Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Egypte : Depuis les chambres de torture des Frères Musulmans


International
Mercredi 26 Décembre 2012 - 17:00

Mercredi dernier, les opposants au régime du président Mohamed Morsi se faisaient chasser du palais présidentiel, faisant 5 morts, alors qu’une « chambre de torture » accueillait ceux qui avaient le malheur de se faire arrêter.


Egypte : Depuis les chambres de torture des Frères Musulmans
Aux portes du palais, en face même de la mosquée d’Omar bin Abdel Aziz, trônait la chambre centrale que le journaliste, Al-Masry Al-Youm, a réussi à pénétrer. Journaliste pour le quotidien égyptien proche de l’opposition Egypt Independent, c’est grâce à un membre de la chaîne télé Misr 25 TV, pro-gouvernement, qu’il a réussi cet exploit.

Encerclées de barrières en fer, ces salles sont à l’abri des regards. «Des officiers de police en uniforme étaient présents dans la chambre, ainsi que des agents en civil du poste de police de Nozha. Quinze membres des Frères Musulmans étaient aussi là, supervisés par trois barbus qui décidaient si quelqu’un devait partir ou rester» témoigne le journaliste dans son article. Les opposants seraient d’abord battus, on leur arracherait leurs vêtements, avant de les emmener à part dans différentes chambres. «Je ne sais pas vous dire combien de chambres il y avait exactement, elles étaient établies partout près du bâtiment», ajoute Al-Masry Al-Youm.

Les pièces d’identités leur étaient tout de suite confisquées, ainsi que leurs téléphones ou leur argent. Ensuite ils ont eu droit à un « interrogatoire », ou plutôt à des coups violents voués à leur faire avouer leurs torts.

Les Frères Musulmans voulaient savoir pourquoi ils manifestaient, s’ils avaient été payés pour le faire et à quel mouvement ils appartenaient: celui de Mohamed ElBaradei, ou celui récemment dissous d’Hosni Mubarak, le Parti National Démocratique. «S’ils niaient une quelconque affiliation, les coups redoublaient», décrit notre témoin.

Al-Masry Al-Youm raconte encore qu’ils enregistraient leurs interrogations à l’aide de caméras de téléphone portable et avaient engagé la chaîne de télévision Misr 25 TV (la chaîne grâce à laquelle le journaliste à su infiltrer les lieux) pour cataloguer les ‘détenus’ comme étant des ‘voyous’ « tout cela devant les yeux des officiers de police! » se révolte-t-il.

Les détenus furent ensuite « re-transférés » dans la chambre centrale où un Frère Musulman avocat donnait leurs papiers d’identités ainsi que leurs effets personnels aux officiers de police et les accusaient de tous les torts (port de multiples armes utilisées contre la police etc.). « Parfois les détenus sont tellement blessés qu’ils ne savent même plus répondre aux questions et ils ne reçoivent pas d’aides médicales » insiste le journaliste.

Sources : lalibre.be
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire