Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Du temps où l’ennemi d’Aziz, le capitaine Krombolé, était un griot : « Ghazaouni calamé, Négri dénigré… »


A.O.S.A
Mercredi 20 Février 2013 - 01:19


Du temps où l’ennemi d’Aziz, le capitaine Krombolé, était un griot : « Ghazaouni calamé, Négri dénigré… »
Quand on lit les sorties de plus en plus acides du capitaine Krombolé contre le militaire dont il dit le plus de mal à savoir le général civilisé Mohamed Ould Abdel Aziz, on ne peut imaginer qu’un tel intellectuel indépendant puisse chanter comme un griot la gloire du général Ghazouani en écrasant au passage le général Négri réduit à n’être aux yeux du barde qu’un prédateur de plus qui ne saurait faire à la garde que s’enrichir encore et encore.

Pourtant c’est bien ce que nous avons sous les yeux :  les chants extatiques de Krombolé pour son Ghazouani adoré, du temps où le barde était encore ivre d’idôlatrie. C’était en 2010, autant dire hier. Comment le Krombolé qui dit tant de mal d’Aziz peut-il avoir tant d’estime pour l’homme qui a tenu la boutique pour lui quand notre ami fut obligé de tout déléguer jusqu’à sa capacité à digérer les aliments ? Si Ghazouani est tel que le chantait Krombolé, comment ce Ghazouani peut-il être au service de ce Aziz décrit par Krombolé comme un malade mental dans sa dernière sortie d’il y a deux jours ?

Il faut dire que ce chant date d’avant une autre chanson où le barde, brûlant ce qu’il a adoré, mit tous les généraux dans le même sac en déclarant l’année dernière « Quand le président Aziz a pris le pouvoir, ses choix se sont portés, naturellement,  sur des officiers de faible amplitude morale et professionnelle qui lui seraient, donc, redevables et soumis. »

http://chezvlane.blogspot.com/2012/02/ce-quil-faut-retenir-des-tirs-cinglants.html

Avant d’en arriver là, Krombolé était encore tout fou de Ghazouani. Que s’est-il passé ? Krombolé n’aime-t-il plus son Ghazouani ? Voyons ce chant immortel du Krombolé de 2010. Il fut mis en ligne par son acolyte AOC du Calame, certainement le baron de la presse le plus sympathique de la place. A l’époque, nous avions relaté la chose via un billet que voici «  Ghazouani calamé, Négri dénigré…

A 3h31, A.O.C ne dort pas et commence l'année en mettant à cette heure en ligne la deuxième partie des portraits des généraux qui nous gouvernent.

Cette deuxième partie, ces chants de krombolé notre Lautréamont national commencent par un solo en guitare où kombelé mis en scène par le marionnettiste AOC chante les louanges de Ghazouani d'une manière assez pittoresque.

Cela fait l'affaire d'A.O.C qui ne pouvant plus courir à côté d’Aziz qui lui a claqué la semelle au nez, se trouve là indirectement en place pour tendre la plume vers Ghazouani via notre Lautréamont national. Et c'est réussi.

Extrait :
«
A son contact, seule la tenue militaire vous rappelle que vous êtes en face d’un soldat. Une fois dehors, vous serez dans l’obligation morale de vous poser l’inévitable question: est-ce un dalaï-lama ou un séminariste, confessant dans un collège helvétique, un imam docteur en théologie musulmane, ou un sadou pressé de se détacher de toutes les réalités terrestres, afin d’accéder au Nirvana? Le général Mohamed Ould Ghazwani n’a rien à envier aux idéalistes ci-dessus mentionnés.

Petit-fils du prestigieux moine Ghazwani, l’intéressé, après ses études secondaires, opta pour la carrière militaire. En 1981, sorti, de Meknès, sous-lieutenant, il est affecté à la 2ème région militaire (Bir Moghren, F’Dérick). A l’époque, cette région était une référence, une école, surtout pour les jeunes officiers tenus de parfaire leur formation initiale.

Cultivé, ordonné, maîtrisant deux langues (Arabe, Français) cet officier a un autre atout précieux. C’est que la baraka de son aïeul, le cheikh Ghazwani, le suit partout. Que ce soit le 8 juin 2003 où il commandait le BB (bataillon blindé), mais en stage ce jour ; ou le 6 août 2008, alors chef d’état-major national, mais en mission à l’intérieur » Etc. Etc.

Ayant lu, me voilà convaincu : vive Ghazouani ! Merci Krombolé !

On peut noter cependant qu’on a pas l'habitude de voir au calame de tels griots surtout mis en ligne un 1 janvier à 3h30, c'est le signe que l'année commence en chansons, c'est donc que la lucidité prend le dessus sur l'aigreur ou le professionnalisme.

Au calame, fenêtre du FNDD en temps de vaches maigres, on se recycle comme on peut et avec certaines facilités à voir la dextérité de la marionnette et du marionnettiste

Là où il y a matière à favoritisme sans équivoque, c'est qu'après le chant digne d'un griot sans état d'âme qui laisse parler son cœur en sachant que l'armée est là pour longtemps, là donc où le bât blesse c'est au sujet de Félix Négri

Pourquoi pendre des pincettes au sujet de Ghazouani et taxer Négri sans nuances ; on peut y lire cette recommandation "
Que fera Negri Félix à la Garde nationale? Comme ses prédécesseurs, ne s’intéressera-t-il qu’au volet pécuniaire, en s’enrichissant davantage, encore et encore? "

lire la suite...

chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires