Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Epilogue parisien dans l’affaire des diagnostics opposant Pr Sidi Cheikh et Pr Mohamed El Hassen…


A.O.S.A
Mercredi 19 Novembre 2014 - 22:13


Epilogue parisien dans l’affaire des diagnostics opposant Pr Sidi Cheikh et Pr Mohamed El Hassen…

Vu qu’il ne sait pas que son diagnostic sera l’arbitre de cette affaire dont l’épilogue est important car il s’agit de la réputation de deux de nos plus célèbres ophtalmologistes  avec les conséquences qu’on imagine sur leurs diagnostics précédents, je ne dirai pas le nom de ce grand médecin français, disciple du Pr Pouliquen mais juste ce qu’on peut lire sur sa carte de visite : « Ancien assistant spécialiste des Hôpitaux. Attaché à l’Hôpital Cochin, Ophtalmogiste. Maladies et chirurgie des yeux et des paupières. Lentilles de contact – Laser ». Cela dit, contrairement à nos deux médecins mauritaniens, il n’est pas professeur car en France on ne devient pas professeur comme en Mauritanie. 


Il faut demander à nos deux professeurs dans cette affaire  comment ils sont devenus professeurs et pourquoi l’un est connu sous le surnom de «  professeur tribunal » pour avoir reçu son titre par décision de justice quand l’autre n’est pas non plus devenu royal professeur au bénéfice d'une procédure académique. On se souvient, il y a quelques années, de l'indignation du Professeur Outouma Soumaré face à une pratique tieb-tiebique qui fait que, chez nous, on peut devenir professeur par le chemin des écoliers. On a ainsi vu des incapables devenir infirmiers après une formation de quelques jours, on a vu des infirmiers devenir médecins et de simples médecins devenir professeurs.


Cela est valable pour le reste de la fonction publique infestée par des CV bidons depuis l’âge de la gabegie intellectuelle qui fit enter des imposteurs par milliers en 30 ans ; chacun permettant à ses semblables d’être nommés sous son autorité. 


Cela dit, nous ne sommes pas là pour faire le procès de ces honorables médecins mais seulement de montrer combien le citoyen est pris en otage par l’impuissance face à l’exercice de la médecine en Mauritanie où le meilleur et le pire se mêlent sans qu’on ne puisse jamais rendre justice aux uns et condamner les autres car personne ne s’exprime publiquement  ou ne prend la justice à témoin dans des affaires graves comme chacun en connaît un chapelet vu qu’il s’agit d’affaires intimes touchant à la santé.

 


Ainsi j’ai reçu plusieurs témoignages de gens assurant qu’un frère, une sœur, un ami a été victime de tel et tel médecins en espérant que je parlerais pour eux or j’ai toujours refusé de servir de caisse de résonance soit à la lâcheté qui refuse de prendre ses responsabilités soit à la calomnie. De même que jusque-là j’ai épargné un labo dans une affaire personnelle où ses résultats étaient manifestement faux. 



Cette fois, j’ai rendu publique cette affaire car pour une fois, on a des preuves qu’il y a un problème manifeste car si on peut imaginer dans mon affaire que des professeurs n’aient pas trouvé le même mal, on ne peut laisser passer que l’un dise qu’il voit tout pendant que l’autre dit qu’il ne voit rien.


Ainsi le Pr Sidi Cheikh chef du service ophtalmologique de l’hôpital national a estimé que j’étais astigmate quand le Pr Mohamed El Hassen estima qu’il n’y avait rien de tout cela sinon une fatigue oculaire qui ne nécessite pas le port de lunettes de correction mais des séances de rééducation pour en finir avec le défaut de convergence présumé.


Me voilà donc chez le docteur parisien. J’y suis resté longtemps et il m’a fait passer les tests subis correctement avec le Pr Mohamed El Hassen et à la va-vite à l’hôpital par le Pr Sidi Cheikh car il exerce plus tranquillement dans une clinique privée mais j’ai subi aussi bien d’autres tests avec des appareils que n’ont pas nos deux professeurs victimes du pouvoir d’achat du tiers-monde. Au bout de la séance, le médecin m’a donné un diagnostic qui prouve que nos deux professeurs ont tous deux raison avec chacun des lacunes sévères dont les conséquences auraient pu être désastreuses si j’avais suivi aveuglément  le diagnostic de l’un ou l’autre.


Ainsi contrairement à ce que disait le Pr Mohamed El Hassen, les appareils du médecin ont révélé un léger astigmatisme mais si le Pr Sidi Cheikh a bien parlé d’astigmatisme, ses calculs aux résultats sévères pour les lunettes sont deux fois supérieurs à ceux du médecin français. Du simple au double tout simplement, ce qui est terrible pour les yeux. Mais le Pr Mohamed El Hassen qui n’a pas vu l’astigmatisme a tout à fait de raison à propos de la fatigue oculaire. Seulement si j’avais suivi son diagnostic, je n’aurais jamais pris de lunettes pour corriger ce léger astigmatisme.


lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires