Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Elections en Mauritanie: Le boycott ou le report ?


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 13 Août 2013 - 05:00

Après l’annonce de la convocation par le gouvernement du collège électoral devant élire les conseils municipaux et les membres de la future Assemblée nationale, les réactions ont été immédiates.


Mahfoudh Ould Bettar, président de CDN (Convergence Démocratique Nationale)
Mahfoudh Ould Bettar, président de CDN (Convergence Démocratique Nationale)
Dans le camp de la COD, on a annoncé immédiatement vouloir s’acheminer vers un boycott de l’échéance. Chaque parti a laissé ses intentions «fuiter» pour constituer des annonces de première page dans les sites proches ou non de son point de vue. Derrière la violence verbale qui a accompagné les différentes annonces, se cache (mal) la difficulté de pouvoir justifier, avec propositions alternatives concrètes à l’appui, les raisons de ce boycott. Bien sûr qu’on a rappelé la nécessité d’écarter les gouvernants actuels, «disqualifiés par les exercices passés». Une manière de continuer à s’accrocher au leitmotiv stérile du «rahil».

Puis on a remis sur la sellette l’initiative du Président Messaoud Ould Boulkheir, d’une part pour exciter l’homme contre le refus de répondre à ses attentes, d’autre part pour réactiver la vieille proposition d’un gouvernement d’union nationale. La démarche a (relativement) payé.

Parce que le pôle de la Coalition pour une alternance pacifique (CAP) a commencé par hésiter et à poser des conditions comme s’il n’était pas co-auteur du processus qui devait fatalement ouvrir sur des élections plus ou moins consensuelles. Prétextant que la décision de convoquer le collège électoral a été faite sans la consultation du groupe de suivi des résultats du dialogue. Alors que la loi ne prévoit pas l’implication d’une telle structure dont le travail consistait à faire aboutir tous les textes de lois établis lors du dialogue entre cette partie de l’Opposition et le Pouvoir. L’un des résultats du dialogue étant la mise en place d’une CENI qui prend en charge et complètement les élections. Le choix de cette CENI a d’ailleurs été fait en commun accord entre les «dialogueurs».
Même dans le camp de la Majorité, des voix se sont élevées pour dire qu’il ne restait pas assez de temps pour choisir les candidats au niveau de toutes les circonscriptions électorales. «Les missions de l’UPR viennent de partir et les dépôts des listes communales doit se faire à partir du 13 août…»

Toutes ces hésitations et ses commentaires créent une atmosphère qui rappelle l’avant-6 juin, quand le candidat Ould Abdel Aziz s’obstinait à fixer le 6 juin (6/6), alors qu’il engageait des négociations à Dakar. Avec cette (grande) différence : il n’y a pas de négociations en cours pour trouver un terrain d’entente. D’ailleurs, les protagonistes politiques mauritaniens ont perdu le contact depuis début 2011 quand ils ont choisi de s’invectiver par voie de presse au lieu de discuter tranquillement derrière les rideaux. Que peut-on espérer aujourd’hui ?

Deux scénarii :

· Les choses restent tel quel, sans concession de l’un ou l’autre des protagonistes, sans facilitation. Les élections se feront avec ceux qui les accepteront, à savoir ceux de la Majorité et de la CAP qui ne se dédiront pas en cours de route. Avec aussi les nouveaux partis, ceux des jeunes notamment. Le syndrome de 1992 est là : avec une dominante très prononcée Pouvoir et une mise à l’écart de l’Opposition qui devra lutter pour ne pas rester définitivement sur le carreau.

· On arrive à une formule où l’on verrait les élections reculées, probablement une ouverture plus ou moins conséquente de la CENI au pôle de la COD, la nomination d’un ministre de l’intérieur plus ou moins proche de cette Opposition radicale… ou même la constitution d’un gouvernement d’ouverture… On voit bien que c’est le jeu que tente de faire aboutir la CAP dont certaines des composantes ne veulent pas d’élections à terme. Si l’on trouve une formule, le Pouvoir pourra s’éviter des élections décrédibilisées par l’absence d’enjeux politiques et risquées pour le peu d’intérêt qu’elles susciteront.

Tout est possible en Mauritanie et avec les acteurs que nous avons. Parce que ce qui les sépare ne relève pas de l’analyse froide, ni de l’appréciation raisonnée, encore moins de la démarche équitable. Ce qui les sépare, c’est d’abord l’aversion qu’ils ont les uns pour les autres, l’impression qu’a chacun de s’être laissé avoir par l’autre, la conviction chez chacun qu’il n’y a pas assez de place pour tous…

Le jour où chacun acceptera que c’est à lui-même qu’il doit s’en prendre pour ses échecs, le jour où chacun acceptera de reconnaitre ses erreurs pour ne jamais les répéter, le jour où chacun assumera ses choix et jouera franc-jeu, le jour où chacun saura exactement ce qu’il veut, le jour où chacun s’occupera plus d’arriver à dessein que de travailler pour l’échec de son voisin…, ce jour-là, nous établirons les passerelles pour un dialogue serein, nous nous écouterons les uns les autres et nous saurons que pas grand-chose ne sépare les protagonistes politiques de chez nous, qu’ils auraient pu se retrouver dans la même formation ou du moins converger vers l’intérêt général de la Nation.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter