Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Égypte : treize morts dans des heurts entre police et pro-Morsi


International
Samedi 4 Janvier 2014 - 15:48

Au moins treize personnes ont péri vendredi en Egypte dans des heurts entre les forces de sécurité et des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée qui ont manifesté par milliers à travers le pays.


Des partisans du président égyptien déchu Mohamed Morsi fuient les gaz lacrymogènes. © AFP
Des partisans du président égyptien déchu Mohamed Morsi fuient les gaz lacrymogènes. © AFP
La police les a dispersé à coup de grenades lacrymogènes et de tirs de chevrotine, alors que les partisans du chef d'Etat islamiste bravaient l'interdiction de manifester et la violente répression qui s'abat sur eux depuis la destitution de M. Morsi le 3 juillet, qui a fait à ce jour plus de 1.000 morts et des milliers d'arrestations. Vendredi, cinq personnes ont été tuées au Caire, une à Alexandrie (nord), une autre dans la ville d'Ismaïliya sur le canal de Suez et une dans le Fayyoum, au sud du Caire, selon le ministère de la Santé, qui n'a pas donné de précisions sur les cinq autres victimes. On ignore également s'il s'agit de manifestants, de policiers ou de passants.
 
Le ministère a aussi fait état de 57 blessés, alors que 122 personnes ont été arrêtées à travers le pays. Ces violences interviennent à quelques jours de la reprise prévue mercredi du procès de M. Morsi, seul président jamais élu démocratiquement d'Egypte, pour "incitation au meurtre" de manifestants durant sa présidence, brutalement terminée près d'un an jour pour jour après son élection. M. Morsi comparaît également dans deux autres affaires, l'une pour "espionnage" au profit d'organisations étrangères en vue de commettre des "actes terroristes" et le procès pour son évasion de prison début 2011 s'ouvrira le 28 janvier.
 
Vendredi, la coalition pro-Morsi, chapeautée par les Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi récemment déclarée "organisation terroriste", avait appelé à manifester en dépit de la violente répression qui a fait plus de 1.000 morts et des milliers d'arrestations dans les rangs islamistes. En les déclarant "terroristes", le gouvernement a de fait placé les centaines de milliers de membres de la confrérie sous le régime d'une sévère loi anti-terroriste qui prévoit la peine de mort pour leurs dirigeants et cinq années de prison pour les membres participant à des manifestations. En outre, posséder des écrits ou des enregistrements diffusés par la confrérie est passible de peines allant jusqu'à cinq années de détention.
 
Source : JA
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire