Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Et l’égalité dans l’audiovisuel ?


Actualité
Dimanche 23 Septembre 2012 - 11:00


Et l’égalité dans l’audiovisuel ?

Depuis deux semaines, la TVM a renoué, sans que l’on sache pourquoi, avec l’habitude des débats en langue française. C’est une excellente occasion de s’adresser à des Mauritaniens, comme vous et moi, qui n’ont pas la chance de parler, ni de comprendre entièrement l’arabe.

Et qui n’ont pas la chance aussi de voir la TVM ou Radio Mauritanie organiser des débats d’un niveau respectable dans les langues nationales. Sans se prononcer sur la quintessence de ces débats qui mettent aux prises deux représentants des éternels camps de la majorité et de la COD, l’on ne peut que se féliciter de voir des acteurs discuter des questions nationales, ne serait-ce que de manière superficielle et souvent tendue, dans une langue qui permette aux non arabophones d’accéder, eux aussi, à l’information et à l’idée. C’est d’ailleurs très important dans une société longtemps traumatisée par une abjecte pratique de la "dictature" culturelle d’une majorité qui ne veut rien partager ! D’ores et déjà, des voix chauvines (malheureusement relayées par une "grande" plume qui se veut progressiste) ont commencé á s’élever contre la diffusion d’émissions en langue française à une grande heure d’écoute. Ces voix seraient bien d’avis que TVM organise des débats en langue française, mais pour eux, ces émissions ne devraient être tenues qu’en milieu ou en fin d’après-midi, c’est-à-dire au moment où les gens sont soit au travail, soit en train de dormir. Que ceux qui s’insurgent contre l’expression française aux heures de grande écoute, sachent que même si la Mauritanie est officiellement arabe, elle est aussi et demeurera, pour longtemps, francophone. Tout comme la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et le Liban pour ne citer que ces pays arabes. Le passé francophone et l’encrage ouest-africain de la Mauritanie ne peuvent pas s’effacer d’un trait de plume parce qu’un obscurantiste paresseux qui n’a jamais pris la peine d’apprendre quoi que ce soit veut nous cantonner, éternellement, dans une sous-culture de refus de l’autre, du déni du droit à la différence et l’occultation du droit des non-arabes à pouvoir communiquer et étudier dans la langue de leur choix, langue qui était (et demeure d’ailleurs) l’un des fondamentaux de la communication dans un pays né, du moins dans sa forme actuelle, des cendres de la décolonisation française. L’imposition d’une identité, aussi noble soit-elle, est une chimère, surtout si cette imposition sous-entend l’exclusion et la discrimination de l’autre, comme le prônent ouvertement les apôtres de ce nationalisme désuet et vomi partout dans le monde arabe.

Depuis deux décennies, les Mauritaniens noirs sont exclus du champ de la communication officielle. Ils ne bénéficient pas d’un temps d’antenne suffisant pour pouvoir se sentir mauritaniens à part entière. De ce fait, ils sont obligés de se réfugier dans les chaînes des pays du voisinage ou dans celles de l’hexagone.

Localement, les organes de l’audiovisuel public ne produisent plus dans ces langues. Ni à la radio et encore moins à la TVM. Aucun animateur "vedette" issu de ces communautés ne tient une émission phare sur les plateaux, ni de la radio et encore moins de la TVM. Les rares et médiocres émissions qui sont animées dans les "langues nationales" ne sont pas à la hauteur, et n’offrent rien de particulier aux téléspectateurs car confiées, pour la plupart, à des gens sans compétences dans le domaine. A la Radio, ce sont des chauffeurs, des jardiniers, des gardiens, des lutteurs et des troubadours traditionnels qui animent les émissions d’actualité et de débat ! A la TVM, ce sont des "pigistes", souvent puisés de la rue, qui présentent et animent. Les journalistes et intellectuels issus des communautés négro-africaines n’ont le droit à aucun chapitre. On ne les recrute pas, du fait de la discrimination de facto érigée en politique officielle dans le secteur de la communication. Plus grave, les deux organes de presse officielle les plus en vue ne disposent pas de départements des langues nationales. C’est à peine s’il y avait un service des langues nationales ne disposant d’aucun budget, ni de moyens et pauvre en ressources humaines.

Depuis le départ de El Hadj Samba Sy et de Bâ Aliou Ciré de la Radio, contraints à l’exil et la mort ou le départ à la retraite des grandes voix en Wolof et en Soninké, les langues nationales en sont réduites à un crève-temps inutile.

Elles se meurent à la grande joie des "denégrificateurs" de la République. Au lieu de l’actualité, c’est la nécrologie à longueur de journées. Au lieu de débats culturels sérieux et de discussions politiques, c’est la discussion-pacotille. Dans lés médias publics, jamais il n’a été donné un temps d’antenne décent aux langues nationales. C’est cette frilosité à tout ce qui n’est pas arabe qui justifie le tâtonnement de la politique de la radio et de la TVM vis-à-vis de ces langues et du français.

D’autant plus que l’an dernier, au moment de la livraison des licences de médias, la HAPA avait rejeté des dossiers porteurs d’immenses projets en la matière émanant de personnalités dignes de confiance patriotique, ouvrant la voie (et donnant exclusivement la voie) à des opérateurs soucieux (mieux que la Radio et TVM) à étouffer la voix des Mauritaniens non arabes à l’instar de ce que les bailleurs veulent faire de Sahel TV et de ce que fait bien d’ailleurs Chinguitti TV.

Devons-nous attendre mieux de Mourabitounes TV étiquetée islamisante ?Il est impérieux qu’un jour, la Mauritanie accepte de se regarder, sereinement, dans son propre miroir et s’interroge comment parler à ses enfants non arabes. A défaut de le faire, comme il se doit, dans leurs langues, le français restera toujours le bienvenu. Même si parler en cette langue ne signifie pas forcément que l’on s’adresse exclusivement aux négro-mauritaniens ! N’en déplaise aux chauvins.

Amar Ould Béjà
Source : L'Authentique  Via Kassataya
 

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires