Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ely s'est débattu comme un beau diable…


A.O.S.A
Mardi 19 Juin 2012 - 21:21


Ely s'est débattu comme un beau diable…
Quoi qu’ait fait ce monsieur, sans preuve formelle de ses forfaits présumés en tant que directeur de la sûreté nationale, il reste que c’est un formidable orateur. C’est un roublard né mais on a beau le regarder rien ne transpire de sa cruauté présumée. Il a tous les airs d’un parfait gentleman. C’est un diplomate hors pair. Quelle maîtrise de soi, quelle maîtrise du verbe surtout en français. Sur Kassataya, c’était la première fois que je l’entends depuis la transition. J’avais oublié sa voix. Il a parlé vite, pas comme un diplomate sur la défensive qui chercherait ses mots. Il a dit tout ce qu’un ancien chef d’état, un haut gradé à la retraite peut dire publiquement surtout en parlant d’égal à égal avec un journaliste mauritanien.
 
Je n’arrive pas à détester ce monsieur comme je déteste bien des fumiers qui ont détruit ce pays. Il est comme le serpent du Livre de la Jungle qui vous hypnotise. Pourtant, je connais quelqu’un de sa famille dont il est l’idole et qui a copié quasiment sa personnalité, l’exercice du pouvoir, la culture en moins. Ce clone est un menteur né, un manipulateur génial, un fin psychologue mais aussi un être d’une formidable bonne compagnie ; ceci expliquant peut-être cela…
 
Finalement, après la campagne menée contre lui via la presse, Ely s’en sort bien. Il n’est blanchi de rien mais il n’est pas non plus lynché car certaines personnes qu’il ne connaît pas l’ont défendu ou du moins ont refusé de tomber dans le piège consistant à en faire un bouc émissaire. C’est aussi cela la victoire de la liberté d’expression. Les choses de ce côté ont fait bouger les lignes, la bonne foi est retour ici et là et nos intellos n’hésitent plus à tirer sur leur pseudo camp s’ils y trouvent de faux leaders et de vrais traîtres mais c’est encore timide...
 
Ainsi, on a parlé de « singes noirs » sans les citer ; les « nègres de service » qui aboient contre Ely sur commande présumée du pouvoir dépositaire et encore « protecteur » des vrais coupables car qui ne juge pas, protège... comme qui ne dit mot, consent ! Mais on attend encore, en ces temps de liberté d’expression, de lire les noms des « singes noirs », comme de voir les photos des traîtres sur des sites honorables comme on voit ceux des martyrs sur des sites comme avomm…
 
Ce temps-là viendra ou ne viendra pas car notre culture a d’autres moyens de marquer au fer…
 
On croyait que les amis du pouvoir allaient attaquer Ely sur ses déclarations à propos des affaires financières, lui qui a semblé se justifier à ce sujet ; il n’en fut rien, on ne l’a attaqué que sur ses déclarations présumées… Est-ce à croire qu’il n’y a plus d’affaire des 100 millions, ni des caisses de l’état vides après la transition, ni des scandaleux parachutes dorés aux ministres de la transition etc. etc. ? Il faut le croire apparemment…
 
Ultime bémol qui ne laisse rien du masque, que signifie cette réunion tribale chez Ely le chantre de la Mauritanie moderne ? Le diable loge toujours dans les détails...
 
En vérité, la perfidie de l’état de notre organisation sociale, c’est que pour le système voir Ely se débattre dans la rue de la liberté d’expression c’est déjà une victoire car c’est une sorte d’humiliation au pays où le 4 pouvoir n’a pour l’instant et à de rares exceptions près que le pouvoir de la crasse. 
 
Profitez-en ! Bientôt avec le centre de veille internet, il est probable que le net chez nous deviendra soit chinois soit libyen à la Senoussi… C’est bientôt la fin de l’état de grâce de la toile ! Ce n’est certainement pas une idée d’Aziz car il s’en est suffisamment pris pour pouvoir laisser faire car tout a été dit sur lui ; c’est surtout l’entourage, le système, les seconds couteaux qui ne veulent plus de ce net libre car nul est à l’abri de se voir jeté en pâture sur la toile à tort ou à raison. 
 
Filtrer le net à la chinoise, espionner tout le monde à la Senoussi coutera cher au pouvoir car si Aziz bénéficie encore d’une certaine « sympathie » c’est grâce à la liberté d’expression qui permet aux tensions de se transformer en guerre virtuelle  où tout se dissipe tranquillement. Sans cette soupape, il n’y aurait plus d’exutoire ! Aziz doit d’être fier de cette liberté d’expression qu’aucun pays arabe ne peut pratiquer ! Une liberté d’expression qui passe à l’étape suivante, celle qui suit la liberté débridée assoiffée de ragots. Cela arrive avec des plumes plus intègres plus promptes à recadrer le débat et surtout des lecteurs qui ne se laissent plus prendre bêtement car la toile aussi s’étoffe. Plus de sites, plus de ligne d’éditoriale, plus de concurrence qui ne fait pas de cadeaux aux manipulations des uns et des autres…
 
Le pouvoir azizien est à un virage : il devra choisir entre le chemin du progrès avec la liberté d’expression ou celui de la tyrannie définitive car la liberté d’expression et l’enfumage ne font bon ménage nulle part ! Il faudra choisir ! Or sans l’adhésion des forces vives et de bonne foi qui bien que ne croyant plus aux contes de fées refusent de condamner aveuglément les progrès du pouvoir, sans ces forces-là, la Mauritanie court bien des dangers.
 
La situation politique chaotique à nos portes, la tentation du clergé politique à l’intérieur font que nous ne sommes pas à l’abri de voir des bouleversements sociaux suffisamment importants pour rendre invivable l’existence plurielle apaisée sous nos cieux…
 
Il en va de la survie de ce pays. Nous ne sommes pas à l’abri « d’être tous des maliens ». Certains diront que face à l’état lamentable de la cohésion sociale, on n’arrêterait pas ainsi le progrès…
 
Comment  survivrons-nous à ce suicide collectif où toutes les articulations de ce pays, politiques, économiques et sociales semblent se désarticuler dans le seul but de se libérer du tronc commun ? Quand est-ce que ce pouvoir prendra ses responsabilités au lieu de vouloir toujours combattre les uns en copiant au centuple leur idéologie en espérant ainsi les vider de leurs troupes ? Comment fédérer les forces du progrès dont les racines sont dans toutes les composantes de la société ?
 
Les forces du refus sont des forces mentalement aliénées, psychologiquement arriérées,  religieusement hypocrites, économiquement gangrénées, politiquement suicidaires, socialement délirantes. Il faut les combattre par tous les moyens sinon nous ne sortirons jamais de la marge du progrès ni du temps de la préhistoire…

Lire la suite



 
chez vlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires