Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Encore un débat


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 15 Septembre 2012 - 23:28


Autres articles
Encore un débat
On devrait s’empresser d’ajouter : «heureusement !», même si… Rien à voir avec le premier débat entre Mohamed Yahya Ould Horma (UPR) et Lô Gourmo Abdoul (UFP). Cette fois-ci le face-à-face a opposé Ahmed Ould Lafdal (RFD) et Mohamed Mahmoud Ould Jaafar (UPR). Toujours les mêmes thèmes : la situation politique avec les élections en vue, l’économie, le social, la sécurité, la diplomatie… Toujours de la même manière : le journaliste – notre confrère et ami Yedaly Fall – qui pose sa question avant de donner alternativement la parole à l’un et l’autre des intervenants.
 
Les deux hommes politiques étaient très polémistes. Chacun cherchant la confrontation, le clash. Le mode d’expression utilisé relevait plutôt du dialectal traduit. D’ailleurs, à différents moments, les deux hommes furent amenés chacun à terminer un bout de phrase en Hassaniya. C’est peut-être ici le lieu de se demander pourquoi ce genre de débat, du reste très intéressant, n’a pas été fait en Arabe et/ou dans les langues nationales. La portée aurait été plus grande…
 
Je retiens que les débatteurs étaient confrontés à l’habitude de la pratique de parler devant le public. L’un était passionnément opposé, l’autre passionnément rangé du côté du pouvoir. Si bien qu’on n’a rien senti d’autre que le rejet mutuel. Avec des pics de mise à mal qui ont viré parfois au cafouillage.
 
Un moment fort, c’est celui qui a vu les deux hommes avancer vers l’évocation de l’héritage de Ould Taya. A une série de questions sur les marchés de gré à gré et sur les concessions rurales, Ould Jaafar ne trouve pas mieux que de dire à son interlocuteur que ceux qui ont excellé là-dedans sont aujourd’hui dans le camp de l’opposition. «Mais vous étiez ministre avec eux, mieux vaut pour vous de ne pas en parler», lui rétorque Ould Lafdal avant de relancer sur l’isolement diplomatique de la Mauritanie qui serait selon lui aujourd’hui coupée de ses ancrages africain et arabe. Décrivant étrangement une situation que l’on vivait à la veille du 3 août 2005, avec notamment une relation encombrante avec Israël, la sortie de la CEDEAO et le froid avec les voisins.
 
Sur ces questions, Ould Jaafar qui est pourtant secrétaire exécutif aux affaires politiques de l’UPR, est incapable de répondre. Même pas de rappeler que pour le cabotage, la société exclue appartenait à un homme d’affaires qu’on disait proche du régime et que le prix de 14$/tonne a été appliqué à la MTM qui l’a toujours eu à 22-24$. Que les 450 hectares ayant servi à financer la construction de l’aéroport ne représentaient pas 5% des concessions rurales pour lesquelles des titres fonciers ont été donnés en toute illégalité par le passé. Que les faux chiffres ne doivent pas déranger, surtout pas ceux qui défendaient le bilan économique et financier de Ould Taya jusqu’au 2 août 2005…
 
Le problème chez nos élites c’est toujours le manque de sérieux dans la préparation des sorties publiques. On croit ici aux vertus de la spontanéité qui demande une sincérité dans les engagements et une parfaite connaissance des sujets qui pourraient être abordés. En l’absence de la sincérité et de la maîtrise des sujets, la confrontation tourne facilement à la vulgarité. Heureusement qu’on n’en est pas arrivé à ce stade ce soir-là.

Mohamed Fall Oumere

oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter