Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Diplomatie : l’esclavage et l’enrôlement privent la Mauritanie d’un siège à l’ONU…


A.O.S.A
Mercredi 26 Octobre 2011 - 19:03

Tout le monde se plaint de ce que la Mauritanie n’ait pas de siège au conseil de sécurité ; tout le monde ne parle que du succès du Maroc qui nous aurait damé le pion ; nos meilleurs politologues, même pro-aziz, ne parlent que du refroidissement des rapports diplomatiques entre l’azizanie et les racines du nord ; tout le monde présente cela comme un revers diplomatique, pourtant cette pseudo-brouille diplomatique avec le Maroc c’est du pain béni pour Aziz vu que cela lui permet de briser la plus terrible accusation qu’il subissait depuis toujours à savoir qu’il serait un gouverneur de la Mauritanie pour le compte du Maroc.


Diplomatie : l’esclavage et l’enrôlement privent la Mauritanie d’un siège à l’ONU…
Voilà enfin Aziz débarrassé de ce boulet ! Aziz tenant tête au Maroc, allant jusqu’à présenter un candidat face au candidat marocain, n’est-ce pas la preuve de l’indépendance d’Aziz face au grand Maroc où se réfugient tous les aziziens boudeurs dès que ce dernier ne livre pas le pays à leurs affaires.
Pourtant face  aux hi-han qui nous annoncent un refroidissement des relations entre l’initi et ses racines, sur le terrain officiel tout va pour le mieux…
 
La Mauritanie n’a pas eu de siège au conseil de sécurité ? Normal car pour cela il faut avoir des amis or si Aziz, sur le plan national, se dit n’avoir aucun ami ni cousin, ce fut le contraire sur le plan international où il est l’ami de tous ! De New-york à Téhéran, de Pékin à Lhassa, de Londres à Gaza, de Paris à Khartoum etc., Aziz est reçu en partenaire, en ami, en allié. Avec autant d’amis, la Mauritanie devait avoir plusieurs sièges au nom des 5 continents.
 
Hélas ! Comme dit l’adage : l’ami de tout le monde, n’est l’ami de personne… Il faut que la majeure partie des pays du monde ait estimé qu’Aziz étant l’ami de tous, il ne pouvait être l’ami de chacun donc chacun a voté pour un autre pays ! On aimerait savoir dans les détails pour qui ont voté les pays de l’UA ? Apparemment pour le  Maroc, le seul à ne pas être membre de l’UA sans parler des exclus temporaires.
 
D’ailleurs, comme nous l’annoncions, n’est-ce pas surtout une victoire médiatique de ceux qui sur le plan international, ont présenté la Mauritanie comme un pays esclavagiste de longue date jusqu’à ce jour, doublé d’un pays qui, à l’heure qu’il est, veut dénégrifier la Mauritanie ? On ne peut négliger le tapage qui fut fait à ce sujet, quelquefois à juste titre, souvent à l’excès…
 
De plus le lâchage de Kadhafi très tôt par Aziz alors chef du panel de haut niveau avant de faire machine arrière ne fut-il pas aussi responsable aux yeux du monde arabe et des africains de la chute des bénéfices de l’hyperactivité d’Aziz en tant que chef du panel ?
 
Tout cela de près ou de loin a contribué au lamentable bilan de notre diplomatie face à l’énergie dissipée dans le vide.

Le pouvoir maîtrise la communication intérieure malgré une liberté d’expression unique en Afrique, dans le monde arabe jusqu’en Europe où l’on fait des procès pour moins que ce que nous lisons chez nous ici et là. Mais sur le plan international, la communication du pouvoir est nulle comme si ceux qui s’en occupent ne savaient pas comment tirer profit des qualités du management d’Aziz et qui ne savent que jouer de la propagande…
 
Pourtant, que cela soit au niveau de l’esclavage ou de l’enrôlement, le pouvoir a bien fait machine arrière ou plutôt machine avant en arrangeant les choses. On en veut pour preuve, qu’au sujet de l’enrôlement, sur le terrain, les choses se sont vivement arrangées de l’aveu même des observateurs négro-mauritaniens indépendants. D’ailleurs on n’entend plus aucun problème de ce côté pourtant le net est ouvert et la presse écrite aussi.
 
Mais le pouvoir a entendu le cri de la rue sans que le pouvoir ne fasse le même bruit au sujet de la réussite des divers mouvements qui ont alerté l’opinion et peut-être même le pouvoir car la rue occidentalisée quant à sa façon d’estimer le recul du pouvoir, la rue aurait voulu voir le pouvoir dire officiellement qu’il recule or ce n’est pas notre culture, cette façon de faire.
 
Nous avons d’autres façons de faire passer les messages avec autant d’éloquence car l’action compte plus que les mots : chez nous, nous montrons les choses sans avoir toujours besoin de verbaliser le geste, l’excuse ou même la satisfaction, en un mot, chez nous, on nous apprend à voir, à comprendre l’autre sans avoir besoin de l’entendre dire les choses. Cela à l’avantage de la sincérité, on constate, on sent les choses alors qu’en occident, à défaut de faire ressentir à l’autre ce qu’il faut, on les lui dit ! De là là-bas les «  oh que cela me fait plaisir »  ceci ou cela, de là là-bas les « je m’excuse »,  les mots pour tout quand chez nous, il y a moins de mots par pudeur mais il existe mille façons de faire ressentir à l’autre nos excuses, notre gratitude…

lire la suite cliquez ici

 

 
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires