Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Drogue, armes et médicaments : Un trafic qui rapporte


Actu Mauritanie
Jeudi 16 Mai 2013 - 12:31

Le cri d’alarme a été lancé ces derniers jours, à deux reprises, par deux institutions internationales qui ont à cœur de lutter contre ces fléaux : L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime et l’Organisation mondiale des Douanes (OMD). Le premier se penche sur le cas de l’Afrique de l’ouest et le second étend son étude à d’autres pays de la zone du Sahel, comme la Mauritanie et l’Algérie.


Drogue, armes et médicaments : Un trafic qui rapporte
Les statistiques de l’ONUUDC sur la criminalité transfrontalière sont alarmantes : Les bénéfices générés par le seul trafic de cocaïne s’élèvent à 910,7 millions d’USD. Dans le secteur de la santé, 10 % des médicaments qui circulent sont contrefaits. Une bonne partie de ce pactole est reversée, par voie de blanchiment de l’argent sale, dans l’économie de ces Etats. Ce qui constitue pour eux un manque à gagner de l’ordre de 1,3 milliard de dollars essentiellement dans les secteurs de la santé et de l’emploi. Concernant les médicaments, le danger dépasse le simple cadre des intérêts économiques à protéger pour toucher la vie même des populations, avec des produits contrefaits en circulation, nuisibles pour la santé, et qui peuvent même atteindre des pics de 30 % dans certains pays.

Dans ce commerce illicite, des pays comme l’Inde, la Chine et la Corée sont fortement indexés et il est demandé aux Etats victimes d’un tel fléau de mettre en place des législations fortes à même de pouvoir barrer la route aux malfaiteurs qui entretiennent le crime organisé.

Le second rapport de l’OMD, sous forme de communiqué, souligne qu’une opération douanière de lutte contre la fraude menée dans 16 pays africains « a permis de saisir plus de 82 millions de doses de médicaments illicites parmi lesquels des antipaludéens, des antiparasitaires, des antibiotiques, des sirops antitussif ou encore des contraceptifs et des traitements contre la stérilité, l’ensemble étant estimé à plus de 40 millions de dollars américains ».

L’Opération VICE GRIPS 2 était organisée par l’Organisation mondiale des douanes (OMD) en partenariat avec l’Institut de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM). Participaient à l’opération seize administrations douanières du continent africain et plus précisément d’Angola, du Bénin, du Cameroun, de la République Démocratique du Congo, de la République du Congo, de Côte d’Ivoire, du Gabon, du Ghana, de la Guinée, du Kenya, du Libéria, du Mozambique, du Nigéria, du Sénégal, de la Tanzanie et du Togo. La vaste majorité des cargaisons saisies provenait d’Asie de l’Est et du Sud ainsi que du Moyen Orient.

Bien que la Mauritanie n’ait pas été citée expressément dans ces deux rapports, il est évident qu’elle ne saurait échapper aux conséquences d’un tel trafic. L’ouverture sur les pays asiatiques est devenue, depuis une dizaine d’années, l’une des principales caractéristiques d’une économie mauritanienne qui cherche à faire de la diversification l’un de ses credo de base.

Sneiba
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires

Le bain turc de la SNIM

18/08/2016 - Noorinfo