Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

El Medh Nebewi un art chanté par les serfs…et dont se sont réjouis les Maîtres ...Quand la culture devient moyen de cohabitation pacifique


Culture
Vendredi 14 Août 2015 - 22:00

El Medh Nebewi en Mauritanie (chants faisant les louanges du Prophète Mohamed Paix et Salut sur Lui), est un art transmis de génération en génération au point de bénéficier de sa propre saison annuelle, devenue lieu de rencontre de ses férus compositeurs, chanteurs et poètes.


El Medh Nebewi  est lié à la mémoire collective mauritanienne à la vie du Prophète Mohamed PSL. Il est sacré chez le peuple de ce pays, au point  que « «toute partie du corps humain qui danse sous l’effet de ses mélodies est affranchie  de l’enfer » considère-t-on.

Le mois du Ramadan est connu pour être une saison d’ El Medh Nebewi  pour les mauritaniens, au cours duquel, sont organisés les concours, les festivals et les soirées animés par ses chanteurs et artistes professionnels.

Entre El Medh Nebewi  et les mauritaniens, c’est toute une histoire. Certains chercheurs l’ont considéré comme un héritage de la tradition chiite vécue par le pays, avant l’expansion dans ses quatre coins du rite malékite.

Les mauritaniens organisaient chaque nuit, par le passé et aujourd’hui, des veillées traditionnelles appelées « Ijmaa »,  (assemblée), les soirs de chaque lundi et vendredi, au cours desquelles, ils glorifient à travers les chansons et les poèmes, les  miracles, les qualités et les conquêtes du Prophète Mohamed PSL.

La classe des esclaves et des « haratines » (anciens esclaves) était l’unique frange au sein de cette société multiethnique, qui organise ses veillées chantantes, axées sur des airs joués en chœur faisant les louanges du Prophète,  dans une ambiance festive dansante, alors que le rôle de la frange des « maures », se limitait à contribuer à créer les poèmes sans les chanter.

Les esclaves et les haratines organisaient ces veillées qui se poursuivaient jusqu'à l'aube pour se délester d’une longue journée de travail au service des maîtres, dans un désert aride et impitoyable.
 
Les chefferies beydhânes se réjouissaient d’écouter ses veillées chantantes, qui servaient de moyen de cohésion entre les deux franges, bâtie sur l’approfondissement de l’attachement des deux catégories à l’amour du Prophète PSL, qui est l'un des rares dénominateurs communs, s’il n’est l’unique qui réunit les maîtres et leurs disciples de Chinguitty (autre appellation de la Mauritanie).

Brahim Ould Bilal Ould Ramdhâne, expert dans le domaine d’El Medh Nebewi, affirme que ces veillées chantantes  forment une partie intégrante de la religion de cette société ainsi qu’une sorte de mysticisme "pour «nourrir l'esprit ».
 
Il pense également que les poèmes psalmodiés ne sont pas soumis  aux règles connues dans la musique et la poésie, voire même pas à celles de la grammaire, précisant qu’ils représentent un genre particulier,  où  l’esprit s’élève au dessus de tout, se concentrant sur le seul amour du Prophète Mohamed ".
b_300_230_16777215_0___media_images_Copy_of_photo1(1)(1).JPG
Le rôle d’El Medh Nebewi dans la coexistence  sociale à l’aune de la diversité culturelle

Ould Bilal Ould Ramdhâne poursuit en rappelant que les mauritaniens organisaient dans le passé lointain, chaque lundi et vendredi soir, des veillées chantantes  traditionnelles appelées « Ijmaa », au cours desquelles, les chanteurs fredonnent des poèmes relatant les prodiges, les qualités et les invasions du Messager d'Allah, PSL.
 
El Medh Nebewi chez les mauritaniens ne s’est pas uniquement limité à chanter les qualités du Saint Prophète et de ses compagnons, mais, avait joué également, un rôle important dans la préservation de la paix civile et de la coexistence sociale, à l’aune des contradictions sociales et économiques, dont les mauritaniens ont souffert  les conséquences  et continuent encore d’endurer certaines de ses séquelles malgré les efforts des pouvoirs qui se sont succédés dabs le pays e vue de régler  ces contradictions.

La tradition d’El Medih Nebewi demeure à ce jour, six décennies après le passage de la société mauritanienne nomade à l’Etat moderne,  intacte en Mauritanie. Mais, il n’est plus un simple moment de confort spirituel pour chanter les louanges du Saint Prophète et de ses compagnons.
 
En effet, il bénéficie aujourd’hui d’un rôle de premier plan dans le maintien de la paix civile et de la coexistence sociale, servant de forteresse aux tensions ethniques connues par le pays, en raison de la persistance de l'esclavage et de ses séquelles, en dépit des efforts déployés par les différents gouvernements qui se sont succédés aux commandes de la Mauritanie afin de résorber ces entorses.
 
Les chanteurs du Medh ont dessiné dans leurs veillées une image unique de la diversité ethnique et culturelle, dont ils sont parvenus jusqu’à présent, à maintenir les atouts et les éléments dans un pays qui souffre de l’incapacité à faire face aux défis de la «séparation».
 
La nouvelle génération des chanteurs du Medh en Mauritanie, pense qu’elle est  tenue plus que jamais à poursuivre la voie empruntée par ses ancêtres, que la Mauritanie a besoin de renforcer son identité nationale dans le contexte de la diversité culturelle en sa qualité de droit naturel, donnant primauté à la vie, revigorant les cultures, développant le sentiment d'identité,  consolidant le respect de la diversité culturelle et de la capacité "créative » et aidant à éliminer les foyers de tension ethnique dans le pays.
 
De voies multiples pour un objectif unique

Si El Medh Nebewi est  une culture répandue dans la société mauritanienne, toutefois, la manière avec laquelle, il est chanté, diffère d’une ethnie à une autre, d’une frange à une autre.
 
La frange des « haratines » ((anciens esclaves), est celle qui s’adonne le plus en Mauritanie à l'art des louanges du Prophète. Elle est fortement attachée à sa promotion et à son ancrage au point qu’El Medh est devenu son art unique.
 
Les chanteurs « haratines » se produisent aux coups du tambour et au son des  applaudissements (claques des mains) de l’équipe qui en fredonne en chœur les louanges du Prophète, en l’absence de tout autre instrument de musique.
Dans le passé, de grandes foules se rassemblaient en forme de boule à une heure tardive jusqu’aux premières heures de l’aube,  autour des chanteurs du Medh.
 
Mais aujourd'hui, les chanteurs du Medh se produisent sur scène, dans de grandes salles, face à un public nombreux, assis sur des chaises, écoutant des chansons, lui remémorant ses ancêtres, invoquant à travers leurs chants un beau temps  « si seulement ses jours avaient été créés pour perdurer ».
 
Le Medh diffère aussi chez les bergers qui le pratiquent, qu’ils chantent en marchant derrière les troupeaux de leurs maîtres dont ils avaient la garde.
 
Le Medh chez les griots (Igawen -artistes) diffère également avec  son précédent, sur le plan de l’exécution, du fait que les Igawens exercent la profession de l’art et exécutent El Medh avec des instruments musicaux plus développés.
Conclusion

El Medh Nebewi en Mauritanie s’est maintenu,  en dépit de tous les changements vécus par le pays dans sa simple structure traditionnelle, unifiant sous lui et à travers les temps, tout le paysage ethnique et tribal en Mauritanie, grâce à des chants exhortant à la tolérance et relatant la vie du Prophète PSL de manière narrative.
 
Au fil des jours, les chanteurs du Medh ont joué un rôle majeur dans la consolidation des différentes valeurs culturelles en Mauritanie,  dans la construction de ponts entre les cultures, du fait, que cela est fondamental pour la préservation de la paix, de la stabilité et du développement.
 
El Mehdi Ould Lemrabott
Mehdi508@yahoo.com

mushahide
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires