Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Elles stoppent leurs règles pour favoriser leur carrière


Société
Mardi 1 Septembre 2015 - 00:45

La décision peut paraître radicale. Trois femmes ont raconté au Daily Mail pourquoi elles ont choisi d’arrêter leurs règles à l’aide de différentes méthodes contraceptives pour privilégier leur carrière professionnelle.


Chaque mois, c'est la même contrainte, et aucune de nous (ou presque) n'y coupe : les Anglais débarquent et avec eux, un cortège de désagréments. Le Daily Mail a interviewé trois femmes qui racontent comment elles en sont venues à contrarier Dame Nature en se débarrassant de leurs menstruations pour le bien de leur carrière professionnelle.
 
Alanna Allen et Laura Zito, 29 ans, et Morgan Spicer, 27 ans, ne font pas le même métier mais ont toutes les trois en commun d’avoir supprimé leurs règles pour ne pas être pénalisées au travail.  
Alanna Allen gère cinq salons de coiffure et n’est plus réglée depuis sept ans.

Elle explique au quotidien qu’elle devait prendre tous les mois "des anti-douleurs" et devait "parfois poser des jours de congés". Une solution intenable jusqu'à ce qu'elle trouve un remède : des progestatifs injectables.
 
Morgan Spicer, elle, ne travaille pas debout toute la journée : elle est graphiste dans une agence de pub. Mais par crainte que ses menstruations lui gâchent des opportunités, dans un milieu majoritairement masculin, elle a préféré se débarrasser de ses règles à l'aide de la pilule Cerazette (qui peut aussi avoir l'effet inverse de les provoquer de façon continue).
 
Là encore, la jeune femme ne supportait pas de devoir prendre des jours off à cause de ses règles trop douloureuses. Enfin, Laura Zito, manager dans un cabinet médical privé, utilise aussi des injections pour arrêter ses menstruations et assure que cela lui a "sauvé la vie".
 
 Ces solutions radicales, bien que tentantes, peuvent être dangereuses pour la santé. Certaines injections sur une durée trop longue peuvent entraîner de l’ostéoporose, une perte de résistance des os. En dehors de l’aspect médical, c’est aussi un geste qui relance le débat sur la discrimination professionnelle dont sont victimes les femmes.
 
Les règles sont toujours perçues comme un tabou, un carcan qui les empêcheraient d’obtenir des promotions et qui les désavantagent face à leurs confrères masculins. L'action de Kiran Gandhi, bien qu'un peu extrême, n'était peut-être pas si inutile...    

journal des femmes 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter