Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Esclavage des érudits : Levée de boucliers contre Radio Coran


Société
Dimanche 22 Juillet 2012 - 13:26

Il y a quelques jours, notre consœur Tekeïber Mint Sebti, Coordinatrice de Radio Coran, avait invité les hommes politiques à épargner sa station de leurs querelles partisanes, jugeant d’office que la qualité des travailleurs et des invités de cette radio, triés sur le volet pour leur profonde connaissance des textes, la met hors des critiques. Seulement, la dernière émission que cette radio a bien voulu diffuser faisait tout simplement l’apologie de l’esclavage dans sa forme la plus abjecte. D’où cette levée de boucliers qui continuent de secouer la scène nationale, même des jours après le limogeage précipité de l’auteur de tant de vindicte, le conseiller du ministre chargé des Affaires islamiques.


Mohamed Ould Abdel Aziz lors du lancement de Radio Coran
Mohamed Ould Abdel Aziz lors du lancement de Radio Coran
Après le sit-in de l’IRA (Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste) devant les locaux de Radio Mauritanie, le lendemain d’une émission particulièrement déplacée sur l’esclavage, le gouvernement, sans doute interpellé par une opinion nationale et internationale outrée par une telle violation de la loi criminalisant l’esclavage, décida de limoger l’invité de la Radio Coran et auteur d’une telle levée de bouclier, Ahmed Ould Ehel Daoud, conseiller du ministre des Affaires Islamiques. Cette décision, ajoutée à celle relative au recrutement de 54 Imams Harratines, réconforta les militants du mouvement IRA exclusivement composés d’éléments issus de cette mouvance. Seulement, ces démarches restent insuffisantes aux yeux de l’organisation qui cite la nature toujours persistante de la marginalisation dont sont victimes les Harratines en Mauritanie, selon leur point de vue. Ainsi, cette frange serait peu représentée dans les hauts postes de responsabilité que cela soit dans l’administration ou les corps militaires ou paramilitaires.

Dans un communiqué diffusé à l’occasion, IRA déclare ainsi avoir pris acte du limogeage du conseiller du ministre des Affaires Islamiques, et considère que cette mesure permettra sans doute de dissuader tous ceux qui seraient amenés à vouloir faire l’apologie de l’esclavage en Mauritanie. L’organisation estime cependant que la mesure reste insuffisante et que d’autres personnes devraient être sanctionnées, en l’occurrence le Directeur général de Radio Mauritanie, Mohamed Cheikh Ould Sidi Mohamed et le journaliste Dedde Mohamed Lemine Saleck.

IRA considère d’autre part que le recrutement de 54 Harratines parmi les lmams recrutés par l’Etat sera de nature à réduire les déséquilibres sociaux et réparer les torts nés de plusieurs décennies de privilèges indus.

L’organisation apprécie surtout le point de vue courageux et novateur d’un jeune érudit, le Dr.Cheikh Ould Zeine Ould Limam, membre du Haut Conseil Islamique, qui dit ne voir aucune nécessité à maintenir dans l’enseignement du rite malékite des aspects de l’exégèse relative à l’esclavage. Pour lui, il s’agit d’un Fiqh inutile, rejoignant ainsi la philosophie du mouvement IRA qui a toujours plaidé la révision générale des textes du rite malékite enseignés dans les Mahadras mauritaniens et dont l’incinération dans un dernier geste de désespoir vaut aujourd’hui à son président, Birame Ould Dah Ould Abeid et à six de ses compagnons, les affres de l’emprisonnement.

IRA déclare cependant avoir exprimé sa surprise en voyant, au lendemain de son limogeage pour des propos tenus à Radio Coran, l’ex-conseiller du ministre des Affaires Islamiques trôner comme invité principal à la télévision d’Etat. L’organisation considère qu’il s’agit d’un message expresse comme quoi la sanction prononcée contre l’ex-conseiller n’est que formelle et destinée à la consommation extérieure, et que les médias d’Etat continueront à enseigner l’esclavagisme, n’en déplaise aux Harratines.

Comme pour exprimer sa pleine solidarité avec les abolitionnistes d’IRA, le parti Alliance Populaire Progressiste (APP), dont le président coiffe l’Assemblée Nationale et s’abroge le titre de Père spirituelle de la lutte antiesclavagiste dans le pays, Messaoud Ould Boulkheïr, devait s’insurger contre l’émission diffusée par la Radio Coran et dont l’invité principal avait procédé à l’apologie de l’esclavage. Ce genre d’émission selon le parti est de nature à menacer la cohésion sociale et la stabilité du pays. D’ailleurs, le communiqué du parti semble particulièrement s’insurger contre toute une série d’émissions diffusées par cette radio et qui toutes parlent de l’esclavage comme si l’intention est d’aller à contre-courant de la volonté de l’Etat et de ses textes de loi qui interdisent et criminalisent les actes relatifs à l’esclavage, d’une manière physique et même verbale. En effet, au lieu d’agir en vecteur contre les pratiques esclavagistes, Radio Coran se plaît à les encourager et à susciter des débats qui les pérennisent, selon les termes du communiqué diffusé par APP. Le plus grave, selon le parti, est que ces émissions sont parrainées par l’Etat, sans qu’aucune voix officielle discordante ne s’élève, permettant ainsi aux animateurs et aux responsables de ces émissions de poursuivre tranquillement leur besogne, en toute quiétude.

MOMS
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter