Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Equateur : le volcan Cotopaxi se réveille, l’état d’exception décrété


Actualité
Mardi 18 Août 2015 - 17:14

Après 73 ans de sommeil, le volcan Cotopaxi, en Equateur, se réveille. Considéré comme l’un des plus dangereux au monde, il menace directement 325.000 personnes. Le gouvernement de Rafael Correa a décidé de censurer la presse pour éviter la propagation de toute panique.


Equateur : le volcan Cotopaxi se réveille, l’état d’exception décrété
 « Afin de garantir la sécurité des citoyens, le censure préalable est décrétée concernant l’information sur le processus éruptif du volcan Cotopaxi émise par les médias de communication. »

Voilà comment le gouvernement de Rafael Correa fait face à l’irruption du volcan considéré comme l’un des plus dangereux au monde. A une altitude de 5897 mètres et situé à 45 km au sud de Quito, la capitale, les premières explosions ont retenti vendredi alors qu’il sommeillait depuis 73 ans.
 
L’état d’exception en vigueur pour 60 jours
 
Les Equatoriens, pendant les 60 jours que durera l’état d’exception, « ne pourront s’informer que par les bulletins officiels émis sur le sujet par le ministère coordinateur de la sécurité, avec l’interdiction de diffusion d’information non autorisée (…) ».
 
Le décret précise que  « cette mesure préventive » et destinée à « éviter les rumeurs lancées par quelques déséquilibrés sur twitter ». Mais ces explications ne sont pas de nature à rassurer les médias équatoriens, depuis quelques temps la cible du président au pouvoir.
 
Un décret disproportionné
 
L’impétueux monsieur Correa fustige régulièrement les journalistes les qualifiant parfois de « cafards », de temps en temps de « malades mentaux » et souvent de « menteurs ». Depuis l’entrée en application de la loi adoptée en 2013 qui régule le secteur de la communication, 506 médias ont fait l’objet d’une procédure administrative (de source officielle) et 313 d’une sanction (dont 185 de nature économique).
 
Selon Diego Cornejo, directeur de l’Association équatorienne d’éditeurs de journaux, Corréa « part du principe que les journalistes et les citoyens sont alarmistes, il y a ce préjugé implicite. » Pour Diego le décret est « disproportionné », il précise que l’éruption du volcan « n’est pas dangereuse, mais potentiellement dangereuse »
 
325 000 personnes pourraient être évacuées
 
Pour le moment, seules 505 habitants de localité très proche ont été évacués. Mais la zone de risque du volcan recouvre trois régions a expliqué la ministre de Gestion nationale des risques, Maria del Pilar Cornejo. Elle estime que 325.000 personnes « pourraient être affectées par le flux de lave ». Le volcan se situant en altitude, la roche en fusion pourrait faire fondre la neige et provoquer de dangereuses avalanches, toujours selon les autorités.
 
M6info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires