Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Egypte: vives réactions de l’opposition à des menaces de Morsi


International
Lundi 25 Mars 2013 - 22:00

L’opposition et plusieurs journaux égyptiens ont vivement réagi lundi à des propos du président islamiste Mohamed Morsi menaçant de prendre des mesures contre les hommes politiques qui seraient responsables de violents affrontements devant le siège des Frères musulmans.


Egypte: vives réactions de l’opposition à des menaces de Morsi


Si les enquêtes prouvent que certains hommes politiques sont impliqués, des mesures nécessaires seront prises contre eux, quel que soit leur niveau, a dit M. Morsi, dans des déclarations diffusées la veille sur son compte twitter ainsi que par la télévision d’Etat.

Si je dois faire ce qu’il faut pour protéger ce pays, je le ferai et je crains d’avoir à le faire bientôt, a-t-il poursuivi, ajoutant qu’il couperait les doigts de ceux qui chercheraient à porter atteinte à la sécurité du pays.

Ces propos font suite à de violents affrontements vendredi entre manifestants proches de l’opposition et islamistes devant le siège du mouvement des Frères musulmans dans la banlieue du Caire, qui ont fait 160 blessés.

Les deux camps se rejettent la responsabilité de ces événements, qui traduisent les vives tensions politiques qui continuent de diviser le pays deux ans après la chute du président Hosni Moubarak.

M. Morsi, issu des Frères musulmans, n’a pas désigné de personne ou de parti en particulier, mais s’en est pris à ceux qui voudraient montrer que l’Etat est faible et se servent de la presse pour inciter à la violence.

On peut s’attendre au pire. Les menaces de Morsi signifient la mort de l’Etat de droit. Il démontre qu’il est le président des Frères musulmans seulement, a déclaré à l’AFP Khaled Daoud, porte-parole du Front du salut national (FSN), la principale coalition de l’opposition.

Le président Morsi s’active toujours quand les Frères musulmans sont sous pression, mais ne fait rien quand ce sont ses partisans qui attaquent des opposants, estime quant à lui Abdel Ghafar Shokr, un des dirigeants du FSN.

Plusieurs journaux indépendants ont dénoncé dans les propos de M. Morsi une menace de prendre des mesures exceptionnelles contre la presse et les responsables de l’opposition.

Pour le quotidien al-Watan, ils sont une menace pour opposition, tandis que le journal al-Masry al-Youm accuse le président de vouloir prendre des mesures d’exception contre ses opposants et de chercher à intimider les médias.

L’avocat des Frères musulmans, Abdelmoneim Abdel Maksoud, a indiqué quant à lui avoir porté plainte contre 169 personnes, parmi lesquelles des politiciens connus, sans donner de nom, à la suite de ces affrontements.

Plusieurs centaines d’islamistes -en grande partie des fondamentalistes salafistes- ont par ailleurs continué lundi de manifester devant Media City, un grand complexe hébergeant des studios et des télévisions privées à la périphérie du Caire.

Plusieurs personnes y travaillant ont indiqué avoir été attaquées ou empêchées d’entrer sur le site par les manifestants, qui accusent les médias privés de partialité envers les islamistes et d’avoir incité aux violences de vendredi dernier.

Le porte-parole du gouvernement a condamné lundi les actions des manifestants qui ne correspondent pas à l’expression sereine de divergences d’opinion.

Source:[Algerie1]urlblank:algerie1.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire