Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Du pétrole au Sénégal


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 13 Octobre 2014 - 12:00


Du pétrole au Sénégal
Selon une dépêche de l’agence panafricaine de presse APA, l’entreprise britannique Cairn Energy a annoncé d’importants gisements de pétrole dans le off-shore sénégalais. ''Les premières estimations des réserves de ce puits vont de 250 millions de barils de pétrole (avec une probabilité de 90 %) à 2,5 milliards de barils (avec une probabilité de 10 %)'', a indiqué un communiqué de la société. Le communiqué précise que l’entreprise "ne compte pas pour l'instant procéder à la phase de test du puits pétrolier'' et que ‘'des travaux d'évaluation supplémentaires seront conduits, à partir des données sismiques récoltées afin de ‘calibrer le puits’ et déterminer l'étendue de la découverte''.
 
Les gisements se trouveraient à 100 kilomètres des côtes et seraient à une profondeur d’environ 1500 mètres. Cairn Energy évite d’annoncer le développement dans l’immédiat. Comme si l’essentiel était de faire l’annonce, probablement pour booster les actions en bourse de l’entreprise. Un procédé qui a déjà été utilisé chez nous par ces multinationales qui ne reculent devant rien pour tirer le maximum de profit de nos Etats.
 
En Mauritanie, la ferveur des années 2000 a disparu, ou s’est largement atténuée. D’abord à cause de la mauvaise gestion qui a accompagné les premières exploitations (l(affaire Woodside, l’affaire de la commercialisation, de la SMH…). Ensuite parce qu’il n’y a pas eu de découverte depuis celles de Chinguitty faites par Woodside. On a vu que depuis, il y a eu trois forages qui ont finalement été négatifs. Les entreprises ayant accouru pour s’installer en Mauritanie ont diminué leur présence (elles ne sont pas parties contrairement à ce qu’on dit). Tullow, Dana et bien d’autres ont allégé leur présence. Tandis que Petronas qui a racheté l’activité de Woodside cherche aujourd’hui à vendre tout son actif : la production très faible ne couvre pas les frais d’exploitation, d’où la difficulté pour elle de se débarrasser de cette activité. Mais la grande déception vient de l’on-shore : Repsol très présente au début, a plié bagages, tandis que la française Total a gardé seulement un bloc sur les trois qu’elle avait dans la région de Taoudenni.
 
Reste cependant le démarrage pour bientôt de deux exploitations dans le off-shore mauritanien. La première concerne l’américain Kosmos Energy qui va forer en novembre prochain après avoir procédé à des explorations sismiques sur une surface de 10.000 km2. La seconde concerne Chariot Oil & Gas qui va forer elle aussi dans le nord de l’off-shore en 2015.
Dans les milieux, on préfère parler d’une «accalmie» et même d’une «mauvaise passe» plutôt que de «crise» ou d’«illusions perdues». Même s’il est vrai n’a pas su profiter de son potentiel, surtout à cause de l’inefficience de la gestion de la ressource humaine en la matière.

Mohamed Fall Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter