Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Droit de réponse: VLANE, quand le diable veut désespérément devenir avocat, sans succès


Tribunes
Mardi 25 Juin 2013 - 17:04

Suite à la publication d'un article que j'ai publié sur Cridem (LA CENI: DES POUVOIRS MIS FUGUES MI RAISINS), le diable-avocat a immédiatement signé, à la hâte, un commentaire sous cet article et une réponse intitulée: "CENI : quand le maître d’hôtel Takioullah sert un verre à moitié vide…", lequel fut publié sur ce Portail.


Droit de réponse: VLANE, quand le diable veut désespérément devenir avocat, sans succès
Tout d'abord, deux remarques s'imposent en réaction à la sortie de notre ami Vlane: le premier est que diable aurait dû bien et correctement spécifier le nom de ma fonction en Mauritanie: MAÎTRE D'HÔTEL "LYEZID" À ZOUERATE, et non "Takioullah". Modeste investissement certes, mais dont je suis le plus fier, surtout qui porte le nom de mon grand-père, Lyezid Ould MBarek Ould Béliid, lequel repose (avec son père et le mien, Allah yarhamhoum) juste en arrière de notre Hôtel à Zouerate.

Cet Hôtel que j'ai tenu à construire chez-moi, dans mon arrière pays, Tiris-Zemour, après tant d'années d'éloignement et de nostalgie du retour au bercail.

Come disait l'autre: "au moins un membre de la diaspora de chez-nous, qui est retourné en Mauritanie avec du concret". Tant mieux!

Ma deuxième remarque: c'est que je pense que j'étais naïf et de bonne foi en écrivant les quelques lignes sur les pouvoirs flous de la CENI. Je n'avais aucune arrière pensée ni spéctatives ou attentes à l'égard de quiconque en Mauritanie: ni le pouvoir ni l'opposition, encore moins de ceux et celles navigants entre les deux.

Tout ce que je cherchais, comme à l'habitude, c'est de contribuer aux débats sur les enjeux institutionnels, particulièrement en ce qui à trait au fonctionnement, la portée, l'orientation et la configuration de nos institutions; les rapports entre celles-ci et les répercutions de cette dynamique perceptible sur la vie démocratique en Mauritanie.

Malheureusement, tous ne pensent pas de la même façon, ni en fonction des mêmes paramètres.
L'article en réaction au mien, du "diable" qui veut mordicus "devenir avocat", s'inscrit dans une tout autre logique: celle de défendre les pouvoirs de son père, Dr. Abdallahi Ould Soueid Ahmed, Président de la CENI. Bon! Je ne dirais pas "tel père, tel fils", c'est aux lecteurs avertis d'en juger.

Pour moi, le Dr. Abdellahi Ould Souid Ahmed n'a pas besoin d'être défendu, et surtout pas par son fils VLAN (en hassania: n'importe qui), qui, pour certains, est complètement coupé de la réalité mauritano-mauritanienne. Tellement le milieu mauritanien avisé connait le cadre, vétérinaire de profession, affable, discret, pudique et réservé; tellement il fait l'unanimité de tous. C'est ça la qualité de l'homme que j'ai rencontré à Zouerate, en tourné de prospection pour la CENI.

Ce qui m'a chicoté, c'est l'emphase mis par notre diable-avocat dans sa réponse à mon posting sur la portée de l'article 21 de la CENI, comme si cette disposition, relative à la gestion financière de la CENI, le dérange au plus haut point:
"Quant à la responsabilité financière de la CENI, le comptable sort d’une liste proposée par le ministère des finances :

« En effet, l’article 21 stipule que pour sa comptabilité, la C.E.N.I n’a d’autre choix que de choisir parmi 5 noms livrés par le ministre des finances ! Pourquoi n’a-t-elle pas le droit de choisir elle-même ailleurs son ou ses comptables ? Toujours est-il qu’en cas de malversation impliquant forcément le comptable, le ministre des finances devra être tenu pour seul responsable de la moralité des comptables ! Que cela soit dit !

Avec le choix du comptable s’arrête l’indépendance de la C.E.N.I… C’est très important car pourquoi choisir les membres de la C.E.N.I avec un tel souci d’étiquette et leur livrer un comptable du pouvoir dont personne ne sait d’où il sort ni à quel camp, ni réseau il appartient… Tant que le ministre reste garant de sa moralité et responsable des actes de son candidat, ça va…"
Il faut dire qu'en fait, ce n'est pas la première fois que notre Diable-avocat porte l'armure pour défendre son père, quitte à faire les louanges, dans les circonstances, du Président Aziz après avoir été l'avocat-du-diable contre lui:
" Avant ça, je ne comprenais pas comment Aziz pouvait supporter toutes les manipulations et les diffamations publiées au nom de la liberté d’expression violée surtout par le support officiel des prétendus islamistes tant le mensonge et l’intoxication sont leurs prières quotidiennes.

En vérité, Aziz doit avoir la nausée quand il voit ce que valent ces civils donneurs de leçon qui mentent, insultent et sont prêts à brûler le pays s’ils le pouvaient au nom de leur soif de pouvoir déguisée en soif de démocratie.

On en vient à espérer qu’Aziz parte et vous laisse un Dadis Camara bis pour voir ce que deviendront ces courageux braillards et mendiants dont Aziz refuse de leur mettre quoi que soit sous la dent pour leur occuper la bouche.

Hier, c’est ainsi qu’al-akhbobards ont diffamé un certain nombre de membres de la CENI qui sont pour la plupart des retraités paisibles qui n’ont jamais fait de politique active dans le genre des braillards hypocrites et qui vivaient jusque-là tranquilles loin de toute cette fange de la scène politique. On vient prendre leur CV, puis on leur demande si cela les intéresse de faire partie d’un comité des sages apolitiques. Leur malheur fut d’accepter. Il faut dire que la retraite, c’est particulier…

La suite al-akhbobards s’en est emparée en bons islamistes hypocrites. Il est temps que les personnalités qui sont diffamées fassent comme Bouamatou et traînent en justice ces petits merdeux qui se croient tout permis sous prétexte qu’ils ont quelques lecteurs friands de cette littérature de la médisance car l’objectif n’est plus d’attaquer des politicards à la guerre comme à la guerre mais de ridiculiser d’honnêtes retraités.

Ainsi, au sujet du cas qui nous occupe n’ayant pas le CV des autres, Al-akhbobards annoncent que selon leurs sources le « docteur » n’a pas le bac ! http://cridem.org/C_Info.php?article=630474
Une fois le père défendu, avec louanges à la position de hauteur tenue par le Président Aziz vis-à-vis de tout le vacarme en Mauritanie, voici que le diable-avocat prend la défense cette fois-ci de son fils métis. Alors là, il traite le même Président Aziz de tous les noms:
"Très bien, le problème c’est qu’un nouveau-né métis né en France n’a pas pris la nationalité française alors qu’il avait la nationalité mauritanienne vu qu’il n’a pas même eu le temps d’être enregistré en Mauritanie. Que prévoit la loi Azizienne dans ce cas-là ? Elle prévoit l’injustice c’est tout et l’arbitraire criminel car n’est-ce pas criminel de retirer à un mauritanien qui vient de naître le droit d’être ce qu’il est à savoir un mauritanien ? Peut-on naître un Ould Soueid ahmed de père mauritanien et être interdit de nationalité mauritanienne sous prétexte qu’on soit né, en France, français de droit ?

Oui ! Répond l’administration raciste mauritanienne !

Alors l’administration commet le plus odieux crime qui soit en voulant couper la filiation citoyenne entre père et fils ! On devrait prendre les armes pour moins que ça car il s’agit d’atteinte à l’identité de vos enfants, il s’agit tout simplement d’un crime comme un vol d’enfant, comme un viol !

Bien sûr je suis le seul et le premier à dire publiquement ce genre de choses, les autres qui sont dans le même cas préfèrent et c’est leur droit, faire profil bas, faire jouer les relations et les faveurs et se faire enregistrer mauritaniens sans un bruit sans un scandale.

Mon devoir à moi de père d’un métis est de faire en sorte qu’il ait des droits et non qu’il soit condamné à chercher des faveurs comme s’il était un étranger toléré ou un demi citoyen. On ne peut pas demander à des métis de choisir entre père et mère, c’est barbare ! C’est primitif, c’est archaïque, c’est criminel or la loi mauritanienne en est là!". (...) Moralité : tout ce pavé n’a aucun sens dans un pays comme le nôtre car la loi respectée par tous ou censée l’être par tous n’est pas la loi républicaine importée de chez les français, du moins cette loi n’est pas la loi absolue ; il existe au-dessus d’elle une loi incarnée par un homme qui fait la loi et peut même faire sa loi ; cet homme comme le prochain à sa place est l’incarnation et l’émanation de cette loi suprême; la loi de l’arbitraire permettant à la volonté d’Aziz d’avoir force de loi, c’est le cas de le dire. (...)

"Pourquoi diable maître Touré ni personne ne cite cet article 30 quand lui-même et tous ne citent que l’article 31 soi-disant nouveau ? Pourtant l’article 30 apporte une nuance de taille ; voyons d’abord d’où sort cet article 31 nouveau et qu’a-t-il de nouveau qui permette à K.D et à tous de le citer comme une réussite à mettre au bénéfice de l’administration Aziz ? En réalité, l’article 31 nouveau est PIRE que l’article 31 ancien car les aziziens ont fait un tour de passe-passe d’une fourberie remarquable. Ils n’ont fait que changer deux termes et soudain ce qui était automatique dans l’ancien devient une faveur de décret dans le nouveau ! Pour ce faire, ils ont remplacé « même mineur » par « même majeur » et surtout juste « perdre » par « garder » ! Incroyable : tout le monde n’y a vu que du feu." http://chezvlane.blogspot.com/2011/09/nationalite-de-lunion-la-dechirure.html; http://chezvlane.blogspot.ca/2013/05/la-france-appreciera-avec-aziz-la-lutte.html.

En défendant le père, le diable-avocat traite le Président Aziz de sauveur de la Mauritanie contre un nouveau "Dadis Camara". En défendant le fils métis, le diable-avocat traite Me Touré et Claude K de cécité et du coup, le Président Aziz de criminel, tout en lançant un vibrant appel aux ... métis de prendre les armes contre lui!

Mais si le diable-avocat a seulement pris la peine de consulter un avocat, un vrai cette fois-ci, même à crédit, il lui aurait tout simplement, et le plus banalement du monde, dit: "Monsieur sortez de votre eau bénite et rassurez-vous. Ni la Mauritanie, ni Aziz n'ont touché aux droits des enfants mixtes à la double nationalité, nés avant 2010! Oui, la législation mauritanienne accorde le droit à la double nationalité à toute personne mineure, qui l'a obtenu entre 1961 et 2010, à moins qu'il n'ait volontairement renoncé durant sa majorité, et la nouvelle Loi n'y change rien à ce principe". Voici les dispositions pertinentes:

"Article 8 : Est mauritanien :
- L’enfant né de père mauritanien
- L’enfant né de mère mauritanienne, d’un père sans nationalité ou de nationalité inconnue
- L’enfant né en Mauritanie d’une mère mauritanienne et d’un père de nationalité étrangère sauf la faculté de répudier cette faculté dans l’année précédent sa majorité."
"Art. 30: Perd la nationalité mauritanienne, le Mauritanien majeur qui acquiert volontairement une nationalité étrangère."
"Art. 31: (ancien) Un Mauritanien, même mineur, ayant une nationalité étrangère peut être autorisé sur sa demande à perdre la nationalité mauritanienne. Cette autorisation est accordée par décret".
"L’article 31 (nouveau) dispose : « un mauritanien, même majeur, ayant une nationalité étrangère, peut être autorisé, sur demande à garder la nationalité mauritanienne.»
Que disent ces dipositions????

Eh bien c'est simple, limpide, voire cristalline pour quelqu'un qui comprend le langage juridique:
1. On est mauritanien si on est née d'un père mauritanien ou d'une mère mauritanienne et d'un père apatride, inconnu ou de nationalité étrangère (article 8).

2. On perd la nationalité mauritanienne si "DURANT NOTRE MAJORITÉ" on obtient une nationalité étrangère (article 30), ce qui exclut les mineurs ayant obtenus une nationalité durant leur minorité, peut importe où ils sont nés et peut importe quelle nationalité ils ont obtenue;

3. SI ON VEUT, on peut, durant la minorité, "renoncer" à notre nationalité mauritanienne (ancien article 31): ce qui veut dire qu'un mineur au sens de l'article 30 qui n'a pas renoncé volontairement à sa nationalité mauritanienne a le droit de garder sa nationalité étrangère et il n'a rien à demander à quiconque.

4. Si nous avons une nationalité étrangère (MINEUR ou MAJEUR), on peut demander à être autorisé à garder la nationalité mauritanienne: ce qui veut dire qu'à compter de 2010, qu'on soit mineur ou majeur, il faut demander au Président de nous accorder le droit de garder la nationalité Mauritanienne si, et seulement si, on est porteur de nationalité étrangère.

Ce que le diable-avocat n'a pas compris, après avoir pataugé, à la frustration de l'ignorance, dans l'eau bénite de l'interprétation des lois sur la nationalité mauritanienne, est que la Loi de 2010 n'est pas "RÉTROACTIVE", de sorte que les ayants droit nés avant 2010 conservent le bénéfice du droit acquis de la Loi N° 1961-112, Loi portant code de la nationalité mauritanienne. C'est ce qu'on appel en droit "l'intangibilité absolue des droits acquis".

En effet, le législateur mauritanien n'a pas légiféré de façon rétroactive. Et comme le législateur mauritanien ne parle pas pour ne rien dire, la Loi 2010-023 du 11 février 2010, ne s'applique que POUR L'AVENIR, c'est-à-dire à compter de sa promulgation le 11 février 2010.

C'est ce qui fait que mes enfants métis ont tous la double nationalité avec fierté, car ils sont nés avant 2010 et ils n'ont jamais renoncé à celle-ci durant leur majorité.

Mais au fond, je pense qu'être mauritanien, c'est plus que des papiers, plus qu'une couleur, plus qu'un état de lieux. Au contraire, c'est un sentiment d'appartenance, un sentiment d'être et un sentiment de fierté. Pour résumer, c'est un état d'esprit, plus qu'un un état matériel ou physique que certains essaient désespérément d'en avoir.

Comme on dit "l'habit ne fait pas le moine". Pas avocat qui veut l'être.
Sans rancune.

P.S.: Par souci d'intégrité intellectuelle, je demande à notre cher Vlane de publier cette réponse sur ses Blogs: Vlan et Noorinfo, où il a publié ses postings faisant l'objet des présentes.

Me Takioullah Eidda, avocat
Québec, Canada



Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter