Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Education : Les états généraux se font attendre


Actu Mauritanie
Mardi 26 Juin 2012 - 12:10

Depuis deux ans qu'ils sont régulièrement annoncés, les états généraux de l'éducation sont tout autant remis aux calendes grecques. Et la mesure prise par le dernier Conseil des ministres " instituant une prime annuelle d’équipement aux enseignants et professeurs" ne semble pas annoncer leurs prémisses.


Une classe de primaire à Dar-Naïm, un quartier de Nouakchott
Une classe de primaire à Dar-Naïm, un quartier de Nouakchott
La mesure prise par le dernier Conseil des ministres " instituant une prime annuelle d’équipement aux enseignants et professeurs exerçant effectivement dans les écoles fondamentales, collèges et lycées publics " alimente les débats dans les milieux scolaires. Parce qu’elle ne correspond pas à ce que les enseignants eux-mêmes réclamaient (50.000 UM) mais aussi, cette décision parcellaire remet encore aux calendes grecques les fameux Etats généraux de l’Education (EGE) puisqu’elle laisse croire que le Gouvernement privilégie la politique des petits pas, en matière de réformes, plutôt que celle qui consiste à apporter une réponse globale à toutes les questions qui se posent.

C’est dire que l’objectif recherché par un tel effet d’annonce risque de produire exactement l’effet contraire : Pousser les enseignants à remettre sur la table l’ensemble de leurs revendications au moment où le ministère cherche à profiter de l’accalmie des vacances pour reprendre son souffle. Oui, puisque, pour certains, cette année 2012 a été celle de tous les dangers : troubles à l’Université de Nouakchott, à l’Institut supérieur d’études et de recherches islamiques (ISERI), à la toute nouvelle université islamique d’Aioun, dans certains établissements secondaires du pays et, récemment, à l’Institut supérieur des études technologiques (ISET). Grève des professeurs, à plusieurs reprises, et réprimandes du Ministère de l’Education qui a procédé à de sévères coupes au niveau des salaires. Jusqu’à un mois de retenue qui ne semble pas avoir eu d’effets concluants sur la volonté des " mangeurs de craie " pour les dissuader de mettre en péril cette année scolaire.

Pourtant, malgré tous ces troubles, l’on s’apprête à finir en beauté l’année scolaire 2011 - 2012 avec la proclamation des résultats des épreuves du baccalauréat, du brevet et du concours, les seuls généralement pris en compte, de manière ouverte, pour dire que l’année était bonne ou mauvaise.

Toujours est-il que l’éducation souffre. Et qu’il est temps de penser, réellement, à l’organisation de ces états généraux qui sont considérés, à tort ou à raison, comme la propédeutique nécessaire à la mise à niveau de l’enseignement en Mauritanie.

Nonobstant les résultats qui vont sortir des différents examens nationaux, il faut bien que les pouvoirs publics, le ministère d’Etat à l’éducation notamment, mettent à profit les grandes vacances pour organiser ces fameux EGE. Une année de plus et l’on sera définitivement fixé sur la profondeur des craintes liées à un tel choix. Car le besoin de réformer peut se heurter à celui de ne pouvoir concilier entre les référentiels communs aux deux " écoles " actuels et les tendances qui se profilent au niveau des choix de la langue d’enseignement. Et si les EGE ne se tiennent pas cette année, l’on peut penser que cette crainte relève plus d’un souci de préservation d’acquis, pas si évidents que ça, que de devoir affronter les vraies difficultés liées, pour la plupart, à ces fameuses " accumulations ".

SNEIBA
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires