Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Entretien avec Mahfoudh Ould Bettah: ‘’L’opposition fera bouger la rue contre Aziz et la guerre contre Al Qaida est une vraie aventure militaire."


Actualité
Jeudi 7 Juillet 2011 - 15:12

De son bureau à Nouakchott, Mahfoudh Ould Bettah, le président de la Coordination de l’Opposition Démocratique, nous livre son analyse sur les sujets qui le préoccupent actuellement: dialogue politique, guerre contre AQMI et lutte contre la corruption.


Entretien avec Mahfoudh Ould Bettah: ‘’L’opposition fera bouger la rue contre Aziz  et la guerre contre Al Qaida est une vraie aventure militaire."

L’avocat et ex-ministre de la justice, Président du Parti de la Convergence Démocratique Me Mahfoudh Ould Bettah revient pour Noorinfo sur la Guerre engagée contre Al Qaeda au Maghreb Islamique, sur la reprise éventuelle du dialogue entre l’opposition et la majorité présidentielle mais aussi sur d’éventuels conflits internes au sein de l’opposition sur divers sujets.

Des rumeurs persistantes parlent de l’organisation de plusieurs meetings de l’Opposition à partir de la mi-juillet pour protester contre les mauvaises conditions de vie des populations et les politiques menées par le régime dans tous les domaines. Qu’en est-il alors du dialogue global que vous préparez actuellement  avec le Président Aziz ?
Il est très important de dire que les conditions économiques et sociales sont catastrophiques à tous les niveaux, les citoyens aussi le disent chaque jour devant le palais présidentiel ; d’ailleurs, il n’est pas surprenant de  voir que l’opposition est indexée  ou qu’elle réponde à ces contestations par l’organisation de meetings pour exprimer sa solidarité avec le peuple.
Aujourd’hui tous les secteurs sociaux ont perdu l’espoir de trouver des solutions à leurs problèmes avec le régime actuel. Chaque parti a son propre  programme pour cette période. Nous savons déjà que l’UFP a l’intention de manifester le 15 juillet, Tawassoul deux jours après, et le RFD organise un meeting populaire le 21 juillet. La Coordination n’a pas encore décidé de faire un travail commun, au moins jusqu’au 21 juillet, mais cela est fort probable pour les semaines qui suivront.
Ces démarches qui ont précédé le dialogue avec le pouvoir sont la preuve, de l’impopularité des politiques menées par le régime et du désespoir que vivent toutes les couches de la population à cause de la détérioration de leurs conditions de vie. Cela étant, mes propos sur le dialogue sont à prendre avec beaucoup de réserves, car la Coordination de l’Opposition n’a pas encore décidé de rendre public son avis à ce sujet.

Nous avons entendu des rumeurs sur les conditions posées par la Coordination de l’Opposition pour entrer au dialogue avec le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz.
Il n’y avait pas de conditions posées, mais plutôt des procédures, des décisions à prendre dans le sens de l’expression du sérieux du régime et sa disponibilité à entrer dans un dialogue constructif (Mahfoudh Ould Bettahrefuse cependant d’entrer dans les détails).

Des divergences de points de vues seraient intervenues entre  deux grands partis de la Coordination de l’opposition Le RFD et l’UFP. A quel degré cela risque-t-il de pénaliser l’unité de la Coordination ?
Ce n’est pas profond, mais nous ne pouvons, tout de même pas nier quelques divergences à propos des points à discuter au sein de la Coordination. La pluralité n’est pas mauvaise en soit. L’important est que la Coordination de l’Opposition soit consensuelle sur la feuille de route  qui  a été présentée au Président de la République. Nous considérons que c’est une base solide de dialogue.

Quelles sont les vraies garanties  du dialogue prévu, d’autant plus que vous soutenez toujours que le régime n’honore pas ses engagements et n’applique pas les accords que vous concluez avec lui.
La responsabilité de l’échec de discussions passées incombe au régime en place, qui a tourné le dos aux accords de Dakar conclus en juillet 2009 pour sortir  de  la crise causée par le coup d’Etat mené par Ould Abdel Aziz le 06 Août 2009. En effet, le régime n’a pas voulu poursuivre le dialogue après les élections du 20 juillet 2009 que certains partis de l’opposition avaient considéré comme entachées de certaines irrégularités. Mais malgré cela, les partis de l’Opposition ont voulu donner une seconde chance au dialogue. Surtout le Président de l’Assemblée Nationale, Messaoud Ould Boulkheir qui a rencontré à plusieurs reprises le Président de la République, et a fait état du sérieux et de la disponibilité de l’autre partie au dialogue.
En principe, nous nous dirigeons vers le dialogue, et l‘espérons sérieux et franc. Nous avons aussi grand espoir d’arriver ainsi à un régime démocratique, qui organiserait des élections transparentes, qui édifierait des institutions démocratiques, qui ferait émerger une justice indépendante et une administration neutre, qui garantirait le caractère républicain de l’armée de telle sorte qu’elle n’intervienne pas dans les affaires politiques. Nous voulons un dialogue qui sortirait le pays de ses crises économiques et sociales. Tels sont à notre avis les conditions d’un dialogue réussi.
 
Quelles seront les répercussions du dialogue prévu quant aux élections législatives d’octobre prochain ?
Le dialogue aura sûrement des répercussions sur les élections législatives car elles constituent un évènement politique important  pour toute la classe politique. Mais nous ne pourrons considérer ces élections comme crédibles que si elles viennent en résultat au dialogue et au consensus sur ses conditions, ses mécanismes et la transparence.

Quelle est la position exacte de la Coordination à propos du mouvement des jeunes du 25 février passé ? Certains observateurs vous voient avec ce mouvement, d’autres, non.
A propos du mouvement du 25 février, la Coordination n’a pas pris de position unifiée. La même divergence de point de vue  entre les partis de l’opposition se retrouve à propos du mouvement des jeunes démarré en février dernier. Mais, la condamnation de la répression des jeunes, et toutes les pratiques abusives contre ce mouvement a suscité un consensus au sein de l’opposition. Nous avons toujours condamné la violence de l’Etat sur ces jeunes et réaffirmé la légitimité de leurs doléances.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Entretien avec Mahfoudh Ould Bettah: ‘’L’opposition fera bouger la rue contre Aziz  et la guerre contre Al Qaida est une vraie aventure militaire."
A propos de la guerre contre Al Qaeda, des informations indiquent que des affrontements sont en cours avec des combattants pour la deuxième fois en moins d’un mois. Que pensez-vous de la stratégie sécuritaire ?
La Coordination voit ces affrontements comme une guerre sans fin. Le pays affronte une guerre dangereuse avec une organisation qui a échappé à la vigilance de plusieurs pays. Et les résultats de la guerre que ces pays mènent contre Al Qaeda à travers le monde sont décevants. C’est pour cela que nous avons des réserves de principe sur la façon avec laquelle le pays a été impliqué dans cette guerre. Personne n’a été consulté, bien que nos forces armées soient amenées à combattre hors du territoire national. C’est inconcevable sans la consultation des institutions constitutionnelles comme l’assemblée Nationale, le Sénat et toutes les forces politiques. Il doit y avoir un consensus national sur la question afin de mobiliser tout le monde,  et rassurer la classe politique que les choses se font efficacement.
La Coordination de l’opposition constate le non-respect de ces conditions pour entrer dans une guerre avec une organisation armée. Mais malgré cela la Coordination est solidaire de l’armée nationale et lui présente ses condoléances en espérant bon rétablissement à ses blessés. Mais le danger de cette guerre est à prendre très au sérieux.
Quant à la position de notre parti - le Parti de la  Convergence Démocratique - par rapport à cette guerre, nous considérons que c’est une aventure pure et simple, puisque les puissances occidentales n’ont pas pu faire grand-chose avec Al Qaeda jusqu’à présent, les pays voisins comme le Mali - sur le territoire duquel les affrontements ont lieu - n’ont ni contribué à l’effort de guerre ni participé aux cotés de notre pays aux opérations militaires. Nous demandons donc au gouvernement de réviser ses positions, de donner des éclaircissements sur l’action militaire, de convaincre la classe politique du sérieux et de la nécessité de ce qui se passe surtout que cela touche nos forces armées et les expose à la désolation et la destruction. Aujourd’hui nous ne sentons pas que le gouvernement traite les choses de façon responsable et claire, surtout dans le cadre de cette affaire qui porte des dangers graves pour le pays.


A la veille de la présente session criminelle actuelle, la guerre contre la corruption a fait couler beaucoup d’encre surtout aux vues de l’arrestation de certaines personnalités politiques. Quelle est votre position à propos de  cette guerre déclarée par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz contre la Corruption ?
Nous avons beaucoup de réserves sur cette guerre. La Coordination a pris position aux côtés d’un des prévenus, surtout le frère Moulaye El Arbi Ould Moulaye Mohamed, l’ex directeur de la Sonimex. Nous avons considéré, comme tout le monde d’ailleurs,  que son dossier a été traduit en justice pour des raisons politiques ; nous avons donc demandé sa libération. Sinon, les partis de la Coordination considèrent que le dossier de Ahmed Ould Khatri renferme des  ramifications non juridictionnelles qui ont abouti à son arrestation et au retard de son jugement. Ce qui est une atteinte à ses droits de citoyen. Le régime a l’habitude de régler ses comptes avec les opposants en faisant appel à la guerre contre la corruption.
La corruption est dont une arme pour combattre les opposants à la politique du régime. Elle s’est généralisée à cause des politiques  vides menées par ce régime.
                               
Rabbi'e Ould Idoumou


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires