’a jamais hésité un instant à soutenir l’insurrection syrienne. Issu d’une famille arabe sunnite conservatrice et religieuse, ce garçon né dans une ville du nord de la Syrie était encore étudiant quand la révolte a éclaté, en mars 2011. Dès le premier jour, il est descendu dans la rue pour participer aux manifestations contre le président Bachar El-Assad. “C’est la joie au cœur que nous avions assisté au soulèvement en Égypte, suivi par la révolution en Libye, explique-t-il. Nous espérions que ce vent de changement ne passerait pas à côté de notre pays.”

À la mi-2012, lorsque l’insurrection dégénère en guerre civile, Abou Ahmad décide de prendre les armes. Il rejoint un groupe rebelle proche de la mouvance djihadiste qui compte essentiellement dans ses rangs des Syriens, mais aussi quelques combattants étrangers originaires d’Europe et d’Asie centrale. À l’époque, la composition des brigades change constamment : tous les deux mois, le groupe d’Abou Ahmad adopte un nouveau nom ou s’allie à d’autres rebelles djihadistes. Mais les factions se consolident peu à peu, et, au printemps 2013, Abou Ahmad choisit de rallier l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui vient de s’implanter officiellement en Syrie, sur fond de tensions croissantes avec le Front Al-Nosra. En juin 2014, l’organisation proclamera le “califat universel” et prendra le nom d’“État islamique”, afin d’afficher ses ambitions internationales. À ce jour, Abou Ahmad est toujours membre actif de l’EI et, à ce titre, il dispose d’une perspective unique sur les agissements et l’histoire de l’organisation.  


Témoin de l’intérieur

Nous l’avons rencontré une bonne quinzaine de fois et avons passé plus d’une centaine d’heures à l’interroger en détail sur ce qu’il savait de l’EI et sur son engagement en tant que “soldat du califat”. Il a patiemment répondu à nos questions, nous a expliqué comment il avait rejoint l’EI, nous a révélé son organisation interne et l’identité des Européens venus combattre dans ses rangs. Nos entretiens duraient six heures par jour, par périodes d’une semaine. Abou Ahmad a pris d’énormes risques en acceptant de témoigner. Dans la mesure où il appartient toujours à l’EI, nous avons dû brouiller certains détails de sa vie afin de préserver son anonymat.

Plusieurs raisons l’ont poussé à accepter de nous parler. Bien qu’il soit toujours membre de l’EI, il n’approuve pas toutes ses actions. L’organisation lui convient, car c’est selon lui le groupe sunnite le plus puissant de la région. Il déplore cependant qu’elle soit “devenue trop extrémiste” et il désavoue ses actes barbares, telles les crucifixions, immolations ou noyades de ses opposants et de quiconque transgresse sa loi.

Abou Ahmad s’insurge ainsi contre un châtiment que l’EI a institué dans la ville d’Al-Bab, dans le nord de la Syrie : les djihadistes enferment dans une cage installée en plein centre-ville, sur la place de la Liberté, les civils syriens coupables de petits délits, comme la vente à la sauvette de cigarettes. Ils laissent croupir leurs victimes trois jours d’affilée dans cette cage, affublées d’un panneau autour du cou proclamant la nature de leur “crime”. Il commente :  
Aujourd’hui, la place de la Liberté a été rebaptisée place du Châtiment. D’après moi, ce type de sanction extrêmement sévère ne peut que nuire à notre image. C’est le genre de chose qui fait que l’État islamique inspire aux sunnites plus de crainte que de sympathie, ce qui n’est pas bon du tout.”

À l’origine, poursuit-il, il espérait que l’État islamique deviendrait une “force unificatrice du djihadisme”, capable de fédérer les djihadistes sunnites sous une seule et même bannière. Il connaît de nombreux combattants étrangers et admire ces jeunes gens venus de Belgique et des Pays-Bas pour faire le djihad en Syrie. Ils ont tous abandonné des pays riches et tranquilles, et, alors que des dizaines de milliers de Syriens ont déboursé des sommes astronomiques pour échapper à la guerre et passer en Europe, eux ont fait le chemin inverse, de leur propre gré. “Ces étrangers ont quitté leur famille, leur maison, leur pays, et ont fait ce long voyage pour venir nous aider ici, en Syrie, s’émerveille-t-il. Ils ont vraiment sacrifié tout ce qu’ils avaient pour nous soutenir.” 
 

Il a pourtant très vite déchanté en découvrant certains côtés moins reluisants de l’organisation djihadiste. En premier lieu, loin de fédérer les djihadistes, l’organisation État islamique a fait naître des tensions avec d’autres groupes, et Abou Ahmad craint désormais que “la montée en puissance de l’EI ne conduise à une rupture avec le Front Al-Nosra et n’affaiblisse l’unité des forces djihadistes en Syrie”.  

En deuxième lieu, si certains combattants étrangers menaient une vie très pieuse en Europe, il découvre un autre groupe qu’il considère comme “des fous furieux” : ce sont pour la plupart de jeunes délinquants belges et néerlandais d’origine marocaine issus de familles déstructurées, qui étaient au chômage et vivaient en marginaux dans des banlieues marginales de villes marginales.

La plupart de ces “fous furieux” ne savent strictement rien de l’islam, et pratiquement aucun n’a jamais ouvert le Coran. Ils sont venus se battre en Syrie soit par esprit d’aventure, soit pour se racheter de leur “existence dévoyée” dans les bars et les boîtes de nuit d’Europe. C’est le cas d’un certain Abou Sayyaf [nom qui signifie “le père du sabreur”], un djihadiste de Belgique qui parlait souvent de décapitations. Il a un jour demandé à son émir, Abou Al-Athir Al-Absi, l’autorisation de décapiter quelqu’un, expliquant simplement : “J’aimerais bien brandir une tête.”Sur place, on le surnommait “Al-Thabah”, “l’assassin”.  



Test de fiabilité

En temps de guerre, la première victime est souvent la vérité. Les histoires qu’Abou Ahmad nous a rapportées sont tellement incroyables et témoignent d’une telle proximité avec les dirigeants de l’EI que nous avons voulu vérifier la fiabilité de notre informateur. Nous lui avons donc préparé un petit test. Puisqu’il affirmait connaître un grand nombre de combattants belges et néerlandais de l’EI, nous lui avons présenté une liste avec les photos d’une cinquantaine de djihadistes qui ont quitté leurs pays pour rejoindre la Syrie, et nous lui avons demandé de les identifier.

Ses réponses ont confirmé qu’il connaissait effectivement très bien les djihadistes européens ralliés à l’État islamique : sous nos yeux, sans accès à Internet et sans aucune aide extérieure, il a passé en revue les photos et nous a donné le nom d’une trentaine d’hommes sans se tromper. Dans la plupart des cas, il ajoutait même quelques anecdotes sur tel ou tel individu. Quant aux autres, il a déclaré ne jamais les avoir rencontrés et ne pas savoir comment ils s’appelaient.

Abou Ahmad a ensuite ouvert son ordinateur et nous a montré des photos et des vidéos personnelles de plusieurs combattants néerlandais, belges et d’Asie centrale en Syrie, et introuvables sur Internet. De telles images ne peuvent venir que de quelqu’un qui a une expérience profonde et personnelle des milieux djihadistes. Il a également prouvé qu’il avait eu accès aux coulisses de certains des actes de violence les plus spectaculaires de l’EI.

Après la prise de Palmyre en [mai] 2015, il s’est rendu dans la ville du désert pour assister à l’exécution de plusieurs opposants à l’organisation dans un décor digne de Game of Thrones. Un jour de juillet 2015, sur la grande colonnade de la cité antique, deux combattants de l’EI – un Autrichien et un Allemand – ont exécuté deux personnes accusées d’être des soldats de l’armée syrienne. Ce n’était que l’une des nombreuses exécutions organisées à Palmyre : le 4 juillet, l’EI diffusait une vidéo montrant le spectacle sanguinaire d’adolescents abattant vingt-cinq présumés soldats du régime syrien dans le théâtre romain.  



Une vidéo inédite

Quelques semaines avant la mise en ligne de la vidéo des effroyables exécutions perpétrées par l’Allemand et l’Autrichien, Abou Ahmad nous a fourni une photo de la scène. On y voit non seulement les deux prisonniers quelques instants avant qu’ils ne soient abattus, mais aussi deux membres de la cellule médiatique de l’EIen train de filmer la scène d’horreur. l’EI n’a jamais publié aucune photo du “making of” de ses exécutions. Il n’en existe pas une seule sur Internet. Le cliché fourni par Abou Ahmad est absolument unique en son genre – car pris en secret par un initié.

Détail remarquable, l’un des deux cameramans qui apparaissent sur le cliché est Harry Sarfo, un citoyen allemand parti combattre avec l’EI en Syrie. Se disant déçu par l’organisation, il est rentré en Allemagne, où il est actuellement emprisonné. Dans le  portrait  qu’il lui a consacré, The New York Times raconte que des membres de l’EI ont demandé à Sarfo de “défiler devant la caméra en brandissant le drapeau noir de l’EI” pendant qu’ils tournaient la vidéo de propagande. Or la photo d’Abou Ahmad dément la version selon laquelle Sarfo n’aurait joué qu’un rôle accessoire dans cette production : si dans le film on le voit uniquement brandir le drapeau noir, la photo montre qu’il était l’un des deux hommes filmant les bourreaux s’apprêtant à exécuter les deux Syriens. 
 

Abou Ahmad n’a pas simplement observé de loin l’intensification de la guerre entre les djihadistes syriens : il a assisté de très près à ses débuts. La rupture entre le Front Al-Nosra et l’EI fut l’un des événements les plus marquants de la guerre de Syrie. Elle a provoqué une scission massive dans les rangs anti-Al-Assad et donné le coup d’envoi de l’ascension d’une nouvelle force djihadiste qui, sous l’impulsion d’Abou Bakr Al-Baghdadi, a fini par éclipser Al-Qaida.

Abou Ahmad était aux premières loges lorsque ce divorce s’est produit.  
À la mi-avril 2013, à Kafr Hamra, ville du nord de la Syrie, il voit une voiture marron foncé se garer devant le QG du Majlis Choura Al-Moudjahidin (Conseil consultatif des moudjahidin), une faction djihadiste syrienne dirigée par Abou Al-Athir. L’un de ses amis, un commandant djihadiste, s’approche de lui et lui souffle à l’oreille : “Regarde bien à l’intérieur de la voiture.”
Celle-ci n’a rien de spécial – elle n’est pas assez neuve pour attirer l’attention, mais ce n’est pas non plus une guimbarde. Elle n’est pas blindée et n’a pas de plaque d’immatriculation. Quatre hommes sont installés à l’intérieur. Abou Ahmad n’en reconnaît aucun. Le passager assis derrière le chauffeur porte une cagoule noire repliée sur la tête, comme une casquette, et surmontée d’un foulard noir qui lui retombe sur les épaules. Il a une longue barbe. Mis à part le chauffeur, tous les occupants tiennent une petite mitrailleuse sur les genoux.

Abou Ahmad remarque que la sécurité n’a pas été renforcée à la porte du QG. Comme d’habitude, seuls deux hommes en armes montent la garde devant l’entrée. La connexion Internet du siège du Conseil consultatif des moudjahidin fonctionne normalement. Pour lui, c’est une journée comme une autre. Mais à peine les quatre hommes sont-ils descendus de voiture pour disparaître à l’intérieur du bâtiment que le même commandant djihadiste revient vers lui et lui glisse à voix basse : “Tu viens de voir Abou Bakr Al Baghdadi.” 

 

 
Depuis 2010, Al-Baghdadi dirige l’État islamique en Irak (EII), branche d’Al-Qaida dans ce pays ravagé par la guerre. En 2011, il a envoyé Abou Mohammed Al-Joulani comme émissaire en Syrie, avec pour consigne d’établir le Front Al-Nosra dans le pays afin d’y mener le djihad. Jusqu’au début de 2013, l’État islamique en Irak et le Front Al-Nosra travaillaient main dans la main. Mais cela ne suffisait pas à Al-Baghdadi : il voulait fusionner les branches irakienne et syrienne d’Al-Qaida pour créer un groupe qui opérerait dans les deux pays – et qu’il dirigerait lui-même, bien entendu.  

Chaque matin, pendant cinq jours de suite, la voiture marron dépose Al-Baghdadi et son adjoint, Haji Bakr, devant le QG du Conseil consultatif des moudjahidin à Kafr Hamra. Avant le coucher du soleil, elle revient les chercher et emmène Al-Baghdadi passer la nuit dans un lieu tenu secret. Le lendemain matin, elle revient déposer les deux hommes.  
 

Les hommes les plus recherchés du monde
Pendant ces cinq jours, à l’intérieur du bâtiment, Al-Baghdadi s’entretient longuement avec un groupe d’importants dirigeants djihadistes en Syrie. Ces hommes, qui sont parmi les plus recherchés du monde, se trouvent tous réunis dans une même pièce, discutant sur des matelas et des coussins posés au sol. On leur sert le petit déjeuner et le déjeuner : du poulet rôti ou grillé avec des frites, du thé et des boissons sans alcool. Al-Baghdadi, l’homme le plus recherché du monde, boit du Pepsi ou du Mirinda, une limonade aromatisée à l’orange.

Il y a également là Abou Al-Athir, l’émir du Conseil consultatif des moudjahidin ; Abou Mesaab Al-Masri, un commandant djihadiste égyptien ; Omar Al-Chichani, djihadiste tchétchène venu de Géorgie ; Abou Al-Walid Al-Libi, un chef djihadiste libyen passé en Syrie ; Abed Al-Libi, un émir du groupe libyen Katiba Al-Battar [Brigade de l’épée du Prophète] ; deux chefs des services de renseignements du Front Al-Nosra ; et le lieutenant d’Al-Baghdadi, Haji Bakr. 

 Abou Ahmad est fasciné de savoir ainsi rassemblés tant de hauts responsables. Pendant les pauses, il rôde autour du bâtiment et bavarde avec des gens qui assistent aux réunions. Les questions se bousculent dans son esprit : qu’est venu faire Al-Baghdadi en Syrie ? Pourquoi tous ces commandants et émirs sont-ils venus le rencontrer ? Et que se passe-t-il de si important pour qu’Al-Baghdadi en personne en discute pendant des journées entières ?  
Les réponses à ces questions se trouvent en fait dans un discours qu’Al-Baghdadi a prononcé quelques jours avant la rencontre de Kafr Hamra. Le 8 avril 2013, il a annoncé que son organisation s’était étendue à la Syrie, et appelé toutes les factions djihadistes syriennes – dont le Front Al-Nosra – à se soumettre à son autorité :  
Nous déclarons donc, avec l’appui d’Allah, l’annulation du nom d’État islamique en Irak et de celui du Front Al-Nosra, qui seront désormais regroupés sous un seul et même nom : l’État islamique en Irak et au Levant.”
 
“Le cheikh est ici pour convaincre tout le monde de quitter le Front Al-Nosra et Al-Joulani, pour le rejoindre et s’unir sous la bannière de l’État islamique en Irak et au Levant, qui deviendra bientôt un État”, confie l’un des participants à Abou Ahmad. Pour parvenir à ses fins, Al-Baghdadi doit toutefois surmonter un problème de taille : les émirs assemblés lui expliquent qu’ils ont déjà, pour la plupart, prêté allégeance à Ayman Al-Zawahiri, successeur désigné par Oussama Ben Laden à la tête d’Al-Qaida. Comment pourraient-ils abandonner du jour au lendemain Al-Zawahiri et Al-Qaida pour se mettre sous ses ordres ?

Selon Abou Ahmad, ils demandent alors à Al-Baghdadi si lui-même a fait allégeance à Al-Zawahiri. Celui-ci répond qu’il a effectivement prêté serment, mais que, à la demande d’Al-Zawahiri, il ne l’a pas déclaré publiquement. Il leur assure toutefois qu’il agit sur ordre du numéro un d’Al-Qaida. Les leaders djihadistes n’ont aucun moyen de savoir s’il dit vrai. Al-Zawahiri est peut-être la personne la plus difficile à contacter dans le monde – il n’a fait aucune apparition publique depuis des années et vit encore caché, sans doute quelque part au Pakistan ou en Afghanistan. Le principal intéressé n’étant pas là pour trancher le débat, les chefs djihadistes doivent décider par eux-mêmes. Si Al-Baghdadi est vraiment mandaté par Al-Zawahiri, ils n’ont d’autre choix que d’exécuter ses ordres et de rejoindre l’EIIL. Si en revanche il agit en franc-tireur, son projet de prise de contrôle du Front Al-Nosra et d’autres factions n’est rien de moins qu’un acte de mutinerie qui diviserait Al-Qaida et sèmerait la fitna, ou discorde, entre toutes les armées djihadistes.  
 

Créer ou ne pas créer un État

Les commandants se bornent donc à lui prêter allégeance sous condition : “Si ce que tu dis est vrai, alors nous te soutiendrons”, lui disent-ils. Al-Baghdadi parle également d’instaurer un État islamique en Syrie. C’est fondamental, explique-t-il, car les musulmans doivent absolument posséder un dawla, un État. Il tient à ce que les musulmans disposent de leur propre territoire, à partir duquel ils puissent travailler et, à terme, conquérir le monde.

L’idée de créer un État en Syrie ne convainc pas tous les participants. Depuis ses origines, Al-Qaida a toujours opéré dans l’ombre, indépendamment de tout État. Elle n’a jamais ouvertement contrôlé le moindre territoire, préférant lancer ses actes de violence à partir de bases secrètes. La clandestinité présente en outre un avantage non négligeable : tant que ses membres restent terrés, il est très difficile à l’ennemi de les trouver, de les attaquer ou de les détruire. Or, comme le soulignent les chefs djihadistes au cours des pourparlers, s’ils se constituent en État, l’ennemi n’aurait aucun mal à les débusquer et à les attaquer. Un État doté d’un territoire bien défini et d’institutions serait une cible facile.

Avant même l’arrivée d’Al-Baghdadi, Abou Al-Athir, l’émir du Conseil consultatif des moudjahidin, a prévenu ses troupes qu’il est totalement opposé au principe de création d’un État :  
Certaines personnes évoquent cette idée insensée. Il faudrait être fou pour proclamer un État en pleine guerre.”
 
Omar Al-Chichani, le chef militaire tchétchène, est tout aussi hésitant, rapporte Abou Ahmad. Si Oussama Ben Laden s’était caché pendant toutes ces années, ce n’était pas pour rien – c’était pour éviter de se faire tuer par les Américains. Établir un État serait une invitation ouverte à une attaque de l’ennemi. 
 

En dépit des réticences de beaucoup de ses interlocuteurs, Al-Baghdadi persiste. Pour lui, créer et diriger un État est essentiel. Jusqu’à présent, les djihadistes étaient contraints de se déplacer en permanence, incapables de contrôler leur propre territoire. Il plaide pour des frontières, des citoyens, des institutions, et une administration efficace. Abou Ahmad résume son raisonnement :  
Si un tel État islamique peut survivre dans sa phase initiale, il durera éternellement.”
Al-Baghdadi a un autre argument massue : un État offrirait un refuge aux musulmans du monde entier. C’est parce qu’Al-Qaida opérait dans l’ombre qu’il était si difficile aux musulmans ordinaires de rejoindre ses rangs. Un État islamique pourrait en revanche attirer des milliers, voire des millions de djihadistes unis pour la même cause. “Al-Baghdadi et d’autres chefs djihadistes comparaient cela à la hijra [“hégire”], la migration du prophète Mahomet de La Mecque à Médine pour échapper aux persécutions”, rapporte Abou Ahmad.

Les dirigeants djihadistes débattent longuement des modalités de fonctionnement d’un tel État, se demandent comment il gérerait sa population, quel serait son objectif et ce qu’il ferait des minorités religieuses. Au terme de plusieurs jours de discussion, tous les participants, jusqu’aux plus sceptiques comme Al-Athir, Al-Chichani et les deux chefs du renseignement du Front Al-Nosra, consentent au plan d’Al-Baghdadi. Ils ne posent qu’une condition : que le nouvel État soit proclamé en totale collaboration avec le Front Al-Nosra et le mouvement Ahrar Al-Cham, un autre groupe rebelle djihadiste. Al-Baghdadi accepte.
 

L’étape suivante consiste à prêter serment sur-le-champ. Un à un, ils défilent devant Al-Baghdadi, lui serrent la main et prononcent la formule suivante : “Je prête allégeance à l’émir des croyants, Abou Bakr Al-Baghdadi Al-Qurashi, je m’engage à le suivre et à lui obéir, dans la vigueur et l’impulsion, dans le dénuement comme dans l’abondance, à toujours privilégier ses préférences sur les miennes, et à ne pas contester les ordres de ses lieutenants, à moins que je ne constate une impiété manifeste.”

Après quoi, Al-Baghdadi demande à chaque commandant de lui amener quelques-uns de ses combattants. Abou Al-Athir, le chef du Conseil consultatif des moudjahidin, fait venir des Belges, des Néerlandais et des Français combattant sous ses ordres. Parmi les étrangers qui rencontrent personnellement Al-Baghdadi et lui jurent fidélité figurent le fameux Abou Sayyaf, alias “l’assassin”, le Belge Abou Zubair, Abou Tamima Al-Fransi, un djihadiste français qui sera tué en juillet 2014, et le Belge Abou Chichan-Al-Belgiki, un beau blond d’origine tchétchène, recherché en Belgique pour sa participation supposée à des décapitations.  

“Une majorité écrasante de combattants”

Quelques heures plus tard, les Européens – pour la plupart des petits délinquants qui, récemment encore, sévissaient dans les rues d’Amsterdam, de Bruxelles ou de Paris – racontent tout excités à leurs compagnons d’armes comment ils ont fait allégeance, ou bayah, à Al-Baghdadi. Beaucoup leur emboîtent le pas. Notre informateur, Abou Ahmad, prête lui-même allégeance à Abou Al-Athir dès le surlendemain.

À partir du moment où l’État islamique en Irak (EII) devient l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), tous les groupes ou factions qui le rejoignent cessent d’exister sous leur nom. Pour le Front Al-Nosra et son dirigeant, Abou Mohammed Al-Joulani, ce nouveau mode de fonctionnement n’annonce rien qui vaille : il signera la fin de leur influence sur le plus grand champ de bataille djihadiste du monde. Al-Joulani interdit donc à ses partisans de rejoindre l’EI et leur ordonne d’attendre qu’Al-Zawahiri publie un avis officiel précisant à qui il incombe de diriger le djihad en Syrie.

Mais une grande majorité de ses commandants et combattants en Syrie ne suivent pas. Quand Abou Ahmad se rend à Alep, quelques semaines plus tard, 90 % des combattants du Front Al-Nosra ont déjà rejoint l’EI. Les nouvelles recrues d’Al-Baghdadi ordonnent au dernier carré de fidèles du Front Al-Nosra d’abandonner leur base à l’hôpital d’Al-Oyoun. Toujours selon Abou Ahmad, ils leur annoncent :  
Vous devez partir ; nous représentons le dawla [l’État] et nous regroupons une majorité écrasante de combattants. Désormais, ce quartier général nous appartient.”
 
Dans toute la partie nord de la Syrie, l’organisation de Al-Baghdadi prend possession des bases du Front Al-Nosra, de ses caches de munitions et de ses dépôts d’armes. Contre toute attente, la filiale d’Al-Qaida en Syrie doit soudain se battre pour pérenniser son existence même. Une ère nouvelle vient de s’ouvrir : l’ère de l’État islamique.  
 
Harald Doornbos et Jenan Moussa
Courrier International

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire