Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Entre remue-méninges et couleuvres…


Actu Mauritanie
Mercredi 16 Avril 2014 - 09:00


Entre remue-méninges et couleuvres…

«Je l’ai dit et répété: il n’y aura pas de gouvernement d’union nationale tant que je serai au pouvoir», c’est, en substance, ce que nous avons retenu de la conférence de presse du président Ould Abdel Aziz à Nouadhibou, la semaine dernière. Une conférence de presse à laquelle Le Calame, encore une fois et comme d’habitude, n’était pas invité. C’est le contraire d’ailleurs qui aurait étonné. Jamais, en effet, depuis l’accession au pouvoir de notre rectificateur en chef (qui se prévaut, désormais, du titre de foreur de puits), nous avons eu l’insigne honneur de lui poser la moindre question ou de couvrir un seul de ses innombrables, et parfois très inutiles, déplacements.

Ould Abdel Aziz a prononcé et répété cette phrase au moins trois fois, comme pour conjurer le mauvais sort. Une façon aussi de planter le décor, avant le début du dialogue entre le Forum et le pouvoir et signifier à ceux, parmi l’opposition, qui s’accrochent à cette idée qu’il faut faire sans elle. Il a juste concédé, juste du bout des lèvres,  que le report de l’élection est peut-être envisageable. Dans le cadre d’un accord entre les différentes parties. Avant de se rétracter et dire qu’il ne voudrait pas se mettre dans une position anticonstitutionnelle. L’hôpital qui se moque de la charité… Les deux-tiers du Sénat ne sont-ils pas forclos ? L’assemblée n’a-t-elle pas attendu deux ans avant d’être renouvelée, alors que son mandat a expiré en octobre 2011 ? Qu’a-t-il fait, lui-même, en 2008, de cette Constitution qu’il ne veut à présent surtout pas violer ? Les Mauritaniens n’ont quand même pas la mémoire assez courte pour qu’on leur fasse avaler n’importe quoi.
 

A part cette mise au point, que faut-il retenir d’autre de cette conférence de presse ? S’il ne s’agissait que d’annoncer qu’il n’y aura jamais de gouvernement d’union nationale, une simple déclaration à la presse ne pouvait-elle pas suffire ?
 

Après les fameuses rencontres avec le peuple et avec la jeunesse, Ould Abdel Aziz semble avoir pris goût aux « bains de presse », après les bains de foule. Cette dernière rencontre ne lui laissera, en tout cas pas, un souvenir impérissable. Il s’est emporté sitôt posée la première question un tant soit peu dérangeante. Il était d’ailleurs tellement énervé qu’il a répondu en hassaniya à la question suivante, pourtant posée en français. Les traits de son visage et sa gestuelle trahissaient une nervosité qu’il n’arrivait plus à contenir. S’il avait fait preuve d’un peu de calme et du plus minimal sens de la répartie ou de la formule, il aurait pu s’en sortir sans trop de casse. Mais la vérité dérange. Même les têtes bien faites. Et, à le voir ainsi perdre les pédales, on comprend, évidemment, le remue-méninges et ménage que lui causerait un Conseil de ministres d’union, capable de lui poser, en un seul jeudi, cinquante questions aussi insupportables les unes que les autres. Vous imaginez qu’il en perde son hassaniya, après son français ? Et ne s’adresse plus à la Nation qu’en chinois ou en javanais ? Ce serait pire qu’avoir à avaler des couleuvres ?

Ahmed Ould Cheikh
Le Calame

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires

Le bain turc de la SNIM

18/08/2016 - Noorinfo