Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Droits humains en Mauritanie: "A monsieur Ban-Ki Moon, Secrétaire Général des Nations-Unies"


Tribunes
Samedi 10 Décembre 2011 - 12:55

A l'occasion du 63ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, le collectif touche pas ma nationalité a déposé ce samedi dix décembre à Nouakchott, une lettre officielle au Système des Nations-Unies, adressée au SG des Nations-Unies, Ban-Ki Moon, y dénonçant un système politique, social, économique excluant la majorité des mauritaniens, au profit d'une minorité.


Droits humains en Mauritanie: "A monsieur Ban-Ki Moon, Secrétaire Général des Nations-Unies"
La Mauritanie est un pays de l’Afrique de l'ouest qui partage ses frontières avec le Sénégal au sud, le Mali à l'est et au sud-est, l'Algérie au nord est, le Maroc au nord-ouest et l’océan Atlantique constitue une limite naturelle à l'ouest. La population du pays est constituée majoritairement de noirs (Peuls, Soninkés, Wolofs, Bambaras et Haratines) et d'une minorité arabe (Bidhans ou maures blancs).

Depuis le 28 novembre 1960,date qui marque l'indépendance de la Mauritanie, des évènements graves ont secoué le pays hypothéquant son unité nationale. De 1960 à nos jours, avec tous les régimes qui se sont succédés les noirs ont toujours été victimes d'exclusion, de marginalisation et d' injustice fondées sur le racisme et l’esclavagisme dont une partie de la population, en particulier les haratines (composante noire mais de langue hassaniyya) est toujours victime.

Au moment où le monde s'apprête à célébrer le 63ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, les noirs de Mauritanie luttent qui contre le déni de citoyenneté, qui contre le déni d'humanité. Pendant que nous, négro-mauritaniens, luttons pour que nous soyons considérés et reconnus comme étant des mauritaniens à part entière dans ce pays, les haratines eux sont victimes du déni d'humanité.

Dans tous les domaines les noirs sont exclus au profit de la seule communauté arabe. Le pouvoir exécutif est injustement confisqué par la minorité arabe, le pouvoir législatif contrôlé par la même minorité favorisé par un découpage électoral mal fait. La même communauté contrôle le pouvoir judiciaire.

Sur le plan militaire, la ségrégation est flagrante: le recrutement des noirs se fait sur la base de quotas injustifiés,ce constat est valable pour les forces de sécurité. Sur le plan culturel ,tout est fait pour étouffer nos valeurs ,ce qui constitue une négation de nos droits culturels. Nos langues sont reléguées au second plan.
Toute l'économie est entre les mains d'une minorité alors que la majorité noire vit dans la misère.

Depuis 1986 les négro-Mauritaniens ont subi des exactions ,arrestations arbitraires, tortures et exécutions extra-judiciaires. Les noirs ont été victimes de déportations massives en 1989.Ces problèmes sont loin d’être résolus ,les criminels n'ont jamais été inquiétés ,ils sont protégés par une scélérate loi d'amnistie votée en 1993.Dans la vallée ,les terres des noirs sont spoliées,vendues ou louées à des hommes d'affaires arabes.
Aujourd'hui, avec le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz, l'exclusion des noirs continue de plus belle. Depuis le mois de Mai 201, des opérations d’enrôlement des populations visent à exclure les noirs qui sont rejetés sans raison par des commissions composées d'agents zélés, motivés par l'idéologie Nassero-baathiste.

C'est dans ces conditions que le mouvement "touche pas à ma nationalité" est né pour dénoncer ces recensements racistes et discriminatoires dont le seul but est de priver une importante partie des noirs de leur nationalité. La contestation initiée par le mouvement se traduit par des marches toujours réprimées à Nouakchott et dans certaines localités du Sud. Plusieurs de nos militants ont connu des arrestations, d'autres ont été grièvement blessés par grenades lacrymogènes. À Maghama, un militant de 16 ans a été tué par balle par des éléments de la gendarmerie nationale et les coupables restent libres.

A l'occasion de l'anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, nous vous adressons cette lettre en tant que Secrétaire général des Nations-unies pour vous expliquer que les graves violations des droits de l'homme et les discriminations doivent mériter l'attention des institutions internationales. Nous vous demandons d'agir pour éviter à la Mauritanie une instabilité dont les conséquences seront imprévisibles.

Nouakchott, le 10/12/2011
Le collectif Touche pas à ma nationalité
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter