Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ely Cheikh Ould Hanena, kickboxer : "On a galéré pour faire connaître le kickboxing. Il fallait démontrer aux yeux du néophyte que c'était un sport noble, et extrêmement technique"


Sport
Dimanche 5 Mai 2013 - 16:00

La deuxième édition du championnat de kickboxing vient de se dérouler en toute beauté à Nouakchott. L'occasion de revenir sur le parcours, la personnalité et l'ambition d'Ely Cheikh Ould Hanena, qui est entrain de faire du kickboxing en Mauritanie, un sport majeur, en l'espace de quatre ans. Portrait.


Ely Cheikh Ould Hanena, dans sa salle d'entraînement au stade olympique. Photo : Noorinfo/MLK
Ely Cheikh Ould Hanena, dans sa salle d'entraînement au stade olympique. Photo : Noorinfo/MLK
Dans la salle rectangulaire d'une dizaine de mètres sur cinq qui sert de lieu d'entraînement à Ely Cheikh et ses élèves, les vingt jeunes, dont quelques enfants de moins de dix ans, sont suspendus aux paroles du maître, qui leur explique les exercices de musculation de l'après-midi.

Petit gabarit, l’image d’un dogue serein vient presque naturellement à l’esprit quand il se présente, sortant du fond de la salle d’entrainement, et revenant de son footing d'avant-entraînement.

D'une voix calme, presque un murmure par moments, Ely montre aux élèves, gestes à l'appui, les mouvements à répéter. L'assurance acquise au fil d'années d'intenses entraînements, et la discipline inculquée par des heures, des jours et des mois de répétitions ont sculpté naturellement la vision de la vie du jeune homme.

«Le kickboxing n'est pas seulement un sport mais une véritable école de la vie, une philosophie contribuant au développement de la personne tant sur le plan physique que moral. C'est un sport formateur qui enseigne la discipline, l'écoute et le respect des règles et d'autrui» explique en sueur Ely cheikh.

Voir également : Kick-Boxing: L'éclosion d'un art martial underground à Nouakchott

Un nouvel élève qui apprend les bases du "high kick". Photo : Noorinfo/MLK
Un nouvel élève qui apprend les bases du "high kick". Photo : Noorinfo/MLK
Tous sur le même pied d'égalité

Cette conviction que tous sont égaux, et qu'aucun jeune désireux de s'entraîner dans son dojo ne pourra se soustraire aux règles imposées, quelque soit son statut social, lui est férocement chevillée au corps.

"Flanqué de deux armoires à glace, le cadet d'un grand chef se présente au dojo il y a quelques mois pour y recevoir un entraînement. Mais la règle imposant que tout enfant doit venir pour s'inscrire être accompagné d'un de ses parents, Ely Cheikh renvoie l'enfant et ses deux gardes en leur intimant de revenir avec un des parents. Gênés, ceux-ci lui répondent que c'est le fils du président en personne. Réponse d'Ely ? "Il y a un règlement clair ici, pour tous. Sans exception". La famille s'y pliera" raconte un proche.

Aujourd'hui, dans la salle, la plupart des couches sociales se retrouvent, nettoient ensemble le tatami après l'entraînement, suent ensemble, rient ensemble, et parfois se chamaillent ensemble.

Lors de la présentation d'ouverture du second tournoi de kickboxing au stade olympique de Nouakchott, le 26 avril dernier. Photo : Noorinfo/F.Boughaleb
Lors de la présentation d'ouverture du second tournoi de kickboxing au stade olympique de Nouakchott, le 26 avril dernier. Photo : Noorinfo/F.Boughaleb
Le guerrier Oulad Nasser

Né en 1984, Ely Cheikh travaille dans la vie active au ministère de l'éducation nationale. «Je suis professeur d'éducation physique au collège Arafat» précise-t-il.

Originaire d’Aïoun El Atrouss, fief principal des Oulad Nasser dont il fait partie, Ely semblait destiné à cette vie de discipline et de rigueur morale. «Sa tribu est une tribu guerrière connue qui tient parmi ses fils d’illustres officiers de l’armée, dont son oncle d’ailleurs Saleh Ould Hanena, un des chefs des cavaliers du changement qui avait initié la tentative de coup d’état à l’encontre de Maouiya en 2003» raconte l'ami proche.

«J'ai commencé le kickboxing en 1996 avec un certain Imad, étudiant tunisien à Nouakchott. Nous étions un groupe d'amis, et de la famille, à commencer. Mais le kick boxing a vraiment commencé à éclore en 2008 avec la création de la fédération. Nous sommes partis seuls à saint Louis à l’époque, avec mon frère, pour combattre. J’ai battu le champion sénégalais Ibou Touré, au second round. Mon frère lui a perdu, contre un autre champion sénégalais, le tibia fracturé au passage» raconte nostalgique Ely Cheikh Ould Hanena.

Après cela, viendra l’étape de la vulgarisation de ce sport. «On a galéré pour faire connaître le kickboxing. Il fallait déjà démontrer aux yeux du néophyte que c'était un sport noble, et extrêmement technique. Nous avons réussi grâce à des démonstrations publiques, particulièrement durant l’été 2011» continue le professeur.

Sur le sujet : Kickboxing : Un premier tournoi magistral

Exercice poing-pied. Photo : Noorinfo/MLK
Exercice poing-pied. Photo : Noorinfo/MLK
«Un esprit sain dans un corps sain»

Une des conditions pour que le jeune écolier, «du primaire au collège» ajoute-t-il, puisse continuer à suivre ses cours, est que celui-ci doit lui présenter régulièrement ses notes, et chaque trimestre son bulletin pour être sûr que l’enfant ne délaisse pas sa scolarité.

«Cet enseignement de maitrise de son corps et de son comportement n’a de sens que si l’esprit se développe parallèlement ; ainsi si je constate qu’un de mes élèves travaille moins bien à l’école, il est suspendu ici aussi automatiquement. De cette façon je les maintiens motivés sur ces deux tableaux» explique Ely Cheikh.

«Je ne peux pas enseigner un enfant qui ne va pas à l'école. J'ai eu à refuser des inscriptions car l'enfant avait abandonné l'école. Certains ont repris grâce à nous. De cela je suis fier» raconte avec un sourire lumineux Ely Ould Cheikh.

Quand les résultats scolaires sont moins bien, «l'enfant à plus de corvées, de séances d'abdominaux pour qu'il comprenne qu'on attend plus de lui. Et ça marche globalement" affirme Boubacar Coulibaly, un des trois licenciés de kickboxing de Mauritanie.

Boxe éducative

Certains des élèves n’ont pas forcément les moyens de venir trois fois par semaine, ni même de payer les frais mensuels. C’est pour cela qu’une règle informelle a été établie dans les salles : Les élèves paient en fonction de leurs moyens.

«Parfois on a des dons privés notamment en terme de matériel dont on a cruellement besoin surtout avec l'ampleur de l'intérêt nouveau que porte au kick boxing une certaine jeunesse nouakchottoise, qui n’a pas dans son ensemble les moyens de faire face à l’achat du matériel» souligne Hamid, un des élèves de la salle.

«Le kick boxing est un excellent outil de discipline et de canalisation. Même pour les combats organisés lors des deux premières éditions, on a récompensé les plus disciplinés, les plus assidus» assure Boubacar Coulibaly.

«On fait vraiment de la boxe éducative, comme ça se développe dans le monde des combats. Il s'agit de placer ses coups de s'éviter et de se canaliser sans faire mal» appuie Ely Cheikh.

«Tu peux mélanger différentes catégories dans ce genre, c’est l’intérêt, mais c'est difficile, car les coups doivent être placés et maîtrisés. Il s'agit juste d'acquisition de technique, et pas de faire mal» souffle le sensei, en tapant un sac d'entraînement.

Une salle vient d’être ouverte à Toujounine depuis trois mois et demi, avec essentiellement des moins de 16 ans dans les 40 élèves qui la fréquentent. "Nous avons amené le kickboxing vers ceux dans certains quartiers périphériques, qui n'ont pas forcément les moyens de venir vers lui, au stade en plein centre-ville" conclut Ely Cheikh.

Voir également : Championnat de Kickboxing : Résumé (VIDEO) de l'évènement

Mamoudou Lamine Kane

Pour tout contact :

Fédération mauritanienne de kick boxing au "club des champions" Porte 5 du stade olympique de Nouakchott.

Tél: 22646021
E-mail: nktkickboxing@yahoo.fr
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter